Bras de fer autour de Mellilia    La HACA sévit contre les dérapages : Carton rouge pour Radio Mars    Projet de loi organique sur la grève. L'impasse !    Procédure pénale. Aujjar livre sa copie    Sacré Maroc (12)    Habib El Malki invité à participer à la réunion de l'Assemblée parlementaire du Commonwealth    Le premier vice-président de la Chambre des conseillers décoré    Le Maroc primé à Libreville pour ses efforts en faveur de l'autonomisation de la femme    Maroc : 74% des ménages équipés en accès internet    Compact II : La CGEM et le MCA-Morocco main dans la main    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: Les chiffres montrent une nouvelle piste pour l'inclusion    Trésor: 4,6 milliards de DH de dividendes à fin juin    Al Omrane et le CNRST s'allient pour promouvoir la recherche en matière d'habitat    Commission des investissements : 9 projets à l'étude pour 5 MMDH    Hausse historique de 26,54% :Transport aérien : Plus de deux millions de passagers en juin    Les aviculteurs font leur bilan dans le cadre du Plan Maroc Vert    Trump se défend de tout racisme, silence des leaders républicains    Ursula von der Leyen verdit son discours pour convaincre le Parlement européen    La géopolitique du Maroc dans un nouvel ordre mondial en crise    L'Egypte expulse des supporters algériens après la demi-finale de la CAN    Au moins 180 morts de la mousson en Asie du Sud    Une délégation d'éminents hommes d'affaires africains en visite au Maroc    PSA augmente de 4,7% sa part de marché au Maroc    France. 282 personnes interpellées après la victoire de l'Algérie    L'organisation des Jeux Africains est un défi pour le Maroc, dixit Talbi Alami    Achraf Bencherki rejoint le Zamalek    La décision du TAS avant la fin du mois en cours    La FRMF dément la démission de Hervé Renard    Karaté. Le Maroc champion d'Afrique    L'Algérie mobilise 28 avions pour la finale    Un ancien footballeur sud-africain tué par balles    Football marocain : Les vraies questions à poser sur ce sport-passion    La loi-cadre de l'enseignement adoptée en commission parlementaire    Des braqueurs de camions sous les verrous    La plage Ba Kassem à Tanger hisse le Pavillon bleu pour la septième année consécutive    Lutte contre le sida en 2018: Ombres et lumière    Enquête L'Economiste-Sunergia/Petits équipements collectifs: A 33 contre 28, les jeux arrivent devant les espaces verts    Résultats du Bac: Nouveau record!    Le Groupe scolaire Jacques Chirac homologué    Rendez-vous, ce soir, avec l'éclipse lunaire    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    Il était une fois Hassan Megri    L'actrice Lashana Lynch va devenir l'agent 007 mais James Bond reste un homme    De l'urgence d'un plan «Maroc Culture»    The «Morocco Corner» s'invite chez les Vikings    Vers la création d'une Caisse sociale pour les auteurs    Farid Chamekh : "Il faut s'inspirer de tout, sans plagier bien sûr"    Le Maroc, invité d'honneur de la Foire internationale du livre de Bruxelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ONU-Sahara : Gabon, Bahrein et Burundi réitèrent leur soutien au Maroc
Publié dans La Nouvelle Tribune le 27 - 06 - 2019

Le Gabon a affirmé, lors de la réunion du Comité des 24 des Nations-Unies qui se tient à New York, que l'initiative marocaine d'autonomie constitue « la solution de compromis essentiel » au conflit du Sahara.
« L'initiative marocaine d'autonomie constitue, pour le Gabon, la solution de compromis essentiel à la résolution du différend. Les résolutions du Conseil de sécurité, faut-il le rappeler, qualifient cette initiative de crédible, pragmatique et conforme au droit international », a déclaré la représentante du Gabon lors de cette réunion.
Elle a ainsi affirmé que l'initiative marocaine « tient compte des spécificités régionales et répond à la nécessité d'impliquer les populations locales », tout en rappelant qu'elle est le résultat d'un processus de consultation inclusif, impliquant à la fois les partis politiques et les populations.
« C'est dans ce sens que le Gabon appui les efforts du Royaume du Maroc visant à garantir aux populations de la région une autonomie de gestion par le biais d'instances législative, exécutive et judiciaire qui leur sont entièrement dédiées », a dit la diplomate gabonaise devant les membres du C24.
« C'est donc un modèle de développement que mon pays ne peut que saluer, car il permet non seulement d'améliorer les conditions de vie des populations du Sahara, de les rendre autonomes, mais leur permet également d'accéder aux ressources de la région », a-t-elle ajouté.
De même, la représentante du Gabon s'est félicitée de la participation, pour la deuxième année consécutive, des vice-présidents des deux régions du Sahara, au séminaire régional et à la session organisés par le Comité des 24 des Nations-Unies.
« Enfin, le Gabon se félicite de la tenue des deux tables rondes (de Genève) qui ont vu la participation de toutes les parties prenantes. Le dialogue est en effet le seul moyen pour une solution politique rapide à ce différend régional », a-t-elle conclu.
Pour sa part, le Bahreïn a réitéré, lors de cette réunion du Comité des 24 des Nations-Unies sa position constante en faveur de l'intégrité territoriale du Royaume du Maroc et de sa souveraineté sur ses provinces du Sud.
« Le Royaume du Bahreïn réitère sa position en faveur des droits légitimes du Royaume du Maroc frère sur ses provinces du Sud, conformément à l'initiative d'autonomie et des efforts du Maroc visant à trouver une solution politique à la question du Sahara dans le cadre de la souveraineté marocaine et son initiative de développement dans la région », a déclaré la représentante du Bahreïn à cette réunion.
Et d'affirmer, à cet égard, que le Bahreïn « se tiendra toujours du côté du Royaume du Maroc contre toute atteinte à sa souveraineté et son intégrité territoriale ».
Par ailleurs, la représentante du Bahreïn a exprimé son appréciation des efforts du Secrétaire général des Nations-Unies pour la relance du processus politique afin d'aboutir à une solution définitive à la question du Sahara marocain basée sur le compromis, conformément à la résolution 2468 du Conseil de sécurité et des autres résolutions pertinentes.
Enfin, le Burundi a estimé, lors de ladite réunion que l'initiative marocaine d'autonomie constitue « la solution de compromis » au différend régional autour du Sahara.
« La délégation du Burundi estime que l'initiative d'autonomie initiée par le Maroc est la solution de compromis. Elle est conforme au droit international, à la Charte des Nations-Unies et aux résolutions de l'Assemblée générale et du Conseil de sécurité », a souligné, à cette occasion, l'ambassadeur Représentant permanent du Burundi auprès de l'ONU, Albert Shingiro.
L'ambassadeur a relevé que la montée de l'instabilité et de l'insécurité au Sahel et à sa périphérie « appelle de toute urgence le règlement de ce différend, d'autant plus que la persistance du conflit entrave l'intégration plus poussée du Maghreb qui devient plus que jamais indispensable ».
Il a déclaré, à cet égard, que le Burundi soutient le processus politique sur la question du Sahara, mené sous l'égide exclusif des Nations-Unies sur la base des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité de l'ONU depuis 2007, y compris la résolution 2468 du 30 avril 2019.
M. Shingiro s'est également félicité du nouvel élan impulsé par la tenue des deux tables rondes de Genève avec la participation de l'Algérie, du Maroc, de la Mauritanie et du « polisario » en vue de trouver une solution politique rapide à ce différend régional, conformément aux résolutions 2414 et 2440 du Conseil de sécurité. Il a également salué l'engagement des quatre participants à se réunir pour une troisième table ronde, dans le même format, comme stipulé dans la résolution 2468.
« Il ne serait pas superflu de rappeler l'importance du réalisme et de l'esprit de compromis pour parvenir à une solution politique définitive et saluer, à cet égard, les efforts du Royaume du Maroc pour la résolution de ce différend régional », a encore dit l'ambassadeur du Burundi.
« La délégation du Burundi considère que la solution politique de ce différend de longue date et le renforcement de la coopération entre les Etats membres de l'Union du Maghreb arabe contribueraient à la stabilité et à la sécurité dans la région du Sahel », a souligné M. Shingiro.
Il s'est également déclaré « encouragé par le nouveau modèle de développement du Sahara lancé par le Maroc en 2015 afin d'améliorer le niveau de vie de la population du Sahara ».
Par ailleurs, l'ambassadeur du Burundi a exprimé la satisfaction de son pays de la participation pour la deuxième année consécutive des élus du Sahara, Mme Ghalla Bahyia et M. Mhamed Abba, vice-présidents des deux régions du Sahara, aux travaux du séminaire et de la session du C24.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.