CAN de futsal 2020: le Maroc dans le groupe A avec la Guinée équatoriale, l'Afrique du Sud et la Libye    Lalla Meryem préside l'inauguration du Bazar international de Bienfaisance à Rabat    Affaire du policier suspendu : La DGSN répond aux rumeurs    FIFM : Plusieurs projets récompensés dans le cadre des ateliers de l'Atlas    Un américain arrêté pour l'utilisation de Playstation pour son trafic de drogue    Rapport de l'UICN : Les océans en manque d'oxygène    MAPA : Conférence internationale sur les addictions    France : Des opérations escargots sur des routes à forte circulation    Visite de Pompéo : Les principales déclarations des responsables américains    PLF 2020 : Benchaâboun assure l'exécution rapide des décisions judiciaires    FIFM : Un bel hommage rendu à Robert Redford    Visite de Pompeo au Maroc: Le bilan    Opep: Membres et partenaires se retrouvent à Vienne    Informations    Enseignement: 2 écoliers sur 3 analphabètes!    Taxe Gafa: Les hostilités relancées…    L'Otan adopte une déclaration finale    Tilda Swinton, l'insaisissable icône du 7e art    Infantino va entrer au CIO en janvier    Le WAC vise une cinquième victoire face au Mamelodi Sundowns en Ligue des champions    La lutte contre la sextorsion requiert des mécanismes développés de surveillance et de traçage    Comment protéger vos données personnelles    L'Afrique n'est pas la principale source des flux migratoires    Ralentissement économique attendu dans près des deux tiers des villes du monde en 2020-21    Une nouvelle antenne de la BERD inaugurée à Agadir    La filière oléicole assure une entrée de devises équivalente à 1,8 milliard de DH par an au Maroc    "Microfracture" pour Hazard, forfait pour le clasico    Bertrand Tavernier : L'arrogance est l'ennemi déclaré du réalisateur    Jeremy Thomas : L'inventivité est primordiale même sans budget    Le cinéma australien brille de mille feux à Marrakech    Académie du Royaume du Maroc : Concert mémorable de l'orchestre de l'opéra national du Pays de Galles    Le PLF 2020 passe le cap des Conseillers    PLF2020: le RNI remonté contre le PJD, à cause de l'article 9    Arribat Center en feu !    PCM-PLS-PPS: Un parti, un référentiel et un combat    70e anniversaire de l'OTAN: Le sommet de la discorde…    Tous à Londres, personne à Madrid!    Nouvel élan pour les relations entre le Maroc et les Etats-Unis    Quarts de finale de la Coupe Mohammed VI : Le Raja contre le MC d'Alger ou Al Quwa Al Jawiya d'Irak    Coupes africaines : Wydad-Mamelodi Sundowns, deux géants qui se connaissent bien    18ème Festival international du film de Marrakech : Mouna Fettou dédie son hommage à son fils    Salon de l'emploi : 1.000 postes à pourvoir pour une 1ère édition    Hakimi en lice pour le titre des jeunes, Ziyech chez les grands    Pyongyang s'inquiète d'une « rechute du gâtisme » de Trump    Le Congrès va entamer la rédaction de l'acte d'accusation de Trump    Fondation Al omrane : La 1ère classe préscolaire ouvre à Charafate    Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin
Publié dans La Nouvelle Tribune le 21 - 05 - 2019

En pénalisant durement le géant chinois des télécoms Huawei, le président américain Donald Trump a tiré une nouvelle salve contre Pékin, les Etats-Unis voyant dans la confrontation directe la meilleure approche pour freiner la montée en puissance de la Chine.
L'administration Trump a engagé une vaste campagne contre Huawei, dont l'intensité est montée d'un cran la semaine dernière lorsque M. Trump a interdit aux réseaux de télécommunications américains de se fournir en équipements auprès de sociétés étrangères jugées à risque, une mesure ciblant clairement Huawei.
Lundi, Washington a cependant accordé un délai de 90 jours au groupe chinois et à ses partenaires américains pour s'adapter.
Washington estime que Huawei, qui est un acteur incontournable des télécoms dans le monde en développement, pose des risques de sécurité nationale et de violation de la vie privée de ses utilisateurs en raison de ses liens étroits avec le gouvernement chinois, des accusations que le groupe rejette.
Mais les inquiétudes des Etats-Unis vont bien au-delà de Huawei, et la Chine est devenue l'un des rares motifs d'unité d'une classe politique américaine ultra-divisée et d'exaspération dans le monde américain des affaires.
L'offensive contre Huawei intervient au moment où les négociations commerciales entre les deux pays piétinent, alors que M. Trump vient de faire passer de 10% à 25% les droits de douane punitifs imposés sur 200 milliards de dollars d'importations chinoises.
Washington accuse la Chine de pratiques déloyales, comme le vol de la propriété intellectuelle et le piratage informatique, et lui reproche de surendetter les pays en développement avec son projet des « Nouvelles routes de la soie ».
Les Etats-Unis s'inquiètent aussi de la montée en puissance militaire de la Chine, notamment en mer de Chine méridionale et à l'égard de Taïwan. L'administration a aussi dénoncé les détentions de masse de musulmans ouïghours dans l'ouest de la Chine.
Pour Jonathan Hillman, du Centre pour les études internationales et stratégiques, la classe politique américaine a renoncé à l'espoir de voir la prospérité économique faire de la Chine un partenaire plus maniable.
« Pour faire simple, la Chine ne devient pas davantage comme nous », explique-t-il. « Ils ont profité de ce qui leur était favorable dans la mondialisation, mais l'Etat a gardé le contrôle. Et je pense que tout cela nous dirige vers une plus grande concurrence » avec la Chine.
– « Menace à long terme » –
La diplomatie américaine réfléchit à une politique détaillée sur les relations avec la Chine, selon Kiron Skinner, la directrice du service de planification politique au département d'Etat.
La Russie de Vladimir Poutine inquiète aussi Washington, mais elle est vue comme une « survivante », a expliqué Mme Skinner. « Mais la Chine, nous la voyons davantage comme une menace à long terme », a-t-elle ajouté lors d'un récent forum.
Même si le chef de la diplomatie Mike Pompeo a assuré que les Etats-Unis ne se considéraient pas comme en « Guerre froide » avec la Chine, Mme Skinner a explicitement comparé la Chine à l'Union soviétique.
L'URSS avait des armes nucléaires et une armée solide, mais son économie était « arriérée », a-t-elle expliqué. « En Chine, on a un concurrent économique et un concurrent idéologique, qui cherche à avoir une influence mondiale, une chose à laquelle nous ne nous attendions pas il y a quelques dizaines d'années à peine ».
– Relations commerciales désagrégées –
Pour Jake Stokes, qui fut le conseiller pour l'Asie de l'ex vice-président Joe Biden, l'administration Trump a tendance à voir dans les relations avec la Chine un jeu où le gagnant rafle tout, alors que l'administration Obama cherchait des domaines de coopération positive avec Pékin.
« Cela dit, je pense qu'il y a un consensus (…) selon lequel un rééquilibrage est justifié, et que c'est juste une conséquence naturelle d'un équilibre des pouvoirs modifié par la montée en puissance de la Chine », indique M. Stokes, aujourd'hui expert au centre de réflexion Institute of Peace.
Les relations commerciales avec la Chine, longtemps basées sur l'offre de main-d'oeuvre chinoise à bas prix, « se désagrègent », indique-t-il. « Une part importante et croissante de la Chine est un pays développé et elle agit comme un pays développé », ajoute M. Stokes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.