Drone abattu par l'Iran : La version de Trump    Energies renouvelables : Rabbah promeut les financement alternatifs    Conjoncture : La DEPF sur le même trend que le HCP, BOF!    CAN 2019 : la CAF placée sous tutelle de la Fifa    Larache. Un Français arrêté pour trafic de drogue et de psychotropes    Les parents des étudiants en médecine du privé dénoncent la discrimination et le populisme    La CAF prévoit deux pauses fraîcheur entre les mi-temps    Exposition sur Eugène Delacroix à Rabat, une première dans le monde arabe et en Afrique    Musiques sacrées. Le festival bat son plein    L'Iran dit avoir abattu un drone américain et parle de « ligne rouge »    Jeux Africains de Plage : le Maroc bat l'Algérie au beach-soccer    Arts martiaux : Marrakech abritera le Championnat du monde professionnel de muay thai    Accueil en fanfare pour le président chinois en Corée du Nord    Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes    Kenzi Tower Hôtel: Restaurant Sens, une carte joliment revisitée    Une nouvelle stratégie de financement de la santé s'impose    TE Connectivity inaugure sa deuxième usine de production au Maroc    L'OPM célèbre la fête de la musique aux rythmes de compositions dansantes    Jazzablanca : 80% des festivaliers ont un accès gratuit    L'exposition «Mains de lumière» éblouit des étudiants et chercheurs    Le temps est ainsi fait    Sécurité et développement en Afrique. Comment le continent peut se prendre en main    Rabat. EBM lance ses programmes préparatoires pour les tests d'admissions    Sahara marocain à l'ONU: L'initiative marocaine fortement soutenue    Marquage fiscal .L'ADII lance un appel d'offres    Journée mondiale des réfugiés    Déconcentration administrative : La Commission interministérielle fait le point    Les Lions de l'Atlas en Egypte pour un deuxième exploit    Inscriptions au doctorat. L'UM5R annonce une baisse des frais pour les fonctionnaires    Les stocks de sardinelles et de chinchards surexploités    Benslimane : 4 personnes périssent dans un accident de la route    Le Centre international Hassan II de formation à l'environnement voit le jour à Salé    Le peuple marocain célèbre ce jeudi le 49ème anniversaire de SAR le Prince Moulay Rachid    L'escalade des tensions dans le Golfe inquiète    Hausse attendue de la production dans l'industrie au deuxième trimestre    L'agriculture peut aussi rafraîchir la planète    L'équipe ghanéenne espère renouer avec le sacre africain    Dormir devant la télévision fait grossir    Bulletin de la CAN    Bouillon de culture    Le bureau de la Chambre des représentants tient sa réunion hebdomadaire    Habib El Malki en visite à Dublin    Le marché mondial du luxe poursuit sa progression, tiré par la Chine    Moussem de Tan-Tan Les tentes marocaines et mauritaniennes reflètent la richesse du patrimoine culturel commun    Saïdia accueille le 11ème Salon régional du livre    Canticum Novum transporte le public fassi aux confins des musiques anciennes    Meurtre de Khashoggi. Le chef de l'ONU lance une enquête internationale    Amazon détrône Google comme marque la plus puissante    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Huawei réplique à Trump: les Américains nous « sous-estiment »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 05 - 2019

Huawei réplique: son patron a averti mardi les Etats-Unis qu'ils « sous-estimaient » son entreprise, alors que le président américain Donald Trump fait tout depuis plusieurs mois pour bloquer les ambitions internationales du géant chinois des télécoms.
Ren Zhengfei s'exprimait près d'une semaine après que Washington a décidé d'interdire aux groupes américains de commercer dans les télécommunications avec les sociétés étrangères jugées « à risque » pour la sécurité nationale — dont Huawei.
« Le personnel politique américain, par ses façons de faire à l'heure actuelle, montre qu'il sous-estime notre force », a indiqué M. Ren dans un entretien avec la presse, retranscrit en direct via l'application mobile de la télévision d'Etat CCTV.
Dans un contexte de guerre commerciale et de rivalité technologique entre Pékin et Washington, le numéro deux mondial des smartphones et leader de la 5G (cinquième génération de technologie mobile) est dans le collimateur de l'administration Trump depuis 2018.
« La 5G de Huawei ne sera absolument pas affectée (par tout cela). En matière de technologie 5G, ce n'est pas en deux-trois ans que les autres entreprises pourront rattraper Huawei », a promis Ren Zhengfei en référence aux groupes américains et européens.
Depuis le placement de Huawei sur liste noire par Donald Trump, le géant informatique Google — dont le système Android équipe l'immense majorité des smartphones dans le monde — a annoncé qu'il allait devoir couper les ponts avec le groupe chinois.
Ce dernier pourrait ainsi ne plus pouvoir accéder à certains services d'Android et à ses applications Gmail ou Google Maps.
– ‘Pas nous isoler' –
La décision de Washington touche aussi de nombreuses entreprises américaines. Et de grands fabricants de semi-conducteurs comme Qualcomm ou Intel ont informé leurs employés qu'ils cesseraient, eux aussi, de fournir Huawei, selon l'agence Bloomberg.
« Nous n'allons pas, à la légère et sur un coup de tête, nous passer désormais des puces américaines. Nous devons grandir ensemble (avec ces compagnies) », a plaidé mardi Ren Zhengfei.
« Mais en cas de difficulté d'approvisionnement, nous avons des solutions de rechange. En période de paix (avant la guerre commerciale, NDLR), nous nous fournissions pour moitié en puces venant des Etats-Unis et pour moitié venant de Huawei. On ne pourra pas nous isoler du reste du monde », a-t-il martelé.
L'interdiction de commercer imposée par les Etats-Unis pourrait porter un coup dur aux grandes entreprises américaines fournissant des semi-conducteurs au groupe chinois, notent de nombreux experts du secteur.
« Cela pourrait aussi avoir un effet paralysant sur Huawei », estime Roger Kay, analyste chez Endpoint Technologies Associates. « S'ils n'ont pas les reins solides financièrement, cela pourrait les entraîner dans un cercle fatal. Si en revanche ils ont les poches pleines, ils pourront peut-être s'en sortir. »
Dans le monde entier, beaucoup d'utilisateurs de smartphones Huawei s'interrogent: pourront-ils toujours accéder aux services Google sur leur appareil?
– Délai de 90 jours –
Face aux inquiétudes, Washington a semblé vouloir calmer le jeu, en décrétant lundi un délai de 90 jours avant d'imposer les sanctions.
Une décision jugée mardi « sans grande signification » par Ren Zhengfei, qui a annoncé que son groupe était déjà « en discussion » avec Google afin de chercher des solutions face à l'interdiction de commercer.
Huawei est depuis 2018 dans le viseur de Washington, qui dit soupçonner le groupe de permettre aux services de renseignements chinois d'utiliser son matériel pour espionner les communications sur les réseaux mobiles dans le monde.
Mais pour le géant des télécoms, Donald Trump cherche avant tout à enrayer le développement d'une entreprise jugée trop avancée technologiquement.
Au Canada, allié historique des Etats-Unis, Huawei est également au coeur d'une crise diplomatique depuis l'arrestation en décembre, à la demande de Washington, de la directrice financière du groupe chinois, Meng Wanzhou.
Soupçonnée de violation des sanctions américaines en Iran, la responsable est également la propre fille de Ren Zhengfei.
« Nous avons sacrifié une personne, une famille. Cela en vue d'un idéal: atteindre les sommets mondiaux », a souligné mardi le fondateur de Huawei. « Et pour atteindre cet idéal, un conflit avec les Etats-Unis devait arriver tôt ou tard. »


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.