Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 08 - 2019

Pendant qu'ils patientent aux portes de l'Europe avec les 356 migrants qu'ils ont recueillis en Méditerranée centrale, les sauveteurs de l'Ocean Viking, unique bateau humanitaire encore en mer dans la région, désertent de facto leur zone d'opérations au large de la Libye.
Ils sont une dizaine à bord du bateau de SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières avec, « au minimum », une expérience de marin ou de sauveteur. « Sans aucun des deux ce serait difficile ».
Avec son air de Breton pas commode, Tanguy, 38 ans, est la figure de proue de cette escouade entraînée à lancer les zodiacs à l'eau et à gicler du pont, harnachés et casqués, pour se porter au devant des rafiots en difficulté selon un protocole méticuleux.
Dès son arrivée dans la zone de recherches et secours au large des eaux libyennes, le 9 août, l'Ocean Viking, successeur de l'Aquarius parti de Marseille le 4 pour sa première mission, a secouru quatre bateaux en quatre jours: des canots en caoutchouc à bout de souffle, pleins à ras-bord, parfois proches de l'effondrement avec de 80 à plus de 100 personnes à bord.
Le dernier, le 12 août, assemblage honteux de pièces de caoutchouc bleu, a littéralement éclaté au moment où les secours arrivaient à sa hauteur pour distribuer les gilets de sauvetage, précipitant une dizaine des 105 passagers dans l'eau.
Les rescapés arrivés sur l'Ocean Viking ont aussitôt rapporté qu'un bateau similaire avait quitté la Libye en même temps qu'eux, mais restait introuvable. Douze heures plus tard, le vent du nord soulevait une houle de 2,50 mètres.
– A bout de souffle –
Depuis, l'Ocean Viking patiente entre Malte et l'Italie. La zone des naufrages est abandonnée, au mieux, aux garde-côtes libyens – la terreur des migrants – qui renvoient systématiquement les rescapés vers la Libye et ses centres de rétention que ceux qui les ont fréquentés appellent des « prisons ».
« Le pire, c'est que deux des quatre bateaux n'ont pu être secourus que parce qu'on les avait repérés à la jumelle », relève Nicholas Romaniuk, coordinateur anglo-canadien des opérations de secours.
Une veille sans relâche, jumelles en mains 24 heures sur 24, a été instituée dès l'arrivée dans la zone des secours. De jour, de nuit, les yeux plissés à scruter l'horizon.
En l'absence de coordination efficace des secours maritimes par Tripoli auquel ce rôle est normalement dévolu, ce guet permanent s'est avéré indispensable et plus fiable que n'importe quel sonar pour repérer des embarcations au ras de l'eau. Les deux autres ont pu être localisés grâce au survol d'avions européens, identifiés sur l'écran du radar ou en vol.
– Plus de noyés, moins de migrants –
Depuis dix jours, les marins sauveteurs ne sont plus sur la passerelle à guetter les naufragés mais sur le pont, secondant MSF pour les distributions de thé et des rations alimentaires, organisant la promiscuité des corps pour le coucher le soir, veillant au calme et à la concorde parmi quelque 300 jeunes gens à bout de patience.
« On est habitués à accompagner les gens jusqu'au débarquement, mais avant, ça durait deux, trois jours » note Tanguy qui ajoute à mi-voix: « Plus il y a de noyés, moins il y a de migrants… Je ne crois pas que les gouvernements raisonnent ainsi, mais le résultat de leur politique est là ».
« Pour moi, c'est comme avoir un patient dans l'ambulance et l'hôpital qui refuse de le prendre. Alors tu dois aller toujours plus loin, Milan, Berlin, Moscou… Et ainsi, tu ne fais pas ton devoir », résume Alessandro, habituellement ambulancier de la Croix Rouge, qui confesse, plus que sa frustration, sa « tristesse ». « Ca te pompe l'énergie ».
Mercredi, Sam Turner, le chef de la mission de MSF en Libye, a pointé l'absence prolongée des bateaux humanitaires dans la zone: « Non seulement ces gens continuent de souffrir d'un séjour prolongé en mer, mais d'autres vont continuer de mourir parce que nous sommes empêchés de poursuivre nos opérations de secours », a-t-il regretté à propos de l'attente imposée à l'Ocean Viking.
Selon les estimations des garde-côtes libyens, a-t-il rappelé, « environ la moitié des embarcations qui prennent le départ se perdent en mer, soit des centaines de personnes qui disparaissent sans laisser de traces ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.