Accès à l'information. Le parquet général secoue les tribunaux    Au-delà d'une LDF    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Top Performer RSE 2019. Attijariwafa bank distingué    Chambre des représentants. Comment réformer la séance des questions orales ?    Flexibilité du dirham : Le Maroc est capable de passer à la 2è phase en cas de choc, selon Jouahri    Edito : PLF    Production alimentaire : Le Maroc a atteint «un bon niveau» de couverture de ses besoins    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Solid'Action : Faisons des enfants des douars nos enfants !    Rabat : Arrestation d'un malade mental pour agression contre un muezzin    Météo: le temps qu'il fera ce lundi    Les facteurs de vulnérabilité financière pourraient aggraver le prochain ralentissement économique    Akhannouch juge nécessaire la « mise à niveau » de l'entreprise marocaine    Calcio : La Juventus et Ronaldo enchaînent    Le Onze national décroche haut la main sa qualification au CHAN 2020    Salon du cheval : La Sorba de Maher El Bachir remporte le GP S.M le Roi Mohammed VI de Tbourida    Missing    La politique pénale du Maroc jaugée à l'aune des droits de l'Homme    L'ONMT veut développer le tourisme golfique au Maroc    Le Maroc, un marché émergent alternatif pour les entreprises espagnoles face au Brexit    Les enseignants cadres des AREF se remettent en grève    Météo : De fortes pluies prévues dans certaines régions    Coppola travaille sur "Megalopolis", son projet de film le plus ambitieux    Participation marocaine au Festival des musiques "Oslo World"    Projection en Norvège du film "Paris Stalingrad" de la Marocaine Hind Meddeb    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Manifestations au Liban: L'ambassade du Maroc met une ligne téléphonique à disposition des Marocains    Les subventions à la culture ont-elles tué la création?    «Le Sahara est marocain»: il invite l'Algérie et le Maroc à ouvrir leurs frontières    «La subvention a pratiquement aidé le secteur»    «Les subventions aux arts plastiques pourraient connaitre un réexamen»    PPS: l'opposition pour l'édification d'une alternative démocratique    «N'assassinez pas le rêve» des étudiants de Boulemane    Faculté de droit d'Agadir: Un acte inadmissible!    Les Botolistes proches de la qualification    CAN 2020 : Les joueurs locaux corrigent l'Algérie    Vidéo. Le Maroc lance son premier nanosatelite dans l'espace    Vidéo. Mine d'art de Khouribga: quand les artistes essayent de "passer le relais"    Couverture alimentaire : Le Maroc a atteint « un bon niveau », selon Sadiki    Brexit, politique étrangère… au sommet de Bruxelles    Quand Donald Trump s'en prend à Bruce Springsteen et Beyoncé    Les glaciers suisses ont diminué de 10% en 5 ans    Insolite : Conférence record    Amar Saâdani : Le Sahara est marocain    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Notre-Dame : Cinq choses à savoir sur la numérisation des monuments
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 04 - 2019

Depuis l'incendie de Notre-Dame, des entreprises ou organisations, comme Targo, Art graphique et patrimoine, GE-A, Ubisoft ou l'université de Vassar (Etats-Unis) ont annoncé qu'elles possédaient des plans numériques de la cathédrale ou d'une de ses parties. Tour d'horizon des technologies et de l'utilité de tels plans numériques.
– Précision au millimètre –
La numérisation est extrêmement précise.
Deux méthodes existent. D'abord la lasergrammétrie: « on utilise un scanner laser, qui fait de la mesure de points, en fonction de leur distance. Il transmet un maillage. Ensuite, on déplace le scanner », explique Loic Espinasse, chef de projets restitution à Archeovision. Les travaux d'Andrew Tallon, professeur à l'université de Vassar (Etats-Unis) décédé en novembre, sur Notre-Dame comptent plus d'un milliard de points, avec une précision de l'ordre de cinq millimètres pour la synthèse finale.
Deuxième méthode, la photogrammétrie: « on prend différentes photographies d'un même endroit et on joue sur la parallaxe pour créer du volume », après traitement informatique, résume Matthieu Spinazzola, chargé de production chez Akatimi.
Les deux techniques sont complémentaires. « Parfois, on ne peut pas bien placer le scanner et on se repose sur la photo », relève par exemple Loic Espinasse.
– Conservation mais aussi jeux vidéo –
La conservation des monuments est la première raison de la numérisation. « On a longtemps eu cette envie, maintenant on a les capacités techniques », résume Matthieu Spinazzola. « Beaucoup de notre patrimoine est d'une fragilité alarmante » alerte-t-il.
C'est « la détérioration de certaines sculptures de Notre-Dame », bien avant l'incendie, qui a poussé Frédéric Wajeman, dirigeant de Fx Deco à en numériser quelques unes « pour les conserver avant qu'elles ne disparaissent ».
Beaucoup de numérisations servent à garder des traces avant des travaux. « On est intervenu depuis 25 ans sur Notre-Dame, notamment en fonction des chantiers », explique Gaël Hamon, dirigeant d'Art graphique et patrimoine.
Mais la numérisation peut-être utilisée dans les jeux vidéo, comme Notre-Dame dans Assassin's Creed d'Ubisoft. Toujours dans le ludique, la numérisation peut aussi servir à des visites virtuelles de lieux inaccessibles au public ou en trop mauvais état.
Enfin, « on s'en sert aussi pour des formations, par exemple pour des pompiers qui sont amenés à intervenir sur un site, ou même des industriels », relate Matthieu Spinazzola.
– Les historiens en soutien –
Les historiens et autres spécialistes de ces monuments sont étroitement associés à ces travaux, lorsqu'il s'agit de reconstitution. « On a plusieurs architectes dans notre équipe », avance Gaël Hamon. « On est obligé de faire des choix dans les prises de vue du scanner, son positionnement, la résolution. Ils nous aident ».
Pour des rendus 3D, Matthieu Spinazzola explique: « on collabore aussi avec des historiens qui ont travaillé sur le monument. Il y a très souvent une part d'interprétation sur des monuments très anciens, par exemple pour le Rampant des Massues, un aqueduc gallo-romain à Lyon. Il y a des sources, mais elles ne sont pas suffisantes ou encore débattues. »
Toute reproduction n'est donc pas fiable à 100%. « Il faut bien prévenir que l'image obtenue est une reconstitution. Elle doit être contextualisée et on ne peut pas s'en servir sans esprit critique », recommande Loic Espinasse.
– Des données gigantesques –
La conservation des données est un enjeu pour la filière. Les travaux d'Andrew Tallon ont abouti à un téraoctet de données sur la cathédrale. Elles sont trop volumineuses pour être transmises par internet.
« On possède énormément de données, c'est un défi de s'en occuper » explique Gaël Hamon, dont la société en possède « entre un et deux téraoctets. Et ça augmente rapidement! ».
– Pas dangereux –
Les modélisations pour les cathédrales s'appliquent aussi aux objets les plus petits et fragiles. « Ils sont indispensables pour rendre l'immersion dans une époque plus complète », explique Matthieu Spinazzola. Laser ou photo, « la méthode n'est pas dangereuse » insiste Gaël Hamon. « Le rayon du laser est classé en catégorie 1, comme la lumière d'une ampoule. Il y a 20 ans, c'était en catégorie 3 ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.