411 milliards de DH pour soutenir les plans de développement régional    Université d'été pour les jeunes chercheurs à Essaouira    Oxfam monte au créneau    L'insoutenable quotidien des saisonnières marocaines en Espagne    La Bourse de Casablanca en bonne mine    L'opposition algérienne pose des conditions au dialogue proposé par le pouvoir    Boris Johnson ultra-favori dans la course à Downing Street    Pinot maître des Pyrénées au Tour de France    Fraser-Pryce et Obiri ont fait le show au meeting de Londres    Bale sur le départ    Divers    La loi relative à la lutte contre la traite des êtres humains disséquée à Agadir    Bouillon de culture    Les arts de la rue s'invitent à Laâyoune    "Avengers: Endgame", le film aux plus grosses recettes de l'histoire    Maroc Telecom enregistre près de 63 millions de clients    Le secteur bancaire confirme sa résilience en 2018    Alerte Météo : Il va pleuvoir dans plusieurs villes au Maroc    Lekjâa convoque la famille du football marocain à Skhirat    Comicom introduit la marque indienne Mahindra au Maroc    L'Europe se prépare à une nouvelle canicule, Paris en alerte    La Jordanie réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Football    Loi-cadre sur l'enseignement    Tenue du gala international de boxe professionnelle à El Jadida    Des centaines d'Algériens sont bloqués au Caire    Point de vue : Hanane, Reda… et tant d'autres !    Victoire de la sélection algérienne en finale de la CAN 2019    Actes de sabotage et de vandalisme à Lâayoune    El Otmani en visite à Dakhla-Oued Eddahab    Le Maroc présent à la Foire internationale du livre de Lima    Dar El Bacha accueille l'exposition « Etoffe des sens, résonnances, Serge Lutens, Yves Saint Laurent »    Festival international Jawhara : Le retour de Cheb Bilal    Proscrire la violence!    CNDH: Au nom du principe de la pluralité    Festival des huîtres de Qualidia    Avortement d'une tentative de trafic de 345 kg de chira à Bab Sebta    Ukraine: Vers une majorité absolue au Parlement du parti du président Zelensky    La colère gronde à Hong Kong après les agressions brutales de manifestants    Laâyoune : Ouverture d'une enquête…    Un vibrant hommage rendu à Husseïn Chaâbi par la ville de Laâyoune    Akhannouch promet de solliciter le portefeuille de la santé en 2021    Décès directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique Yukiya Amano    La course à Downing Street s'achève, Boris Johnson ultra-favori    BCIJ : Arrestation à Meknès d'un terroriste franco-marocain    La traite humaine nargue la loi 27-14    Une approche qui n'est pas du goût de tous    Béni Tadjit et la parade des prétendants !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Objectif Downing Street : Place aux deux finalistes
Publié dans La Nouvelle Tribune le 20 - 06 - 2019

Les députés conservateurs britanniques déterminent jeudi qui se mesurera à Boris Johnson dans le sprint final de la course à la succession de la Première ministre Theresa May, jusqu'ici dominée de la tête et des épaules par l'exubérant champion des pro-Brexit.
Boris Johnson, tenant d'un Brexit dur, ancien maire de Londres et ex-ministre des Affaires étrangères, a survolé les premiers tours de vote des députés tory, dont le troisième mercredi en récoltant 143 voix sur 313. Ce scrutin doit désigner les deux prétendants finalistes au poste de chef du Parti conservateur, à qui reviendront les clefs du 10 Downing Street, mais aussi l'épineux dossier du Brexit, programmé pour le 31 octobre.
Face à Boris Johnson, intouchable, trois candidats se disputent la deuxième place: les ministres des Affaires étrangères Jeremy Hunt, de l'Environnement Michael Gove, et de l'Intérieur Sajid Javid. Les résultats des 4e et 5e tours de vote prévus jeudi doivent être annoncés vers 12H00 GMT et 17H00 GMT.
Au cours des prochaines semaines, les finalistes sillonneront le pays pour présenter leur programme aux 160.000 membres du Parti conservateur, qui doivent les départager d'ici la fin juillet.
Mais là encore, le suspense semble bien mince: pour « la plupart de ses collègues », il est « maintenant presque inévitable que (Boris Johnson) soit le prochain Premier ministre britannique », souligne le quotidien The Guardian.
– Une mission: le Brexit –
Jeudi matin, Londres bruissait de rumeurs de tractations et autres manoeuvres ourdies par tel ou tel candidat. Selon le Telegraph, les partisans de Boris Johnson tenteraient de faire dérailler la campagne de Michael Gove, une revanche après que ce dernier eut saboté la tentative du premier de remporter Downing Street en 2016. « C'est un moment grave. Nous n'avons pas besoin de ce genre de combine », a tonné la ministre du Travail Amber Rudd, sur la BBC, en appelant M. Johnson à démentir ces informations.
La mise en oeuvre du Brexit sera la priorité absolue du nouveau chef de l'exécutif, trois ans après le référendum de juin 2016 qui avait vu les Britanniques voter à 52% en faveur de ce divorce historique. Incapable d'y parvenir, usée par les critiques incessantes et complots dont elle a fait l'objet au sein des tories, Theresa May a démissionné le 7 juin de ses fonctions de chef du Parti conservateur, après trois rejets successifs par les députés de l'accord de retrait qu'elle a négocié avec Bruxelles.
Dans un pays déboussolé par ces atermoiements, Boris Johnson joue la carte de sauveur du Brexit, et se dit prêt à ferrailler pour renégocier cet accord, quand bien même Bruxelles a exclu cette éventualité. Lors d'un débat télévisé mardi soir, il a répété sa volonté de faire sortir son pays de l'Union européenne d'ici le 31 octobre, quitte à partir sans accord avec l'UE, sans s'engager toutefois à « garantir » un Brexit à cette date.
– Rempart –
Politicien habile et charismatique à l'ambition dévorante, Boris Johnson, 55 ans, jouit du soutien de nombreux militants de la base du Parti conservateur, qui voient en lui le chef idoine pour remettre le Brexit sur les rails. Et même si ses gaffes à répétition et son discours aux accents populistes agacent ses pairs, beaucoup le considèrent à présent comme un rempart au Parti du Brexit de l'europhobe Nigel Farage, grand vainqueur des dernières élections européennes au Royaume-Uni, et à l'opposition travailliste de Jeremy Corbyn.
Face à Boris Johnson, Jeremy Hunt, lointain deuxième après le tour de vote de mercredi (54 voix), se pose en alternative « sérieuse », mettant en avant ses succès d'entrepreneur et sa longue carrière politique. Comme Michael Gove, il estime qu'un nouveau report du Brexit pourrait être nécessaire si un accord avec Bruxelles était à portée de main.
Le ministre des Finances Philip Hammond ajoutera jeudi son grain de sel lors d'un discours devant des représentants du secteur bancaire, fustigeant ceux qui mettent en péril la « prospérité » du Royaume-Uni en brandissant la menace d'un « no deal », selon des extraits communiqués par ses services.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.