Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    L'ISIC accueille son nouveau directeur    El Othmani chez les conseillers    Aéronautique: Le challenge de la valeur ajoutée et de la taille critique    Elections européennes: Les réformes passées au crible    Zéro mika: La réforme relancée    Le Maroc réagit à la démission de Horst Köhler    La fermeture du centre de proximité de Sidi Moumen démentie    L'activité touristique de Marrakech en accroissement depuis 2015    Les touristes marocains boostent la destination Agadir    Habib El Malki se réunit avec les présidents des groupes et groupement parlementaires    Le Maroc et la Côte d'Ivoire font le point sur leur coopération    La liste officielle de Renard attendue pour bientôt    Florent Ibengue : La CAN se doit d'être grandiose car toute l'Afrique est aux aguets    Divers sportifs    Saâd Dine El Otmani : Le gouvernement déterminé à moderniser l'administration    Moussaoui Ajaloui anime une rencontre de l'USFP à Salé    Lancement de l'étude TIMSS 2019 avec la participation du Royaume    Les cas de démence vont tripler d'ici à 2050 selon l'OMS    Divers    Atlantique Assurances se lance dans le coton    Ces tournages qui ont tourné au drame : Top Gun    Ammi Driss : Je ne me considère pas comme marginalisé car la décision d'arrêter en 1989 fut mienne 1/2    Ahmed Boulane présente son premier livre à Tanger    HCP : La population du Maghreb passera à 131,9 millions en 2050    L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    5è édition du Prix Mohammed VI de l'art décoratif marocain sur papier    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Vodafone suspend ses achats de téléphones 5G Huawei    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Insolite : Trahi par Facebook    Nouvelle date de l'examen régional de la première année du baccalauréat    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Enseignement préscolaire. 60% des enfants ciblés intégrés    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    BAM: l'immobilier en berne    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Nike accusé de contrefaçon    Meknès. Un inspecteur de police fait usage de son arme pour arrêter un individu    En Libye, la guerre est aussi économique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 04 - 2019

Depuis l'incendie de Notre-Dame, des entreprises ou organisations, comme Targo, Art graphique et patrimoine, GE-A, Ubisoft ou l'université de Vassar (Etats-Unis) ont annoncé qu'elles possédaient des plans numériques de la cathédrale ou d'une de ses parties. Tour d'horizon des technologies et de l'utilité de tels plans numériques.
– Précision au millimètre –
La numérisation est extrêmement précise.
Deux méthodes existent. D'abord la lasergrammétrie: « on utilise un scanner laser, qui fait de la mesure de points, en fonction de leur distance. Il transmet un maillage. Ensuite, on déplace le scanner », explique Loic Espinasse, chef de projets restitution à Archeovision. Les travaux d'Andrew Tallon, professeur à l'université de Vassar (Etats-Unis) décédé en novembre, sur Notre-Dame comptent plus d'un milliard de points, avec une précision de l'ordre de cinq millimètres pour la synthèse finale.
Deuxième méthode, la photogrammétrie: « on prend différentes photographies d'un même endroit et on joue sur la parallaxe pour créer du volume », après traitement informatique, résume Matthieu Spinazzola, chargé de production chez Akatimi.
Les deux techniques sont complémentaires. « Parfois, on ne peut pas bien placer le scanner et on se repose sur la photo », relève par exemple Loic Espinasse.
– Conservation mais aussi jeux vidéo –
La conservation des monuments est la première raison de la numérisation. « On a longtemps eu cette envie, maintenant on a les capacités techniques », résume Matthieu Spinazzola. « Beaucoup de notre patrimoine est d'une fragilité alarmante » alerte-t-il.
C'est « la détérioration de certaines sculptures de Notre-Dame », bien avant l'incendie, qui a poussé Frédéric Wajeman, dirigeant de Fx Deco à en numériser quelques unes « pour les conserver avant qu'elles ne disparaissent ».
Beaucoup de numérisations servent à garder des traces avant des travaux. « On est intervenu depuis 25 ans sur Notre-Dame, notamment en fonction des chantiers », explique Gaël Hamon, dirigeant d'Art graphique et patrimoine.
Mais la numérisation peut-être utilisée dans les jeux vidéo, comme Notre-Dame dans Assassin's Creed d'Ubisoft. Toujours dans le ludique, la numérisation peut aussi servir à des visites virtuelles de lieux inaccessibles au public ou en trop mauvais état.
Enfin, « on s'en sert aussi pour des formations, par exemple pour des pompiers qui sont amenés à intervenir sur un site, ou même des industriels », relate Matthieu Spinazzola.
– Les historiens en soutien –
Les historiens et autres spécialistes de ces monuments sont étroitement associés à ces travaux, lorsqu'il s'agit de reconstitution. « On a plusieurs architectes dans notre équipe », avance Gaël Hamon. « On est obligé de faire des choix dans les prises de vue du scanner, son positionnement, la résolution. Ils nous aident ».
Pour des rendus 3D, Matthieu Spinazzola explique: « on collabore aussi avec des historiens qui ont travaillé sur le monument. Il y a très souvent une part d'interprétation sur des monuments très anciens, par exemple pour le Rampant des Massues, un aqueduc gallo-romain à Lyon. Il y a des sources, mais elles ne sont pas suffisantes ou encore débattues. »
Toute reproduction n'est donc pas fiable à 100%. « Il faut bien prévenir que l'image obtenue est une reconstitution. Elle doit être contextualisée et on ne peut pas s'en servir sans esprit critique », recommande Loic Espinasse.
– Des données gigantesques –
La conservation des données est un enjeu pour la filière. Les travaux d'Andrew Tallon ont abouti à un téraoctet de données sur la cathédrale. Elles sont trop volumineuses pour être transmises par internet.
« On possède énormément de données, c'est un défi de s'en occuper » explique Gaël Hamon, dont la société en possède « entre un et deux téraoctets. Et ça augmente rapidement! ».
– Pas dangereux –
Les modélisations pour les cathédrales s'appliquent aussi aux objets les plus petits et fragiles. « Ils sont indispensables pour rendre l'immersion dans une époque plus complète », explique Matthieu Spinazzola. Laser ou photo, « la méthode n'est pas dangereuse » insiste Gaël Hamon. « Le rayon du laser est classé en catégorie 1, comme la lumière d'une ampoule. Il y a 20 ans, c'était en catégorie 3 ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.