Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ce que veut dire la Révolution du Roi et du Peuple
Publié dans La Nouvelle Tribune le 19 - 08 - 2019

La révolution du Roi et du Peuple, dont les Marocains célèbrent ce mardi le 66è anniversaire, s'inscrit en lettres d'or dans l'histoire du Maroc comme un épisode décisif ayant permis de recouvrer l'indépendance du Royaume.
Le 20 août 1953, les autorités coloniales ont contraint SM Mohammed V, le Sultan légitime, ainsi que la Famille royale, à l'exil en Corse (puis à Madagascar à partir de 1954), dans le dessein d'asseoir l'autorité de Ben Arafa et d'estomper la virulence de la résistance nationale. Mais c'était sans compter l'attachement indéfectible du peuple au glorieux Trône Alaouite, car, dès l'annonce de l'éviction du Souverain, les Marocains, désemparés, sont descendus par milliers dans toutes les régions du Royaume pour manifester leur refus ainsi que leur mécontentement quant à cette atteinte au symbole de leur unité. Un soulèvement qui allait donner naissance aux premières étincelles d'une résistance qui aspire à s'émanciper du joug colonial.
Loin de réaliser l'effet escompté par ce tour de force, les autorités coloniales ont attisé la révolte d'un peuple fidèle et fermement attaché à son monarque et ont galvanisé l'ardeur de l'action anticoloniale qui s'est déclinée par une forte mobilisation de toutes les composantes du peuple marocain en faveur de la grandeur, de la souveraineté et de l'unité de la Nation, ainsi que du retour de SM Mohammed V.
Pendant un peu plus de deux ans, le pays vivra au rythme d'actes de résistance, de grèves et de manifestations qui ont transformé en supplice la présence de l'occupant sur le sol du Royaume chérifien.
Prises à la gorge, les forces coloniales ont été contraintes, au bout de 28 mois, à mettre pavillon bas et à constater l'échec de leur entreprise. Il leur était désormais évident que rien ni personne ne pourrait mettre en péril la symbiose parfaite et les liens immarcescibles qui existent entre les Marocains et le Trône Alaouite.
C'est ainsi que le 16 novembre 1955, les revendications justes et légitimes à la fois du peuple et du Souverain ont fini par porter leurs fruits, scellant le retour triomphal du Sultan dans son pays. Un retour synonyme d'un avènement prochain de la libération et qui mènera, une année plus tard, à l'annonce de l'indépendance et du début du « grand Jihad », celui de l'édification d'un Maroc nouveau et moderne.
En effet, grâce à ce combat mené de concert entre le défunt Souverain, le mouvement national et le peuple, le Maroc a réussi à conférer un retentissement international à sa noble cause, sonnant ainsi le glas du colonialisme.
Cette épopée fut suivie par l'indépendance de certaines parties du territoire national, en l'occurrence la récupération de la région de Tarfaya en 1958 et de Sidi Ifni en 1969, le parachèvement de l'unité territoriale sous la conduite de feu SM Hassan II après l'organisation de la Marche verte en 1975 et la récupération de la province de Oued Eddahab le 14 août 1979.
Ce moment saillant de l'histoire du Royaume, dont les enseignements continuent à être retransmis aux nouvelles générations, témoigne du patriotisme des Marocains et des liens solides entre le trône et le peuple qui ont, de tout temps, servi de rempart face aux ennemies de la Nation et de levier pour relever les défis et répondre aux aspirations des Marocains.
Ces mêmes valeurs nobles de la défense de la Nation, de son amour et du sens du sacrifice continuent d'incarner aujourd'hui le leitmotiv d'un Royaume résolument tourné vers la modernité, la consolidation de la démocratie et le développement.
Un ensemble de chantiers lancés sous la conduite éclairée de SM le Roi Mohammed VI en vue d'édifier le Maroc moderne et d'accroître le rayonnement civilisationnel du Royaume, en tant que pays fortement attaché aux valeurs de paix, de fraternité, de solidarité et de tolérance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.