Barrage sur le Nil: Vers un compromis    Des stars mondiales du surf se défient à Taghazout    Fin de saison pour Mahmoud Benhalib après un tacle meurtrier    Météo: les prévisions de ce mardi    Meknès: Arrestation d'une SDF pour enlèvement d'un nourrisson    La deuxième phase de «Jeunes des 2 rives» lancée à Agadir    Ingénierie gouvernementale. Quel bilan des 100 premiers jours ?    Les femmes mises au ban du développement    Tanger Med dresse un bilan satisfaisant de ses activités    Les EEP bénéficient de plus de 28 MMDH de déblocages à fin novembre    La croissance du nombre de touristes internationaux a ralenti en 2019 à 4%    Bientôt une Cité des arts et de la culture pour Essaouira    A Meknès, des professionnels du tourisme pointent du doigt sur les maux du secteur    Redresser les rendements de leurs portefeuilles, un défi pour les institutionnels, dixit Khalid Cheddadi, PDG de la CIMR    Analyse: Villes sans bidonvilles, ce gouffre financier !    Le Forum stratégique maroco-égyptien se félicite de l'ouverture de consulats généraux africains à Laâyoune et Dakhla    Accord international pour relancer les efforts de paix en Libye    Des ex-guérilleros salvadoriens protègent la forêt qui leur avait donné refuge    L'accord avec Pékin n'offre qu'un répit au secteur technologique américain    Libye: Accord international pour relancer les efforts de paix    Pour 2020, le FMI prédit une « reprise poussive » de la croissance mondiale    Conférence de Berlin sur la Libye : Le Maroc exprime son étonnement    Le financement de l'économie nationale au coeur d'un colloque à la Chambre des représentants    Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Insolite : Klinsmann épinglé    RSB-Raja, un choc qui a tenu toutes ses promesses    Les sales besognes de Larbi Naji    Coupe du Monde 2022: Zone Afrique, horaires du tirage et tout ce qu'il faut savoir    Le MCO continue sur sa lancée    Le gotha du football africain sera à Salé le 1e février    Latifa Akharbach s'entretient à Rabat avec l'ambassadeur d'Australie au Maroc    Presse : Le gouvernement pense à fusionner papier et digital    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Divers    Trois raisons qui expliquent une rapide prise de poids chez les hommes    Casablanca : Arrestation d'un «escroc en ligne»    Virus: Un troisième mort, l'épidémie s'étend en Chine et gagne la Corée du Sud    Boulemane: 1.300 bénéficiaires d'une caravane médicale    Agadir à l'heure des "Journées de Tiznit"    "Bad boys for life" en tête du box office nord-américain    Abdelouahab Doukkali enchante le public saoudien    Un nouveau centre de la Fondation Ali Zaoua voit le jour à Fès    Maroc-Chine: Deux accords de coopération entre la FNMM et le Musée national de Chine    Zina Daoudia vivement critiquée pour son ode au Prince Salmane d'Arabie Saoudite    Essaouira : Bayt Dakira, le symbole !    Festival Cas'Arts : Des stars et des hommages pour la 3ème édition    Adda M'Rabbih, rescapé des bagnes du Polisario et fondateur du Mouvement du 5 Mars à Rabouni    Des milliers de binationaux en plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





US – Iran : Téhéran minimise les risques de conflits malgré les menaces américaines
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 05 - 2019

Le président américain Donald Trump a menacé l'Iran de destruction en cas d'attaque contre des intérêts américains, alors que les relations entre Téhéran et Washington sont extrêmement tendues depuis le rétablissement des sanctions économiques américaines en novembre dernier.
« Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis », a lancé dimanche M. Trump sur Twitter.
Les tensions entre Washington et Téhéran se sont exacerbées, alors que les Etats-Unis ont annoncé le déploiement dans le Golfe du porte-avions Abraham Lincoln et de bombardiers B-52, invoquant des « menaces » de la part de l'Iran.
L'administration Trump a ordonné au personnel diplomatique non-essentiel de quitter l'Irak, citant des menaces émanant de groupes armés irakiens soutenus par l'Iran.
Dimanche, une roquette Katioucha, a été tirée contre la Zone Verte à Bagdad, qui accueille des institutions gouvernementales et ambassades, dont celle américaine. Il n'était pas clair dans l'immédiat qui était derrière cette attaque.
Les relations américano-iraniennes sont au plus bas depuis que le président Trump a décidé, il y a un an, de se retirer de l'accord international conclu en 2015, visant à limiter le programme nucléaire iranien en échange d'une levée des sanctions contre Téhéran, et depuis le rétablissement des sanctions économiques américaines contre l'Iran, en novembre dernier.
La presse américaine spécule sur des divergences au sein du cabinet de M. Trump sur la manière de traiter le dossier iranien.
Selon les médias américains, le conseiller à la sécurité nationale John Bolton fait pression en faveur d'une ligne dure contre l'Iran, mais d'autres au sein de l'administration sont opposés. M. Trump lui-même a dit récemment qu'il avait dû « tempérer » John Bolton.
– L'Iran minimise le risque d'une guerre –
Pour sa part, le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif a cependant minimisé samedi la possibilité d'une nouvelle guerre dans la région. A l'issue d'une visite en Chine, M. Zarif s'est dit « certain (…) qu'il n'y aurait pas de guerre puisque nous ne souhaitons pas de conflit et puisque personne ne se fait d'illusion quant à sa capacité à affronter l'Iran dans la région », a rapporté l'agence officielle Irna.
L'Arabie saoudite a demandé samedi la convocation de sommets du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et de la Ligue arabe, à la suite du sabotage de navires dans le Golfe et d'attaques contre des stations de pompage dans le royaume.
Ces deux sommets extraordinaires auxquels Ryad invite ses partenaires se tiendraient le 30 mai prochain à La Mecque « pour discuter de ces agressions et de leurs conséquences sur la région », a indiqué l'agence de presse officielle saoudienne.
Il s'agit « de se consulter et de se coordonner avec les dirigeants frères » à propos de « tous les sujets susceptibles de renforcer la sécurité et la stabilité dans la région ».
Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a affirmé que son pays « ne veut pas une guerre » avec l'Iran et « va tout faire pour la prévenir », tout en assurant que Ryad est prêt « à se défendre et à défendre ses intérêts » si l'autre partie choisit d'aller vers la guerre.
– Hausse des stocks mondiaux de pétrole –
Les alliés régionaux du royaume ont salué l'invitation saoudienne. Le ministère des Affaires étrangères des Emirat arabes unis a indiqué que dans les « circonstances critiques » actuelles les pays du Golfe et arabes devaient faire preuve d'unité.
Dimanche, lors d'une réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis se sont inquiétés d'une hausse des stocks mondiaux de pétrole. Les pays exportateurs ont affirmé leur détermination à stabiliser le marché malgré les tensions dans le Golfe.
Les pays de l'Opep sont « unanimes dans leur volonté de continuer à travailler pour arriver à la stabilité entre l'offre et la demande », a indiqué le ministre de l'Energie saoudien Khaled al-Faleh, dont le pays est le premier exportateur mondial de pétrole.
Malgré la chute des exportations de pétrole vénézuélien — provoquée par la crise politique à Caracas — et iranien, et en dépit de la baisse de la production des membres de l'Opep, les stocks de brut continuent d'augmenter, selon les Emirats.
Egalement membre de l'organisation, l'Iran, dont le secteur pétrolier est frappé par des sanctions américaines, était absent de la rencontre.
Principal rival régional du royaume saoudien, l'Iran a été montré du doigt par Ryad après des attaques contre un oléoduc saoudien revendiquées par les rebelles yéménites soutenus par Téhéran, qu'une coalition militaire sous commandement saoudien combat au Yémen.
Ces attaques sont intervenues quelques jours après des « actes de sabotage » non revendiqués dans le Golfe qui ont touché entre autres des pétroliers saoudiens. Ryad a néanmoins assuré dimanche que la sécurité de son industrie pétrolière était « solide ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.