CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    SIAM 2019: Nouveau produit d'assurance pour la volaille    #Live, l'offre de la Banque Populaire dédiée aux 18-25 ans    Le Rap à l'honneur à la 18ème édition de Mawazine    La Cigogne volubile, un voyage à travers le conte et l'Afrique    Agro It Days 2019. L'agriculture prépare sa transformation digitale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Maître Gims s'engage en faveur de la formation des jeunes africains    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    Climat des affaires. Ce que dit le diagnostic parlementaire    « Béchir doit être jugé »: Le cri des victimes du conflit au Darfour    Réunion du Bureau politique du PPS    SIAM 2019 : Les détails des rencontres bilatérales entre le Maroc et les pays africains    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    Khalid Naciri invité mardi prochain du Forum de la MAP    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    Carlos Ghosn va de nouveau être inculpé au Japon    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Présentation de «Khenifiss de Tarfaya, la légende du petit scarabée» de Karim Anegay    «La filière bio est créatrice d'emplois par excellence»    BMCE Bank of Africa lance la 1ère ligne de financement marocaine destinée à la gestion des ressources en eau    Des valeurs piétinées à Aït Melloul!    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Meknès. Doukkali Inaugure l'hôpital Mohammed V après sa réhabilitation    Le Marrakech Mining Convention se tiendra chaque année    Nador : La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire au sein d'écoles publiques    Un détenu de la prison locale de Tétouan se donne la mort    Les agences d'Attijariwafa bank Europe font peau neuve    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Driss Lachguar : Notre objectif est d'éviter des situations où les institutions et donc le pays se trouvent bloqués pendant de longs mois    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Le Bureau marocain du droit d'auteur n'a pas renoncé au système numérique    Seddik Maâninou présente son autobiographie à Marrakech    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Condition de la femme : Des associations marocaines montent au créneau
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 03 - 2019

Plusieurs associations marocaines, à l'occasion de la 63ème session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies, se sont réunies pour publier un communiqué sur la situation de la femme, au Maroc et dans le monde, que nous diffusons intégralement ci-après.
»
La 63ème session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies se tient entre le 11 et le 22 mars courant autour du thème : « L'autonomisation économique et la protection sociale des femmes et des filles ». C'est l'occasion pour les gouvernements des Etats dont le Maroc de présenter leurs rapports sur les mesures d'amélioration des conditions des femmes et des filles dans ce domaine.
Les organisations non-gouvernementales ayant un statut consultatif auprès du Conseil économique et social (ECOSOC) venant de tous les continents participent elles aussi de façon massive aux travaux officiels ou autres de cette session. A leur tour, elles organisent des activités et des tables rondes de haut niveau afin de jeter la lumière sur les conditions des femmes et plaident au plan international et régional en faveur de leur amélioration sur la base de leur expérience du terrain et de leurs actions de plaidoyer liées au travail de proximité qu'elles mènent auprès des différents groupes de femmes et de filles.
NOUS, ASSOCIATIONS MAROCAINES DES DROITS DES FEMMES,
Ayant participé depuis de nombreuses années aux travaux des sessions de la Commission, y compris l'actuelle session, et face aux grands défis soulevés par l'axe de la session de cette année, et qui se rapportent à la mise en œuvre de la parité, l'égalité, l'approche genre et à la promotion des droits économiques, sociaux, culturels et environnementaux des femmes, notamment dans le domaine du travail et de la protection sociale,
ENREGISTRONS CE QUI SUIT :
Malgré quelques aspects positifs, les acquis réalisés par les femmes et les filles au Maroc dans ce domaine demeurent précaires, limités et n'assurent pas la convergence et la transversalité. En effet, l'ampleur des disparités et des discriminations dans ces domaines est tout à fait évidente en comparaison avec les revendications d'égalité et au vu des engagements internationaux du Maroc et ceux liés aux objectifs du développement durable.
Les obstacles patriarcaux structurels persistent entravant l'accès à la parité économique au plan horizontal et vertical et la réduction des disparités considérables entre les femmes et les hommes, particulièrement dans le domaine de la participation économique qui a connu un grave recul ces dernières années atteignant cette année 22 pour cent chez les femmes contre 70 pour cent chez les hommes, alors que le chômage des femmes est de 14 pour cent contre 8 pour cent pour les hommes.
La féminisation de la pauvreté se poursuit alors que les femmes continuent de travailler dans les secteurs informels et dans l'agriculture dans des conditions pénibles et à des salaires dérisoires, voire parfois sans salaire, sans parler de la non-valorisation des travaux domestiques, la non-rémunération de ces travaux, l'absence de congé de paternité après la naissance et le faible niveau d'adhésion aux régimes de couverture médicale et de sécurité sociale et de retraite…
D'autre part, nous constatons que la violence et la discrimination à l'égard des femmes, qui sont les facettes des graves violations des droits humains des femmes, persistent dans le monde avec des variations d'un pays à l'autre, selon la déclaration du Secrétaire général des Nations Unies au cours de l'actuelle session, et leur élimination nécessite encore beaucoup de mesures législatives et des efforts politiques et culturelles pratiques ainsi que la mise en place de structures adéquates. A ce sujet, en dépit de quelques progrès enregistrés dans notre pays dans ce domaine grâce à certains acquis et à l'action d'un certain nombre d'institutions et d'acteurs, grâce en particulier à l'expérience de plusieurs décennies des associations des droits des femmes et de leurs centres, les défis demeurent considérables notamment dans le domaine de la diligence due de la part de l'Etat à l'égard des femmes victimes et de sa responsabilité dans leur accompagnement, leur hébergement et leur autonomisation sociale, économique et humaine.
A cette occasion, nous exigeons du gouvernement marocain de promulguer les lois organiques pour les centres d'hébergement et de les doter en ressources humaines et matérielles pour leur permettre d'accomplir leur mission d'accompagnement conformément aux normes et pratiques établies en la matière, d'hébergement des femmes et des filles victimes et d'alléger le fardeau porté par les associations des droits des femmes qui restent les premières à intervenir dans ces cas.
A New York, le 14 mars 2019
Associations signataires :
La Fédération des Ligues des Droits des Femmes (FLDF)
L'Association Démocratique des Femmes du Maroc (ADFM)
L'Union Action Féminine (UAF)
L'Association Marocaine de Lutte Contre La Violence à l'Egard des Femmes (AMVEF)
Jossour Forum des Femmes Marocaines
L'Association Marocaine de Défense des Droits des Femmes (AMDF) »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.