Ciment : Légère hausse des ventes à fin mai    Doctorat : L'UIC s'associe à ESC Clermont    Finance participative : Bank Al Yousr décortique les enjeux    Mauritanie : Le candidat du pouvoir remporte la présidentielle    Bac : Le taux de réussite en hausse de 20% à Casa-Settat    Washington s'apprête à sanctionner davantage l'Iran    Délais de paiement. Entreprises et établissements publics désormais contraints à la transparence    Festival Gnaoua et musiques du monde. Grande fête de la culture !    Le plan américain de paix par l'économie sera discuté à Bahreïn, sans les Palestiniens    "Comment est-ce possible ?", le coup de gueule d'Hervé Renard    L'école belge de Rabat met en place des programmes préparatoires aux tests d'admission    Nuit de liesse à Istanbul après la victoire de l'opposition    Groupe Al Omrane. Une nouvelle stratégie marketing pour les MRE    Marrakech. Une bande spécialisée dans le trafic de drogue démantelée    MAROC/PALESTINE : LAKJAA RAPPELLE LE SOUTIEN ENGAGE DE SM LE ROI MOHAMMED VI POUR LES PALESTINIENS, DIRECTION ET PEUPLE    Mauritanie: Cheikh El-Ghazouani revendique la victoire    De David Guetta à Kery James: retour sur le weekend de Mawazine    Clôture en apothéose de la fête de la musique "by Wecasablanca Festival"    Les Muwachahat andalouses et alépines résonnent dans le ciel de Fès    Une mosquée de Ceuta visée par des tirs    Violence à l'égard des femmes. L'enquête nationale décortiquée par les députés    25ème Festival de Fès des musiques sacrées du monde : Du gospel et flamenco pour marquer la fin    RAM : APRES NEW-YORK, MIAMI, WASHINGTON...AU TOUR DE BOSTON POUR DES VOLS DIRECTS    L'université Ibn Zohr en apothéose!    CAN 2019 : 120 millions de DH privent les Marocains des matchs des Lions de l'Atlas    Abdelhadi El Mouaziz remporte le 11è Trail international des cèdres    Ouverture de la 12è retraite du Conseil de Paix et de Sécurité de l'UA à Sekhirat    Le Maroc exprime sa satisfaction quant à la position constructive de la Barbade    Gouvernance spatiale et développement    Mawazine-2019: le duo Bigflo et Oli propulse le public vers « la lune »    BMW de nouveau transporteur officiel du Festival Mawazine    Immigration illégale : Six individus déférés devant le parquet à Larache    El Jadida : OCP Jorf Lasfar organise une caravane médicale    Le Maroc prend part au "Sommet des deux rives, Forum de la Méditerranée"    Festival de Fès, un bilan très satisfaisant pour la 25ème édition    Administration. Où en est le chantier de la déconcentration ?    Le Sénégal et l'Algérie prennent les rênes du Groupe C    Mohamed Aujjar s'informe du fonctionnement de la Cour de cassation hongroise    Edito : Excédent au Bac    Vif succès du tournoi de football organisé par Act4Community Jorf Lasfar    La politique migratoire de l'Espagne entre façade et réalité    Divers    Une victoire d'entrée pour les maîtres de céans    Marc Lamti, le plus jeune joueur de la compétition    Amine Harit : Au fond de moi, ça n'allait pas et je me mentais    Répression tous azimuts dans les camps de la honte    Enfin un prix pour l'enseignant inspirant    Affaire Khashoggi: la responsabilité du prince héritier est engagée…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 05 - 2019

En pénalisant durement le géant chinois des télécoms Huawei, le président américain Donald Trump a tiré une nouvelle salve contre Pékin, les Etats-Unis voyant dans la confrontation directe la meilleure approche pour freiner la montée en puissance de la Chine.
L'administration Trump a engagé une vaste campagne contre Huawei, dont l'intensité est montée d'un cran la semaine dernière lorsque M. Trump a interdit aux réseaux de télécommunications américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure ciblant clairement Huawei.
Lundi, Washington a cependant accordé un délai de 90 jours au groupe chinois et à ses partenaires américains pour s'adapter.
Washington estime que Huawei, qui est un acteur incontournable des télécoms dans le monde en développement, pose des risques de sécurité nationale et de violation de la vie privée de ses utilisateurs en raison de ses liens étroits avec le gouvernement chinois, des accusations que le groupe rejette.
Mais les inquiétudes des Etats-Unis vont bien au-delà de Huawei, et la Chine est devenue l'un des rares motifs d'unité d'une classe politique américaine ultra-divisée et d'exaspération dans le monde américain des affaires.
L'offensive contre Huawei intervient au moment où les négociations commerciales entre les deux pays piétinent, alors que M. Trump vient de faire passer de 10% à 25% les droits de douane punitifs imposés sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises.
Washington accuse la Chine de pratiques déloyales, comme le vol de la propriété intellectuelle et le piratage informatique, et lui reproche de surendetter les pays en développement avec son projet des « Nouvelles routes de la soie ».
Les Etats-Unis s'inquiètent aussi de la montée en puissance militaire de la Chine, notamment en mer de Chine méridionale et à l'égard de Taïwan. L'administration a aussi dénoncé les détentions de masse de musulmans ouïghours dans l'ouest de la Chine.
Pour Jonathan Hillman, du Centre pour les études internationales et stratégiques, la classe politique américaine a renoncé à l'espoir de voir la prospérité économique faire de la Chine un partenaire plus maniable.
« Pour faire simple, la Chine ne devient pas davantage comme nous », explique-t-il. « Ils ont profité de ce qui leur était favorable dans la mondialisation, mais l'Etat a gardé le contrôle. Et je pense que tout cela nous dirige vers une plus grande concurrence » avec la Chine.
– « Menace à long terme » –
La diplomatie américaine réfléchit à une politique détaillée sur les relations avec la Chine, selon Kiron Skinner, la directrice du service de planification politique au département d'Etat.
La Russie de Vladimir Poutine inquiète aussi Washington, mais elle est vue comme une « survivante », a expliqué Mme Skinner. « Mais la Chine, nous la voyons davantage comme une menace à long terme », a-t-elle ajouté lors d'un récent forum.
Même si le chef de la diplomatie Mike Pompeo a assuré que les Etats-Unis ne se considéraient pas comme en « Guerre froide » avec la Chine, Mme Skinner a explicitement comparé la Chine à l'Union soviétique.
L'URSS avait des armes nucléaires et une armée solide, mais son économie était « arriérée », a-t-elle expliqué. « En Chine, on a un concurrent économique et un concurrent idéologique, qui cherche à avoir une influence mondiale, une chose à laquelle nous ne nous attendions pas il y a quelques dizaines d'années à peine ».
– Relations commerciales désagrégées –
Pour Jake Stokes, qui fut le conseiller pour l'Asie de l'ex vice-président Joe Biden, l'administration Trump a tendance à voir dans les relations avec la Chine un jeu où le gagnant rafle tout, alors que l'administration Obama cherchait des domaines de coopération positive avec Pékin.
« Cela dit, je pense qu'il y a un consensus (…) selon lequel un rééquilibrage est justifié, et que c'est juste une conséquence naturelle d'un équilibre des pouvoirs modifié par la montée en puissance de la Chine », indique M. Stokes, aujourd'hui expert au centre de réflexion Institute of Peace.
Les relations commerciales avec la Chine, longtemps basées sur l'offre de main-d'oeuvre chinoise à bas prix, « se désagrègent », indique-t-il. « Une part importante et croissante de la Chine est un pays développé et elle agit comme un pays développé », ajoute M. Stokes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.