Al Boraq sur la bonne voie    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    BTI Bank signe une convention avec la Confédération Marocaine de TPE-PME    Trafic de drogues : Gros coup de filet de la DGSN à Tan-Tan    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Marrakech fête le 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits d'enfants    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Inzegane : Arrêté pour avoir fait chanter une jeune fille    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Nouvelle distinction pour Auto Hall    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Edito : Modèle    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Iran accuse les Etats-Unis d'escalade « inacceptable » des tensions
Publié dans La Nouvelle Tribune le 16 - 05 - 2019

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a accusé jeudi les Etats-Unis de provoquer une « inacceptable » « escalade de tensions provoquée par les Etats-Unis » à l'encontre de Téhéran.
« Nous agissons avec le maximum de retenue », a ajouté M. Zarif, en référence à la réaction de son pays face à la décision prise il y a un an par Donald Trump de sortir les Etats-Unis de l'accord de 2015 censé empêcher l'Iran de fabriquer la bombe atomique.
Le ministre iranien, en visite au Japon, a assuré que son pays maintenait son « engagement » vis-à-vis de la communauté internationale dans le cadre de cet accord.
La tension est montée ces dernières semaines avec le déploiement dans la région d'un porte-avions et de missiles Patriot par les Etats-Unis qui font état de menaces émanant de l'Iran contre leurs intérêts.
Les Etats-Unis ont rappelé mercredi leur personnel diplomatique non-essentiel en Irak en invoquant une « menace imminente » en « lien direct » avec l'Iran voisin, mais Donald Trump a renouvelé ses appels au dialogue malgré l'escalade des tensions.
« Je suis sûr que l'Iran voudra bientôt discuter », a lancé le président américain sur Twitter.
Malgré sa campagne de « pression maximale » à l'égard de Téhéran, ce n'est pas la première fois qu'il fait des ouvertures verbales — jusqu'ici sans succès.
Soufflant, dans ce dossier comme dans d'autres, le chaud et le froid au gré des interventions, M. Trump avait mis en garde lundi les dirigeants iraniens contre tout passage à l'acte. « S'ils font quelque chose, ils vont souffrir énormément », avait-il prévenu.
Washington a fait monter la pression sur Téhéran depuis dix jours et a ostensiblement renforcé sa présence militaire dans le Golfe, faisant état de préparatifs iraniens d'attaques aux contours encore flous contre des intérêts américains dans la région.
Dans la nuit de mardi et mercredi, le département d'Etat a annoncé avoir donné l'ordre de partir au personnel américain gouvernemental non essentiel de l'ambassade à Bagdad ainsi que du consulat à Erbil, au Kurdistan irakien, « en raison du flux de menaces accru ».
– « Période fatidique » –
« Il s'agit d'une menace imminente contre notre personnel », a ensuite déclaré un haut responsable américain à des journalistes à Washington. Cette menace « est réelle », a-t-il insisté, évoquant notamment la responsabilité de « milices irakiennes sous commandement et contrôle des Gardiens de la Révolution iraniens », l'armée idéologique de la République islamique d'Iran.
« C'est directement lié à l'Iran, de multiples flux de menaces en lien direct avec l'Iran », a renchéri un autre responsable.
Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo avait effectué la semaine dernière une visite surprise à Bagdad pour, avait-il expliqué, partager avec les dirigeants irakiens « les informations qui indiquent une escalade des activités de l'Iran ». Il avait déclaré avoir reçu des garanties quant à la protection des « Américains dans leur pays ».
Les responsables américains ont assuré que ce rappel de diplomates n'était pas motivé par une action militaire imminente des Etats-Unis contre l'Iran ou ses groupes alliés et Mike Pompeo a affirmé mardi à Sotchi (Russie) que Washington ne cherchait « pas une guerre avec l'Iran ».
Peu après la décision américaine, les armées allemande et néerlandaise ont annoncé avoir suspendu jusqu'à nouvel ordre leurs opérations de formation militaire en Irak.
Alors que le guide suprême iranien Ali Khamenei avait assuré mardi qu'il « n'y aurait pas de guerre avec les Etats-Unis », le président Hassan Rohani a lui évoqué une « guerre économique » menée par Washington.
« Cette période de l'Histoire est la plus fatidique pour la Révolution islamique car l'ennemi a mis en jeu toutes ces capacités contre nous », a estimé le chef des Gardiens de la Révolution, Hossein Salami.
Le Kremlin s'est pour sa part dit inquiet de cette « escalade des tensions » qui « se poursuit », accusant Washington de « provoquer » Téhéran.
– Embarras –
Soupçonnée d'alimenter l'escalade en exagérant le niveau de la menace, l'administration Trump a plaidé mercredi la sincérité.
D'autant qu'elle a été plongée dans l'embarras par le général Chris Ghika, un porte-parole britannique de la coalition internationale, sous commandement américain, présente en Irak et Syrie pour lutter contre les jihadistes, qui a démenti mardi toute « aggravation de la menace posée par les forces pro-iraniennes ».
Le Pentagone et le département d'Etat se sont relayés pour minimiser et contredire ses propos.
Selon le New York Times, le ministre américain de la Défense, Patrick Shanahan, a présenté à des conseillers de Donald Trump un plan selon lequel jusqu'à 120.000 hommes pourraient être envoyés au Moyen-Orient si l'Iran attaquait des forces américaines. Un projet démenti par le président des Etats-Unis, qui a toutefois prévenu: « Si nous devions le faire, nous enverrions beaucoup plus d'hommes que ça ».
Autres sources de tensions, de mystérieux « actes de sabotage » de quatre navires au large des Emirats arabes unis, dont les auteurs restent inconnus, et une attaque de drones contre des stations de pompage de pétrole en Arabie saoudite qui a été revendiquées par les rebelles Houthis du Yémen, soutenus par Téhéran.
Les Emirats ont plaidé mercredi pour une désescalade des tensions.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.