Al Boraq sur la bonne voie    Elalamy : Le Maroc ne ménagera aucun effort pour continuer le développement de son industrie automobile    BTI Bank signe une convention avec la Confédération Marocaine de TPE-PME    Trafic de drogues : Gros coup de filet de la DGSN à Tan-Tan    ‘‘Lire Casablanca'', une référence sur l'histoire architecturale et urbanistique de Dar El Beida    Marrakech fête le 30ème anniversaire de la Convention internationale des droits d'enfants    Bourita reçoit Jean-Yves Le Drian à Rabat    Le film « Adam » fait un beau parcours à l'international    Inzegane : Arrêté pour avoir fait chanter une jeune fille    Secousse tellurique de magnitude 3,1 dans la province de Midelt    Le FIFM célèbre le parcours de quatre grandes figures du cinéma international    La Tunisie instaure des cours d'éducation sexuelle, une première dans le monde islamique    Futsal: la sélection marocaine des personnes de petite taille affronte l'Egypte    Communiqué du Bureau politique du PPS    La CMR finalise sa stratégie de transformation digitale 2020-2024    Le 19 novembre décrété «Journée du Maroc à Los Angeles»    Amnesty: Le modèle économique de Facebook et Google est une « menace » pour les « droits humains »    Mali. Peine de mort prononcée pour l'homme qui a tué un imam    Le départ de Mustapha Iznasni : des témoignages    Nouvelle distinction pour Auto Hall    Le Maroc s'achète 36 hélicoptères Apache AH-64E américains    Affaire ukrainienne: Un ambassadeur dit avoir « suivi les ordres » de Trump    Le roi saoudien appelle l'Iran à renoncer à son « idéologie expansionniste »    Hay Mohammadi: accueil triomphal pour l'équipe du TAS    «La formation un maillon parmi tant d'autres pour structurer la filière musicale»    Badr Hari organise le mariage secret de Ronaldo à Marrakech    48es Assises de l'Union internationale de la presse francophone : Latifa Akharbach anime une table ronde    Immobilier. Toujours pas de corrélation entre transactions et prix    Ce vendredi, alerte météo dans plusieurs provinces du royaume    Accidents de la circulation : 9 morts et 1.711 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    PLF 2020, M. Benchaaboun nu parmi les loups…    Edito : Modèle    Le Maroc que nous voulons...    Billetterie en ligne : Le Raja et guichet.ma, champions de la transformation numérique du sport    Difficulté d'accès au financement : le constat choquant du HCP    Driss Lachguar : Il est nécessaire de doter les femmes des compétences scientifiques et d'encadrement    La bonne opération du Onze national à Bujumbura    L'EN des locaux déroule face à la Guinée    La SGM et l'Université Mohammed V scellent un partenariat    Les joueurs de basketball au Maroc s'organisent    Habib El Malki et Fatiha Saddas élus au Conseil de l'Alliance progressiste    Le Maroc a choisi la voie du libéralisme et de l'ouverture    Les prix des actifs immobiliers repartent à la hausse    Los Angeles se met à l'heure marocaine    Les nouveautés en matière de géologie du quaternaire en débat à Kénitra    La richesse du patrimoine culturel africain célébrée à Mohammédia    Nouvelle édition du Festival international des écoles de cinéma de Tétouan    Les fonds envoyés à l'étranger par les résidents de l'UE en hausse à 35,6 milliards d'euros en 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Compromis européen sur un budget de la zone euro
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 06 - 2019

Les ministres européens des Finances se sont entendus vendredi matin sur les grandes lignes d'un budget de la zone euro, un projet phare du président français Emmanuel Macron cependant revu considérablement à la baisse.
« Pour la première fois, nous avons créé un budget opérationnel qui aidera les pays de la zone euro à converger et à devenir plus compétitifs. C'est une percée », a déclaré le ministre français Bruno Le Maire, fervent défenseur de cette initiative.
« Pour la première fois, nous commencerons à penser l'avenir comme un bloc cohérent et à coordonner nos politiques économiques », s'est-il également réjoui.
Le porte-parole du président de l'Eurogroupe s'est félicité dans la nuit de l' »accord » conclu par les ministres. Il a annoncé dans un tweet une conférence de presse à 08H15, où les modalités du compromis seront détaillées.
L'accord ministériel, obtenu après une douzaine d'heures de discussions, sera présenté la semaine prochaine aux chefs d'Etat et de gouvernement de l'UE réunis en sommet à Bruxelles.
Mandatés par les dirigeants européens en décembre, les ministres des Finances débattent depuis six mois de la question d'un budget, qui divise les pays du Sud, partisans d'une plus grande solidarité, et ceux du Nord, les Pays-Bas en tête, adeptes de la rigueur budgétaire.
Baptisé « instrument budgétaire pour la compétitivité et la convergence », l'embryon de budget de la zone euro a pour objectif d'encourager des réformes structurelles pour accroître la compétitivité dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique.
Concrètement, ce serait par exemple, explique une diplomate française, la réforme de la formation professionnelle, qui pourrait être financée, au moins partiellement, par cet instrument. Mais si les pays ne tiennent pas leurs engagements de réformes, ils devront rembourser les fonds alloués.
– « Discussions fructueuses » –
Cet « instrument » sera incorporé dans le budget de l'UE (donc des 27 pays de l'Union, moins le Royaume-Uni qui doit en sortir). Il ne porte d'ailleurs pas le nom de « budget de la zone euro », comme l'avait au départ imaginé M. Macron, les pays du Nord étant opposés à ce terme.
Son montant devrait être aussi bien moindre que celui souhaité par le président français, qui envisageait plusieurs centaines de milliards d'euros.
La discussion sur l'ampleur exacte de cet « instrument » se fera plus tard dans l'année, lors des négociations plus globales sur le futur cadre du budget pluriannuel de l'UE pour 2021 à 2027.
Deux sources européennes ont évoqué une enveloppe de 17 milliards d'euros répartis sur sept ans entre les 19 pays.
Le ministre néerlandais Wopke Hoekstra a salué de « fructueuses discussions » et « la stimulation d'une véritable réforme dans la zone euro ».
« C'est ainsi que la zone euro deviendra plus forte », a tweeté le ministre qui était le plus réticent à ces réformes.
« Nous avons encore un long chemin à parcourir, en particulier en ce qui concerne le financement du nouveau budget, et je ne sous-estime pas les défis qui nous attendent », a pour sa part relevé Bruno Le Maire.
Selon un haut responsable européen, ce budget pourrait par exemple être alimenté par des revenus supplémentaires provenant de nouvelles taxes.
La France et l'Allemagne proposent ainsi d'établir une taxe sur les transactions financières (TTF) au niveau européen –un projet en souffrance depuis plusieurs années– qui permettrait de l'abonder.
Les ministres européens se sont également entendus dans la nuit pour modifier le traité sur le Mécanisme européen de stabilité (MES), créé en 2012 en pleine crise de la dette et destiné à venir en aide aux pays en difficulté, afin de le renforcer.
Son fonctionnement sera « radicalement » amélioré, a insisté M. Le Maire.
Il deviendra en particulier une sorte de prêteur en dernier ressort pour les banques en grande difficulté, à hauteur de « 60 milliards d'euros », selon le ministre.
Les Européens doivent maintenant avancer sur l'Union bancaire, lancée en 2012 après la crise financière et qui est actuellement dans l'impasse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.