Casablanca: Les bus d'occasion en phase de rodage    Les rivaux libyens se rencontrent à Moscou    Coupe Mohamed VI:L'OCS ramène un précieux nul de la pelouse d'Al Ittihad    BCP mobilise son réseau pour booster l'entrepreneuriat    Le Premier secrétaire de l'USFP reçoit le groupe d'amitié parlementaire Mexique-Maroc    En marge du nouveau modèle de développement au Maroc    Le CMC planche sur la croissance économique au Maroc    NBK Capital Partners finalise l'acquisition de Polymedic    Régularisation spontanée 2020 : L'Office des Changes publie une capsule vidéo explicative    Habib El Malki reçoit Maria Del Carmen Bautista Peláez    Open d'Australie : Matches retardés à cause des fumées d'incendies    Sommet international à Berlin dimanche pour prolonger la trêve libyenne    L'Etat islamique désigné ennemi numéro 1 au Sahel    Latifa Akherbach : Une société sans médias publics forts ne peut pas avancer    Mbappé et Neymar, joueurs les plus chers des clubs champions en Europe    Setién : Ma seule promesse, c'est que le Barça jouera bien    La gestion contrastée du mercato hivernal du Wydad et du Raja    Le thé vert aide-t-il à vivre plus longtemps ?    Sur les bords du Yangtsé, des "guerriers" contre l'eau qui tue    Reportage : Guerre sans merci entre prédateurs et super-prédateurs    Insolite : Sosie de Michael Jackson    John Roberts, juge "arbitre" au procès de Trump    SORTNA s'invite à Fort Rottembourg    ALE Maroc-Turquie: l'ultimatum de Moulay Hafid Elalamy porte ses fruits    La date de la CAN 2021 est dictée par les conditions météorologiques    Soudan : deux soldats tués dans la répression d'une « rébellion » au sein des services de sécurité    Faute de rallonge de budget, Ahmed Taoufiq menace de geler les nouveaux projets    Hicham Bahloul exalte l'expérience cinématographique de Hicham Amal    Tétouan : arrestation d'un individu pour implication présumée dans le trafic de drogue et de psychotropes    Education nationale : un millier d'internats, dont 65% en milieu rural    Le programme des principaux matchs du mercredi 15 janvier    Pinterest devient le 3ème réseau social des Etats-Unis, selon eMarketer    Google veut éliminer progressivement les « cookies »    Paris, Londres et Berlin au secours de l'accord de Vienne…    Rallye «Africa Eco Race»: La caravane passe…    Audiovisuel. Les dossiers stratégiques de Latifa Akharbach    Mbappé et Neymar joueurs les plus chers des clubs champions en Europe, selon une étude    Fès : le conseil préfectoral approuve une série de conventions    Registre social unifié : Un chantier complexe    Avion abattu en Iran: Rohani appelle à un changement radical en politique    La Tribune de Nas : « Satien » pas debout…    Destitution : le Sénat reçoit l'acte d'accusation de Trump, le procès va commencer    Spike Lee, président du jury de la 73e Festival de Cannes    Exposition «LesYeuxOuVerts»: un appel pour la transition écologique    Le SMPAD recadre El Hassan Abyaba    Prévisions météorologiques pour la journée du mercredi 15 janvier    Bank Al-Maghrib rouvre son agence historique de Tanger après sa rénovation    Bilan 2019 Renault Maroc : un groupe qui garde le cap !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONU-Sahara : Gabon, Bahrein et Burundi réitèrent leur soutien au Maroc
Publié dans La Nouvelle Tribune le 27 - 06 - 2019

Le Gabon a affirmé, lors de la réunion du Comité des 24 des Nations-Unies qui se tient à New York, que l'initiative marocaine d'autonomie constitue « la solution de compromis essentiel » au conflit du Sahara.
« L'initiative marocaine d'autonomie constitue, pour le Gabon, la solution de compromis essentiel à la résolution du différend. Les résolutions du Conseil de sécurité, faut-il le rappeler, qualifient cette initiative de crédible, pragmatique et conforme au droit international », a déclaré la représentante du Gabon lors de cette réunion.
Elle a ainsi affirmé que l'initiative marocaine « tient compte des spécificités régionales et répond à la nécessité d'impliquer les populations locales », tout en rappelant qu'elle est le résultat d'un processus de consultation inclusif, impliquant à la fois les partis politiques et les populations.
« C'est dans ce sens que le Gabon appui les efforts du Royaume du Maroc visant à garantir aux populations de la région une autonomie de gestion par le biais d'instances législative, exécutive et judiciaire qui leur sont entièrement dédiées », a dit la diplomate gabonaise devant les membres du C24.
« C'est donc un modèle de développement que mon pays ne peut que saluer, car il permet non seulement d'améliorer les conditions de vie des populations du Sahara, de les rendre autonomes, mais leur permet également d'accéder aux ressources de la région », a-t-elle ajouté.
De même, la représentante du Gabon s'est félicitée de la participation, pour la deuxième année consécutive, des vice-présidents des deux régions du Sahara, au séminaire régional et à la session organisés par le Comité des 24 des Nations-Unies.
« Enfin, le Gabon se félicite de la tenue des deux tables rondes (de Genève) qui ont vu la participation de toutes les parties prenantes. Le dialogue est en effet le seul moyen pour une solution politique rapide à ce différend régional », a-t-elle conclu.
Pour sa part, le Bahreïn a réitéré, lors de cette réunion du Comité des 24 des Nations-Unies sa position constante en faveur de l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc et de sa souveraineté sur ses provinces du Sud.
« Le Royaume du Bahreïn réitère sa position en faveur des droits légitimes du Royaume du Maroc frère sur ses provinces du Sud, conformément à l'initiative d'autonomie et des efforts du Maroc visant à trouver une solution politique à la question du Sahara dans le cadre de la souveraineté marocaine et son initiative de développement dans la région », a déclaré la représentante du Bahreïn à cette réunion.
Et d'affirmer, à cet égard, que le Bahreïn « se tiendra toujours du côté du Royaume du Maroc contre toute atteinte à sa souveraineté et son intégrité territoriale ».
Par ailleurs, la représentante du Bahreïn a exprimé son appréciation des efforts du Secrétaire général des Nations-Unies pour la relance du processus politique afin d'aboutir à une solution définitive à la question du Sahara marocain basée sur le compromis, conformément à la résolution 2468 du Conseil de sécurité et des autres résolutions pertinentes.
Enfin, le Burundi a estimé, lors de ladite réunion que l'initiative marocaine d'autonomie constitue « la solution de compromis » au différend régional autour du Sahara.
« La délégation du Burundi estime que l'initiative d'autonomie initiée par le Maroc est la solution de compromis. Elle est conforme au droit international, à la Charte des Nations-Unies et aux résolutions de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité », a souligné, à cette occasion, l'ambassadeur Représentant permanent du Burundi auprès de l'ONU, Albert Shingiro.
L'ambassadeur a relevé que la montée de l'instabilité et de l'insécurité au Sahel et à sa périphérie « appelle de toute urgence le règlement de ce différend, d'autant plus que la persistance du conflit entrave l'intégration plus poussée du Maghreb qui devient plus que jamais indispensable ».
Il a déclaré, à cet égard, que le Burundi soutient le processus politique sur la question du Sahara, mené sous l'égide exclusif des Nations-Unies sur la base des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU depuis 2007, y compris la résolution 2468 du 30 avril 2019.
M. Shingiro s'est également félicité du nouvel élan impulsé par la tenue des deux tables rondes de Genève avec la participation de l'Algérie, du Maroc, de la Mauritanie et du « polisario » en vue de trouver une solution politique rapide à ce différend régional, conformément aux résolutions 2414 et 2440 du Conseil de sécurité. Il a également salué l'engagement des quatre participants à se réunir pour une troisième table ronde, dans le même format, comme stipulé dans la résolution 2468.
« Il ne serait pas superflu de rappeler l'importance du réalisme et de l'esprit de compromis pour parvenir à une solution politique définitive et saluer, à cet égard, les efforts du Royaume du Maroc pour la résolution de ce différend régional », a encore dit l'ambassadeur du Burundi.
« La délégation du Burundi considère que la solution politique de ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l'Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel », a souligné M. Shingiro.
Il s'est également déclaré « encouragé par le nouveau modèle de développement du Sahara lancé par le Maroc en 2015 afin d'améliorer le niveau de vie de la population du Sahara ».
Par ailleurs, l'ambassadeur du Burundi a exprimé la satisfaction de son pays de la participation pour la deuxième année consécutive des élus du Sahara, Mme Ghalla Bahyia et M. Mhamed Abba, vice-présidents des deux régions du Sahara, aux travaux du séminaire et de la session du C24.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.