« Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Le parlement de l'enfant : Une expérience prometteuse    Le Registre national électronique des sûretés mobilières prévu pour le printemps 2020    La sélection nationale des joueurs locaux s'impose face à la Guinée    Casablanca accueille la 3ème édition de China Trade Week    Angleterre: Avec Mourinho, ça va déménager à Tottenham!    Les avocats manifestent contre l'article 9 du PLF    Ford se lance dans l'électrique, avec sa marque emblématique Mustang    «Le Mans 66» vrombit en tête du box-office nord-américain    Range Rover Evoque. Sur les traces du Velar    La Hassania d'Agadir se sépare de Gamondi    Ferrari Roma. Honorée par son chef d'Etat    Tkayes School dédie sa 6ème édition à la région de Casablanca    La sécurité au coeur de la stratégie de Vivo Energy Maroc    Une journée autour l'innovation dans l'industrie automobile    Le HCP dresse l'état des entreprises au Maroc    Vidéo. Un séisme frappe le Mexique    Japon: Shinzo Abe bat le record de longévité d'un Premier ministre    Funérailles de Mustapha Iznasni à Rabat    Le peuple marocain célèbre l'anniversaire de SAR la Princesse Lalla Hasnaa    Dépollution et environnement    15.000 postes sont à pourvoir : Près de 160.000 candidats au concours des enseignants-cadres des Académies    Coupe du Trône: Le TAS de Casablanca entre dans l'histoire    Rajae Lahlou: La quête de soi        Jean Numa Caux à l'espace Rivages à Rabat    Mehdi El Jazari dans «Hayna»    L'Iran dit avoir « repoussé l'ennemi », après de violentes manifestations    Législation. Les conseillers approuvent la loi 57-18 sur les sacs en plastique    SIDA. L'expérience marocaine évaluée    Sport-étude. TIBU s'allie avec des Américains    Forum des jeunes leaders. Une plateforme d'expression    Le PPS dans l'opposition    Presse francophone. Le Maroc présent aux assises de l'UPF    Destitution de Trump: Les républicains attaquent un témoin lors d'auditions marathon    Violences sur les réseaux : Seule une femme victime sur dix porte plainte    Migration. Les sans-papiers marocains au cœur du conflit catalan    L'intégration socioprofessionnelle des migrants au Maroc mise en lumière à Genève    Hay Mohammadi en fête    Taourirte bientôt dotée d'un nouveau tribunal de première instance    Participation marocaine au Forum de Dakar sur la paix et la sécurité    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    La Biennale de Rabat et l'exposition "Trésors de l'Islam en Afrique" dépassent la barre de 100.000 visiteurs    Alae Megri érige un pont artistique entre le Maroc et l'Amérique latine    Les artistes marocains dominent les nominations aux "Africa Music Awards"    Eliminatoires CAN-2021 : Les Lions de l'Atlas dominent le Burundi (0-3)    Coupe du Trône de futsal : Le Fath de Settat s'offre le titre aux dépens de la Ville Haute de Kénitra    Les jeunes leaders de la Méditerranée à l'honneur à Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tension dans le Golfe après des « actes de sabotage » contre des navires
Publié dans La Nouvelle Tribune le 13 - 05 - 2019

Plusieurs navires ont été la cible de mystérieux « actes de sabotage » au large des Emirats, selon Ryad et Abou Dhabi, suscitant une montée des tensions dans le Golfe au moment où le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo se rend à Bruxelles pour discuter de l'Iran.
« Nous sommes très inquiets du risque qu'un conflit se produise par accident en raison de l'escalade des tensions », a réagi lundi le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, avant de rencontrer ses homologues européens et M. Pompeo.
Tôt lundi, les autorités d'Arabie saoudite, alliées de Washington, ont rapporté des « actes de sabotage » ayant endommagé des navires saoudiens au large des Emirats, autre pays proche des Etats-Unis qui viennent de renforcer leur présence militaire dans le Golfe dans le contexte iranien.
« Deux pétroliers saoudiens ont fait l'objet d'actes de sabotage dans la zone économique exclusive (ZEE) des Emirats arabes unis, au large des côtes de l'émirat de Fujairah, alors qu'ils étaient sur le point de pénétrer dans le Golfe d'Arabie », a dit le ministre de l'Energie Khalid Al-Falih, cité par l'agence SPA.
Dimanche, les Emirats avaient fait état d' »actes de sabotage » contre quatre navires commerciaux de différentes nationalités, à l'est de l'émirat de Fujairah, sans identifier les auteurs mais en qualifiant l'évènement de « grave ».
A Téhéran, les autorités iraniennes ont appelé à l'ouverture d'une enquête.
« Ces incidents en mer d'Oman sont alarmants et regrettables », a dit Abbas Moussavi, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, en mettant en garde contre « l'aventurisme (d'acteurs) étrangers » pour perturber la navigation maritime dans la région.
Toutes les places boursières du Golfe étaient en baisse lundi en milieu de journée, y compris Ryad (-2,7%), Dubaï (-3,7%) et Abou Dhabi (-3%).
La chaîne TV Sky News Arabia a diffusé des images d'un des deux navires saoudiens portant le nom d' »Al Marzoqah ».
– « Acte criminel » –
Le ministre saoudien de l'Energie a dit que les actions contre les pétroliers saoudiens n'avaient causé ni victime ni marée noire, mais qu'ils avaient provoqué « des dégâts significatifs aux structures des deux navires ».
Un des deux pétroliers était en route pour être chargé de pétrole au terminal saoudien de Ras Tanura en vue d'une livraison à des clients américains, a-t-il précisé.
Ultérieurement, le ministère saoudien des Affaires étrangères a « condamné » un « acte criminel » qui constitue une « sérieuse menace » à la navigation maritime et a « une incidence néfaste sur la paix et la sécurité ».
Comme Abou Dhabi, Ryad n'a désigné aucun responsable. Les deux pays n'ont pas non plus précisé la nature des « actes de sabotage ».
Pour l'heure, le mystère autour de ces « actes de sabotage » reste donc entier.
Dimanche, le gouvernement des Emirats arabes unis a appelé la communauté internationale à « prendre ses responsabilités pour empêcher que de telles actions soient commises par des parties cherchant à porter atteinte à la sécurité de la navigation ».
Le port de Fujairah est le seul terminal aux Emirats arabes unis situé sur la côte de la mer d'Arabie qui contourne le détroit d'Ormuz, par où passent la plupart des exportations de pétrole du Golfe.
L'Iran a, à plusieurs reprises, menacé de fermer ce détroit stratégique, crucial pour la navigation mondiale et le commerce pétrolier, en cas de confrontation armée avec les Etats-Unis.
L'annonce de ces incidents par deux proches alliés de Washington intervient dans un contexte de regain de tension entre Washington et Téhéran après le renforcement des sanctions américaines contre la République islamique, qui a pour sa part suspendu certains de ses engagements nucléaires.
– Pompeo à Bruxelles –
Vendredi, le Pentagone a annoncé l'envoi dans la région d'un navire de guerre transportant des véhicules, notamment amphibies, et d'une batterie de missiles Patriot, s'ajoutant au déploiement d'un porte-avions et de bombardiers B-52.
Dimanche soir, le département d'Etat a annoncé que le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait décidé de se rendre lundi à Bruxelles pour discuter de « questions urgentes », et notamment de l'Iran, avec ses homologues européens.
Il a annulé en conséquence son passage à Moscou.
M. Pompeo avait déjà annulé ces derniers jours des déplacements à Berlin et au Groenland pour se consacrer au dossier iranien.
La tension est brusquement montée dimanche en milieu de journée dans le Golfe quand des sites pro-iraniens avaient rapporté une série d'explosions dans le port de Fujairah, affirmant qu'entre sept et dix tankers avaient pris feu après un survol d'avions américains et français.
Les Emirats avaient catégoriquement démenti avant d'annoncer, en début de soirée, des « actes de sabotage » contre quatre navires commerciaux.
Lundi, le secrétaire général du Conseil de coopération du Golfe (CCG), Abdullatif al-Zayani, ainsi que l'Egypte, la Jordanie et Bahreïn –trois alliés de Ryad et d'Abou Dhabi–, ont condamné les incidents maritimes de la veille.
« C'est un développement dangereux et une escalade caractérisant des intentions diaboliques », a dit M. Zayani.
Le secrétaire général de la Ligue arabe, Ahmed Aboul Gheit, a aussi condamné avec la plus grande fermeté.
Le petit émirat de Fujairah dispose de deux terminaux pétroliers et d'un oléoduc qui fournit du pétrole en provenance d'Abou Dhabi, où se trouve la majorité des réserves pétrolières des Emirats.
Cet oléoduc d'une longueur de 406 km permet d'acheminer 600.000 barils de brut par jour et surtout d'éviter le détroit d'Ormuz. Le port de Fujairah a une grosse capacité de stockage (70 millions de barils).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.