Sothema réalise un résultat net de 217 MDH en 2018    Enseignants contractuels/Gouvernement: Le bras de fer continue    Le MASI et la décélération de la croissance    FRMF : Mark Wotte limogé    JETMODE, l'événement mode de l'année !    "La Tbourida", candidate au patrimoine de l'UNESCO    Banque Centrale Populaire. La croissance toujours au rendez-vous    Qualifications CAN-2019 : Le Cameroun rejoint le Maroc et le Burundi entre dans l'histoire    Entreprenathon : L'ESSEC Afrique et l'EMI mettent le cap sur l'innovation et l'entrepreneuriat    Carburants : Le plafonnement des prix est entre les mains d'EL Otmani.    FICM de Tétouan 2019 : «La sueur des palmiers» de Radwan El-Kashef ouvre le bal    «Nous invitons les jeunes Marocains a exposé leurs talents»    Prix Terre de Femmes Maroc : agir localement pour changer le monde !    Californie. Un incendie dans une mosquée fait le lien avec Christchurch    Un Kenyan sacré meilleur enseignant du monde    Politiques budgétaires, commerce intra-africain et transformation digitale…. Les enjeux auxquels devraient faire face les pays d'Afrique    Trump accueille son « ami » Netanyahu en pleine campagne    Les principales conclusions du rapport d'enquête Mueller    News    Retenus en Syrie, les jihadistes de l'EI et leurs familles restent un danger    May entame une semaine cruciale pour le Brexit, et son propre sort    Vous avez dit classe politique !    Sahara. Un troisième round de négociations au programme.    CAN 2019: Les Lions de l'Atlas terminent en tête    Golf Presse Agadir: Une tradition qui gagne en maturité    L'UA a trouvé une bonne clé pour atteindre les objectifs de développement en Afrique    Divers    Fès:Coup d'envoi des sessions régionales du parlement de l'enfant    Une 'Caravane Verte' à Essaouira pour éduquer et sensibiliser à la protection de l'environnement    Education, "Do you speak Arabic"?    COM2019 : L'Afrique souffre encore de sa faible intégration régionale    Forum maroco-belge : Un premier événement intégrant la migration dans la coopération bilatérale    Bourita s'entretient à Marrakech avec la vice-secrétaire générale de l'ONU    Le Musée Mohammed VI est ouvert chaque jour jusqu'à 20h    Le Onze national se contente du nul blanc face au Malawi    Premier atelier des officiers de contrôle du dopage de la CAF en partenariat avec la FIFA    Edito : Talents gaspillés    Marrakech: Un brigadier de police utilise son arme pour arrêter un multirécidiviste    TOKYO: Les femmes protestent en ligne contre le port de talons hauts sur le lieu de travail    D'anciennes joueuses du FC Barcelone à Laâyoune pour encourager le football féminin au Maroc    Mohamed Benabdelkader : Pour un accès facile et décent des citoyens au service public    Lancement des travaux de construction d'un pont à haubans à Abidjan    Messi officiellement forfait pour Maroc-Argentine    Une cinquantaine de courts-métrages en compétition officielle au Festival international de cinéma d'animation    Les "Terrasses en scènes" à Fès    "Cambodia" de Taha Mohamed Ibn Slimane en avant-première à Casablanca    M. Hilale : Atténuer les effets des crises humanitaires, une priorité    Apatride de Narjiss Nejjar : Frontières intérieures…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bernie Sanders, candidat à la présidentielle 2020, veut croire à la victoire
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 02 - 2019

Le sénateur indépendant Bernie Sanders, candidat malheureux aux primaires démocrates de 2016 face à Hillary Clinton, s'est relancé mardi dans la course à la Maison Blanche, avec en ligne de mire Donald Trump.
En annonçant mardi son intention de briguer l'investiture démocrate à l'élection présidentielle, le sénateur du Vermont n'a pas caché son ambition: la victoire, face au « président le plus dangereux dans l'histoire moderne américaine » selon lui.
« Nous allons gagner », a-t-il dit à un journaliste de la chaîne CBS l'interrogeant sur la différence entre sa campagne de 2016 et celle à venir.
Bernie Sanders, 77 ans, visage désormais très connu de la politique américaine, est l'un des favoris parmi la dizaine de candidats qui se sont déjà lancés dans la course démocrate pour déloger le 45e président américain de la Maison Blanche.
Ce natif de Brooklyn, aux idées nettement marquées à gauche, qui assume l'étiquette « socialiste », a attaqué férocement le milliardaire républicain en annonçant sa candidature.
Donald Trump est un « menteur pathologique », a tancé ce pourfendeur de Wall Street lors d'un entretien avec une radio du Vermont, Etat du nord-est du pays, à laquelle il avait réservé son annonce.
« C'est un raciste, un sexiste, un homophobe, un xénophobe, quelqu'un qui grappille des gains politiques à bon marché en tentant de s'en prendre aux minorités, souvent des immigrants sans papiers », a tonné Bernie Sanders.
« Nous avons besoin d'un président qui comprenne que le changement climatique est réel, est une menace existentielle pour notre pays et pour notre planète », a également lancé M. Sanders dans une vidéo d'une dizaine de minutes. Une attaque frontale contre le président républicain, climato-sceptique, qui a retiré les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.
« Je souhaite bonne chance à Bernie », lui a répondu Donald Trump depuis le Bureau ovale. « Personnellement, je pense qu'il a laissé passer sa chance mais j'aime bien Bernie », a-t-il ajouté, notant même des points communs sur la question des échanges commerciaux.
– « Révolution politique » –
Lorsqu'il s'est présenté aux primaires démocrates en 2016, Bernie Sanders faisait figure d' »outsider », avant de tenir la dragée haute à Hillary Clinton. Celle-ci l'avait finalement emporté aux primaires, avant d'être in fine battue par Donald Trump.
La campagne de Bernie Sanders avait suscité un engouement important, notamment auprès des jeunes, avec des idées vues à l'époque comme radicales mais aujourd'hui défendues par d'autres démocrates, comme la benjamine du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez, ancienne de la campagne Sanders de 2016, et bon nombre de candidats actuels à la primaire.
Couverture santé universelle, université publique gratuite et salaire minimum à 15 dollars: Bernie Sanders relève que beaucoup de ses promesses de 2016 sont maintenant « très très populaires ».
La réponse du camp Trump, qui agite le mot « socialisme » comme un épouvantail, a fusé mardi matin.
« Bernie Sanders a déjà gagné le débat à la primaire démocrate parce que chaque candidat adopte son modèle de socialisme », que les Américains « vont rejeter », a écrit l'équipe de campagne de Trump pour 2020.
Preuve que la course est bien lancée, de nouveaux recrutements ont été annoncés dans l'équipe devant mener le président républicain vers sa réélection face à des candidats démocrates au « programme extrême ».
– Longue route –
Mais la route est longue vers le 1600 Pennsylvania Avenue à Washington.
La popularité des idées progressistes de Bernie Sanders, qui appelle au renouvellement des élites, risque de se heurter à son profil, un septuagénaire blanc déjà candidat en 2016 alors que les autres prétendants affichent cette fois une grande diversité.
Certains militants du mouvement #MeToo avaient même condamné d'avance sa candidature, après que certaines des employées de sa campagne 2016 eurent indiqué avoir été sexuellement harcelées par des collègues plus âgés.
Bernie Sanders a présenté des excuses début janvier tout en assurant ne pas avoir été au courant des faits à l'époque.
L'homme aux cheveux blancs rebelles et au crâne dégarni, qui demeure populaire au sein des démocrates, a été élu à la Chambre des représentants de 1990 à 2006 avant de devenir sénateur. Il a été confortablement réélu en novembre.
La candidature d'un autre poids lourd démocrate, Joe Biden, ancien vice-président de Barack Obama, est également attendue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.