Le Nigéria décroche le premier ticket pour les huitièmes de finale    Taza. Première édition du festival national de la chanson marocaine    Les choses sérieuses commencent !    Auto Hall-DFSK. Un partenariat de fond    Trump avertit la Chine et critique l'Allemagne avant le G20    Inauguration à Kénitra de la première usine de Nexteer Automotive en Afrique    RAM digitalise son fret aérien avec Portnet    La MDJS certifiée par la World Lottery Association    CAN 2019 : les derniers jours d'Al Ahmadi avec les Lions de l'Atlas    Ell fait l'actu : Imane Ouaadil, nouvelle ambassadeur de SM le Roi auprès du Ghana    Elissa : «J'aimerais bien chanter en dialecte marocain»    Baccalauréat 2019 : La moisson exceptionnelle de Casablanca-Settat    Casablanca en quête d'un air plus frais    Lancement au siège de l'OCDE à Paris du 2e Programme Pays-Maroc    Le mal de maire!    Conférence à Bahreïn: Un plan économique pour les Palestiniens, qui le rejettent    L'Europe étouffe sous la canicule, qui va s'intensifier    Brésil: la Cour Suprême va réexaminer le dossier «Lula»    La liste des nouveaux ambassadeurs reçus par le roi    Nucléaire, Golfe : l'Iran semble jouer l'apaisement    Nissan prêt à revoir avec Renault la structure d'une alliance en danger    Renault rénove un établissement scolaire dans la région d'Essaouira    BMW transporteur officiel du Festival Mawazine    Un policier à Casablanca accusé de chantage, vol et adultère    Tanger-Med : Avortement d'une tentative de trafic de 270 kg de chira    MRE, loin des clichés    El Jadida : OCP organise dimanche la finale de son championnat de beach soccer    Les Comores expriment leur "soutien sans réserve" à l'initiative marocaine d'autonomie    Chambre des représentants : Adoption de trois conventions relatives à la ZLECAF et à l'accord de pêche durable Maroc-UE    Le Cameroun réussit son entrée, le Ghana chancelle    Youssef Amrani, nommé à Prétoria, « ready to work »…    Soulaliyates, Laftit veille au grain…    Mawazine 2019 : Elissa embrase Nahda    Royal Air Maroc en représentation au Caire, en marge de la CAN    Régionalisation avancée et mise en œuvre d'une stratégie visant la préservation de l'identité des MRE    YouTube pressé de mieux protéger les enfants    Divers    El Hadji Diouf Jouer la CAN en Egypte est une chance !    Jordan Ayew, la stagnation du prodige    La Côte d'Ivoire réussit son entrée en matière    Sommet des deux rives : Engagements pour une nouvelle ambition en Méditerranée    S'énerver plus pour vivre plus    Très attendu par ses fans, Reda Taliani cartonne à Salé    Chellah à l'heure de la musique tzigane    "Toy Story 4" en tête du box-office    Le Maroc présent à la conférence de Manama    Mauritanie: Ghazouani proclamé vainqueur dès le premier tour    Démantèlement d'une cellule liée à Daesh composée de 4 personnes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Grèce, les jeunes frappés par la crise blâment l'Europe
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 05 - 2019

Alexandra « n'a pas le sentiment » d'être entendue des décideurs à Bruxelles. À l'instar de nombreux jeunes Grecs, frappés de plein fouet par la crise, l'étudiante n'est pas sûre d'aller voter le 26 mai pour une Europe qu'elle juge responsable du chômage et de la baisse du pouvoir d'achat en Grèce.
Confrontée aux mesures d'austérité imposées par Bruxelles, la jeune génération peine à se sentir européenne, car ici le salaire minimum pointe à 650 euros bruts et le chômage des jeunes frôle les 40%.
« J'aimerais sentir que j'ai les mêmes opportunités que tous les citoyens des autres pays de l'Union Européenne, mais ce n'est pas le cas », estime Alexandra, tout juste diplômée de l'Université d'Agriculture d'Athènes.
L'Europe, qu'elle considère « responsable de la situation critique dans laquelle se trouve la Grèce », lui offre pourtant les perspectives personnelles et professionnelles qui font défaut dans son pays.
En Allemagne, où elle a décidé de partir, la jeune femme pense avoir « plus de chances d'entreprendre et commencer sa vie d'adulte ».
« D'un côté les liens (à l'Europe) sont objectivement plus forts, les échanges et les amitiés plus nombreuses. De l'autre, les jeunes Grecs vivent une situation difficile qui est directement liée à l'Europe », résume Giannis Kouzis, doyen de la Faculté de Sciences politiques à l'Université Panteion d'Athènes.
Ce rapport ambivalent à l'Europe revient avec insistance dans la société grecque, où seulement 54% de la population estime que la Grèce a bénéficié de l'appartenance à l'Union Européenne (depuis 1981), selon une étude du Parlement européen parue en octobre 2018.
Il est d'autant plus perceptible au sein d'une jeune génération fortement touchée par la crise.
Selon les données de l'OCDE, 39,9% des jeunes actifs grecs âgés de 15 à 24 ans étaient au chômage en 2018, quand la moyenne pour l'ensemble des pays de l'Union Européenne se situait à 15,2%. De quoi pousser les jeunes Grecs sur les routes de l'Europe.
– En quête d'opportunités en Europe –
« Environ 350.000 personnes ont émigré durant les années de la crise, notamment des jeunes qui se retrouvent face à un marché du travail grec ne leur offrant pas d'opportunités adéquates », précise le professeur Kouzis.
Sortie officiellement en août dernier de son programme d'aides internationales (UE et FMI), la Grèce a été plongée pendant presqu'une décennie dans une récession inédite destinée à purger la dette publique et à éviter un Grexit forcé.
S'il considère que « la Grèce a été un laboratoire des politiques d'austérité de l'Union Européenne », Thanassis garde confiance dans le projet européen, qui « a encore beaucoup à apporter ».
Fils de fonctionnaires, ayant grandi à Kozani -région du nord de la Grèce particulièrement touchée par la crise, le jeune homme de 20 ans a vécu au sein de sa famille « les baisses de salaires, la chute du pouvoir d'achat ». « Malgré les erreurs », il plaide pour « plus d'Europe et plus de solidarité pour répondre au fantôme de l'extrême droite ».
C'est d'ailleurs à Bruxelles que cet étudiant en troisième année de Relations Internationales et Sciences politiques a décidé d'effectuer son échange universitaire dans le cadre du programme Erasmus, « la plus belle réussite des politiques européennes ».
Elina avait décidé de quitter Athènes en 2010, au début de la crise, pour poursuivre ses études d'architecture à l'Université des Arts de Londres. Mais en Angleterre, Elina se sentait « exotique », souffrant de l'image écornée de la Grèce à l'international, au point de « subir beaucoup de racisme » et de décider de rentrer au pays au bout de cinq ans, pour lancer sa marque grecque de design.
« Tu as l'impression d'être plus intégrée que les générations précédentes parce que tu voyages, tu parles plusieurs langues, mais tu es bombardée de stéréotypes sur la fainéantise des Grecs », déplore-t-elle. Et à la question de savoir si elle se sent européenne, elle rétorque: « est-ce que les Européens nous considèrent comme tels? ».
S'il reste le plus faible de l'Union Européenne, le sentiment de citoyenneté européenne en Grèce a cependant progressé. Il est désormais majoritaire (51%), selon un rapport de la Commission européenne paru en juin 2018.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.