Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bruxelles attend Boris Johnson de pied ferme
Publié dans La Nouvelle Tribune le 23 - 07 - 2019

L'Union européenne a poliment félicité Boris Johnson mardi, tout en rappelant au prochain Premier ministre britannique, impatient de rouvrir les discussions sur le Brexit, que l'accord de retrait n'était pas renégociable.
Son élection à la tête du parti conservateur, étape pour le 10 Downing Street, était attendue et Bruxelles savourait les derniers jours de son « Brexit break », une « pause » durant laquelle le sujet a été mis entre parenthèses en attendant l'arrivée d'un nouveau Premier ministre outre-Manche.
Mais les réactions ont été rapides. Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker « veut travailler de la meileure façon possible » avec Boris Johnson et le président français Emmanuel Macron s'est dit « très désireux de pouvoir travailler au plus vite avec » lui.
Venue en visite à Paris, la prochaine présidente de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen, a toutefois insisté sur « les défis à venir » et mis en garde contre des temps difficiles.
Elle prendra ses fonctions le 1er novembre, soit le lendemain de la date prévue du Brexit, le 31 octobre.
L'UE va désormais traiter avec un partenaire déterminé et imprévisible: champion des pro-Brexit, Boris Johnson a assuré dès sa désignation qu'il allait « mettre en oeuvre le Brexit le 31 octobre », après avoir martelé pendant sa campagne que le divorce aurait lieu coûte que coûte, quitte à sortir de l'UE sans accord.
Le nouveau Premier ministre n'a pas laissé de bons souvenirs à Bruxelles: du temps où il était correspondant du quotidien conservateur Daily Telegraph au début des années 1990, il présentait toujours l'UE sous un jour négatif.
– ‘Hâte' de travailler ensemble –
« Nous avons hâte de travailler de façon constructive avec le Premier ministre Boris Johnson, une fois à son poste, pour faciliter la ratification de l'accord de retrait et permettre un Brexit ordonné », a assuré Michel Barnier.
Le négociateur en chef de l'UE a confirmé être « prêt à « retravailler la déclaration sur le nouveau partenariat, en ligne avec les orientations » définies par les Etats membres.
Une manière de rappeler à Boris Johnson la position européenne, inamovible depuis que Theresa May a approuvé en novembre un accord de retrait négocié pendant dix-huit mois, mais que le Parlement britannique a échoué à ratifier: l'UE ne veut pas rouvrir le texte.
L'accord liste les conditions du divorce, en particulier la garantie des droits des citoyens, le règlement de la « facture » du Brexit et surtout le controversé « filet de sécurité » permettant de garantir qu'il n'y ait pas de frontière entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du nord après le Brexit.
– Position claire –
Le premier vice-président de la Commission Frans Timmermans ne s'est pas privé d'une pique à l'égard du nouveau Premier ministre britannique.
« Je suggérerais juste de regarder ce qu'il a écrit au cours des dernières années. Il a mis du temps à se décider s'il était pour ou contre le Brexit », a-t-il lancé lors d'une conférence de presse.
« Maintenant sa position est claire. Je pense que la position de l'Union européenne est aussi claire », a-t-il asséné.
En coulisses, certains diplomates doutaient qu'un nouveau Premier ministre fasse évoluer la situation.
« Toutes ces idées pourraient fonctionner dans un monde imaginaire. Dans le monde réel, cela signifie un +no-deal+ avec toutes ses conséquences dévastatrices. Si c'est ce que veut le Royaume-Uni, il va l'avoir. Sinon, un futur Premier ministre doit regarder la réalité dans les yeux et agir en conséquence », a commenté un diplomate européen sous couvert d'anonymat.
Un de ses collègues, qui préfère également ne pas être nommé, a estimé que le premier voyage de Boris Johnson ne serait pas à Bruxelles, mais dans les principales capitales européennes, « pour chercher des alliés ».
« Mais à la fin il aura besoin d'une position unanime des 27. C'est pourquoi toute tentative de diviser l'UE ne devrait pas aboutir », a-t-il avancé.
Le groupe de suivi du Brexit au Parlement européen a prévu une réunion extraordinaire mercredi avec Michel Barnier « pour répondre à l'élection de Boris Johnson », a expliqué son président, l'eurodéputé et ex-Premier ministre belge Guy Verhofstadt, sur Twitter.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.