Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit : Theresa May compte retourner négocier à Bruxelles
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 01 - 2019

La Première ministre britannique Theresa May a annoncé qu'elle allait retourner discuter avec Bruxelles pour sauver son accord de Brexit rejeté par les députés, auxquels elle n'a pas offert le plan alternatif qu'ils exigeaient.
Lundi, la conservatrice a annoncé aux députés qu'elle chercherait à reparler avec l'Union européenne du « filet de sécurité » censé éviter le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande.
« Jour de la marmotte (clin d'oeil au film « Un jour sans fin », ndlr): les députés et les milieux d'affaire unis pour condamner le plan B du Brexit de May, qui est encore le plan A », a ironisé The Independent sur son site.
Mais la tonalité générale dans la presse britannique mardi portait surtout sur l'hypothèse d'un second référendum, qui a le vent en poupe.
Le Guardian insiste le refus de la Première ministre d'un nouveau vote, parce qu'il menacerait « la cohésion sociale » au Royaume-Uni, tandis que le Daily Mail, The Sun ou The Telegraph mettent en exergue le soutien de Jeremy Corbyn au projet de députés travaillistes prônant son organisation.
« Je vais continuer à m'entretenir avec mes collègues cette semaine, dont le DUP » (parti nord-irlandais), sur cette question du « filet de sécurité », a déclaré la cheffe du gouvernement devant la Chambre des communes.
« Et je présenterai les conclusions de ces discussions à l'UE », a ajouté la dirigeante conservatrice.
Ce dispositif, critiqué dans la majorité comme dans l'opposition, prévoit une union douanière entre le Royaume-Uni et l'UE, avec en sus, pour la province britannique d'Irlande du Nord, un alignement sur certaines réglementations européennes en matière sanitaire et de taxes. Il n'entrerait en vigueur qu'à défaut d'autre solution à l'issue d'une période de transition.
Malgré les attentes, Theresa May s'est pour le reste contentée d'annoncer un changement de méthode — un gouvernement « plus ouvert et plus inclusif dans la manière d'associer le Parlement » — et le maintien des « protections les plus fortes possibles » relatives aux droits des travailleurs et à l'environnement après la sortie de l'Union européenne.
Surtout, elle a répété son refus d'organiser un second référendum ou de repousser la date du Brexit, toujours fixée au 29 mars. Elle a par contre maintenu sur la table le scénario d'un « no deal », que l'opposition lui demande d'abandonner.
– « Déni total » –
Ces déclarations ont été jugées « encourageantes » par les députés du DUP, parti unioniste allié de Mme May, mais ont provoqué la colère de l'opposition. Le leader travailliste Jeremy Corbyn a jugé que Mme May n'avait pas pris la mesure de son échec de mardi dernier, quand son accord de divorce négocié avec Bruxelles a été écarté par 432 voix contre 202, soit la plus écrasante défaite enregistrée par un gouvernement dans l'histoire du Parlement britannique.
« La Première ministre est dans un déni total », a taclé le chef du Labour, qui a réclamé, sans succès, qu'elle explicite les « concessions » qu'elle souhaite obtenir des dirigeants de l'UE.
Ces derniers ont répété lundi qu'ils refusaient de rouvrir les négociations.
« La garantie du filet de sécurité (appelé « backstop » en anglais, ndlr) a été convenue avec le gouvernement britannique, et je pense que c'est le meilleur accord possible à l'heure actuelle », a déclaré le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, à la chaîne irlandaise RTE.
Plusieurs ministres européens des Affaires étrangères, réunis à Bruxelles, ont abondé: « Pourquoi (renégocier)? Vous voulez que l'UE soit un plus grand perdant que le Royaume-Uni? », a estimé le Slovaque Miroslav Lajcak.
Seul le ministre polonais des Affaires étrangères Jacek Czaputowicz a semblé se désolidariser de la position des 27, suggérant de limiter le « filet de sécurité » à cinq ans, dans un entretien avec le quotidien polonais Rzeczpospolita. « Ce serait évidemment moins favorable pour l'Irlande mais bien plus avantageux qu'un Brexit sans accord », a-t-il plaidé.
Theresa May a immédiatement rebondi sur cette déclaration, se déclarant « impatiente de l'explorer plus en détail ».
Mais le chef de la diplomatie irlandaise, Simon Coveney, l'a lui immédiatement écartée.
« C'était probablement une tentative d'aider. La Pologne a plus de citoyens au Royaume-Uni que n'importe quel autre Etat membre, plus que l'Irlande même. Mais je ne pense pas que son intervention reflète la pensée de l'UE », a-t-il souligné de Bruxelles, en marge de la réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE.
« Il est temps que Bruxelles et le gouvernement irlandais en particulier comprennent que le +backstop+ est le principal obstacle », a réagi la député européenne du DUP Diane Dodds, qui a jugé la proposition polonaise « constructive ». « Des modifications substantielles et juridiquement contraignantes sont nécessaires pour parvenir à un accord », a-t-elle réclamé.
– « Tsunami politique » –
Face à ce qu'ils dénoncent comme « l'intransigeance » de Mme May, plusieurs groupes de députés ont prévu de tenter de court-circuiter le gouvernement en déposant des amendements pour éviter un « no deal » ou reporter la date de sortie. Ces amendements seront soumis au vote le 29 janvier.
Downing Street a qualifié ces projets d' »extrêmement inquiétants ».
Le ministre britannique du Commerce extérieur, Liam Fox, a mis en garde contre le risque de « tsunami politique » si les députés ne respectaient pas le résultat du référendum de juin 2016.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.