Trump blanchi par son ministre, avant la publication du rapport de l'enquête russe    Incendie de la Mosquée Al Aqsa : El Othmani salue le don royal    L'Académie célèbre les 30 ans d'existence de l'option internationale du bac    Celui qui milite pour la parité homme-femme en vêtement    Plan Maroc Vert. 813 nouveaux projets dans le cadre de l'acte II    La durabilité selon Tariq Sijilmassi    Pas besoin d'en savoir plus    Le Maroc et l'Allemagne s'engagent pour le projet DIAF    Michael Kiwanuka au Jazzablanca !    Orange Cyberdefense mise sur le Maroc    Challenge Azura de rugby : Casablanca abrite la 2ème édition    Intelligence artificielle : Peut-on faire confiance aux algorithmes ?    Suicide d'un détenu à la prison de Tétouan    «La digitalisation, un défi majeur pour les petits agriculteurs»    Réunion à Rabat du Comité central de pilotage    Grève des enseignants. Le CNDH relance sa médiation    Venezuela: Maduro juge « illégales » les sanctions américaines contre la Banque centrale    Profession infirmière: Les enjeux de la spécialisation    Culture: « Le Maroc à Abu Dhabi »    L'identité plurielle assumée    Haj 1440 : 750 encadrants pour les pèlerins marocains    Indonésie: L'islam au cœur de la campagne électorale…    Les enseignants des académies prolongent leur grève jusqu'au 25 avril    Dur des portugaises!    Rabat : Violentes échauffourées après le match FAR-RSB    La Fondation BMCE Bank inaugure des unités de préscolaire à Nador    Edito : Notre-Dame la Médina    Taxation des Gafa: Le combat continue    Les camps de Tindouf, à nu    Braquages en série : Les banques visées par des bandits en herbe et d'autres professionnels    Crise des opioïdes : La prescription en chirurgie pointée du doigt    La Nasa révèle une étude capitale pour de futurs voyages interplanétaires    Un Ajax seigneurial et un Barça impérial au dernier carré de la Ligue des champions    Rude épreuve soussie pour le Wydad    CAN U17 : L'EN acculée à franchir le cap camerounais    Nasser Bourita s'entretient à Moscou avec Serguei Lavrov    Stars de la même famille : Les Coppola    Le Festival des Alizés, un rendez-vous exceptionnel à Essaouira    Marrakech célèbre le Mois du patrimoine par une multitude d'activités culturelles et artistiques    Conseil de gouvernement. L'ordre du jour du jeudi    CAN (U17) en Tanzanie: Le Maroc rate la victoire face au Sénégal    Peugeot au tournoi de tennis de Monte-Carlo    La 2e Coupe arabe des clubs portera le nom du roi Mohammed VI    Loi-cadre de l'enseignement : Amzazi et Azziman annoncés chez les conseillers    Bourita : « Le Maroc veut une solution réaliste à la question du Sahara »    Moscou : Bourita rencontre Lavrov    Fayez al-Sarraj : Une guerre en Libye pousserait plus de 800.000 migrants en Europe    Message de soutien et de solidarité de S.M le Roi au Président français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 03 - 2019

Theresa May va présenter jeudi à Bruxelles sa demande d'un report de trois mois du Brexit, censé avoir lieu dans huit jours, face à des dirigeants européens lassés des atermoiements britanniques et décidés à poser leurs conditions.
La Première ministre leur exposera en personne ce qu'elle leur a déjà écrit la veille: la requête d'un décalage jusqu'au 30 juin de la date du divorce entre le Royaume-Uni et l'UE, programmé jusqu'ici le 29 mars.
« Je crois qu'une courte extension sera possible », a déjà répondu mercredi le président du Conseil européen, Donald Tusk, maître de cérémonie du sommet qui réunit jeudi à Bruxelles les dirigeants des pays de l'UE.
Mais « elle sera conditionnée à un vote positif sur le traité de retrait à la Chambre des communes », a-t-il prévenu, alors que Mme May cherche à soumettre une nouvelle fois au vote l'accord de divorce qu'elle a conclu en novembre avec Bruxelles.
Les députés britanniques l'ont déjà rejeté massivement à deux reprises, mais la dirigeante conservatrice n'a pas perdu l'espoir de les voir changer d'avis et veut organiser un nouveau vote « aussi vite que possible ».
« J'espère passionnément que les députés soutiendront l'accord que j'ai négocié avec l'UE », a déclaré Mme May mercredi soir après s'être entretenue avec des membres de l'opposition, assurant que le report du Brexit était pour elle « un grand regret personnel ».
– « Illusoire » –
Le temps presse avant le 29 mars, avec le risque plus que jamais redouté d'un départ britannique brutal, sans l'accord et la période de transition que les deux parties ont âprement négociés pendant un an et demi, et que l'UE refuse de modifier.
« Même si l'espoir d'un succès final peut paraître fragile, voire illusoire, et bien que la fatigue du Brexit soit de plus en plus visible et justifiée, nous ne pouvons renoncer à rechercher jusqu'au tout dernier moment une solution positive », a lancé M. Tusk mercredi.
Lors du sommet, « on aura une indication de ce que les 27 sont prêts à accorder en cas de vote positif » au Royaume-Uni, a indiqué un diplomate, tandis qu'une « décision formelle » sera prise plus tard par les 27 en fonction des événements au Royaume-Uni.
Si Mme May n'est pas en mesure « de présenter au Conseil européen des garanties suffisantes sur la crédibilité de sa stratégie », sa demande de report sera « écartée » au profit du scénario d'une « sortie sans accord », a prévenu le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian.
« On a besoin d'avoir la certitude que la demande de report de Mme May a le soutien d'une majorité démocratique » au Royaume-Uni, a décrypté un diplomate.
Jeremy Corbyn, le dirigeant du Labour, principal parti d'opposition au Royaume-Uni, est lui aussi à Bruxelles jeudi, pour rencontrer plusieurs reponsables européens. Il leur dira qu'il est confiant dans le fait « qu'une alternative à l'accord bâclé de Theresa May peut être acceptée au Parlement » britannique, a indiqué son entourage.
– « Graves risques » –
Outre les « garanties » demandées à Mme May, les Européens vont aussi débattre jeudi de cette date du 30 juin, qui pose problème à plusieurs pays, dont la France, et à la Commission européenne.
Un report de trois mois « entraînerait de graves risques juridiques et politiques pour l'UE », a ainsi prévenu l'exécutif européen. Il relève que le Royaume-Uni serait tenu d'organiser les élections européennes s'il était encore un pays de l'UE au moment du scrutin, prévu du 23 au 26 mai.
S'il ne le faisait pas, il mettrait en péril la légalité du nouveau Parlement européen avec le risque d'une paralysie durable du fonctionnement de l'UE, met en garde la Commission, favorable à une extension jusqu'au 23 mai en cas de court report.
Theresa May semble estimer de son côté que le scrutin européen n'aurait pas à être organisé si le divorce a lieu avant la première réunion des nouveaux eurodéputés, prévue le 2 juillet.
« Si on veut éviter tout risque, il vaut mieux qu'une extension technique n'aille pas au-delà de quelques semaines, avant le 23 mai en tous cas », a estimé un diplomate, jugeant que ce délai devrait suffire pour ratifier au Royaume-Uni un accord de Brexit enfin approuvé.
Mais si le parlement britannique rejetait à nouveau ce texte, l'UE serait-elle toujours prête à accorder un report du Brexit, forcément plus long? « Seulement s'il y a un changement politique majeur » au Royaume-Uni, comme de nouvelles élections ou un nouveau référendum, a prévenu un diplomate.
« Si la semaine prochaine il n'y a pas de vote ou pas de vote positif au parlement britannique, dans ce cas, il faudra voir s'il faut une nouvelle rencontre du Conseil européen » avant le 29 mars, a déclaré la chancelière allemande Angela Merkel jeudi matin devant le Bundestag.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.