Quand l'ambassadeur Hassan Naciri encense Fassi Fihri    Le Maroc et le Mexique engagés à promouvoir leur coopération touristique    Edito : Au-delà de la commande    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Atelier initié par la CNSS et l'AISS pour l'Afrique du nord : Des experts échangent sur la bonne gouvernance à Marrakech    Le financement participatif face à ses défis    Les devises étrangères contre le Dirham marocain (Cours de change)    Beni Mellal : le Club équestre de L'ERC des FAR domine le classement du Concours national de Saut d'obstacles    Coronavirus : L'Italie annonce un troisième décès, 149 cas de contamination détectés    Khalid Ait Taleb à la réunion d'urgence de l'UA sur le coronavirus : Le Maroc s'engage sur le plan africain en mettant à contribution son expérience et expertise    Arrestation à Salé de 4 personnes soupçonnées de possession et de trafic de 8.700 comprimés psychotropes    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Notre confrère L'Opinion présente une nouvelle maquette    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Météo: averses et risque d'orages ce lundi au Maroc    Saisie de 500 kilos de Chira dans la région de Marrakech    Alerte au COVID-19 en provenance d'Italie !    Saadeddine El Othmani : diligence et retards dans les affaires de l'Etat, selon les affinités partisanes    La Kechoise Marrakech    L'ouverture de consulats au Sahara marocain témoigne de l'intégrité territoriale du Royaume    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Rencontre à Azilal pour débattre des différents moyens à mobiliser    L'année s'ouvre par un repli de l'indice des prix à la consommation    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Les retrouvailles tant attendues entre les étudiants rapatriés de Chine et leurs familles    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    Celui qui vient de l'avenir : Abdelkébir Khatibi    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    L'autre guerre    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des migrants privés de terre ferme, d'autres de secours
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 08 - 2019

Pendant qu'ils patientent aux portes de l'Europe avec les 356 migrants qu'ils ont recueillis en Méditerranée centrale, les sauveteurs de l'Ocean Viking, unique bateau humanitaire encore en mer dans la région, désertent de facto leur zone d'opérations au large de la Libye.
Ils sont une dizaine à bord du bateau de SOS Méditerranée et Médecins Sans Frontières avec, « au minimum », une expérience de marin ou de sauveteur. « Sans aucun des deux ce serait difficile ».
Avec son air de Breton pas commode, Tanguy, 38 ans, est la figure de proue de cette escouade entraînée à lancer les zodiacs à l'eau et à gicler du pont, harnachés et casqués, pour se porter au devant des rafiots en difficulté selon un protocole méticuleux.
Dès son arrivée dans la zone de recherches et secours au large des eaux libyennes, le 9 août, l'Ocean Viking, successeur de l'Aquarius parti de Marseille le 4 pour sa première mission, a secouru quatre bateaux en quatre jours: des canots en caoutchouc à bout de souffle, pleins à ras-bord, parfois proches de l'effondrement avec de 80 à plus de 100 personnes à bord.
Le dernier, le 12 août, assemblage honteux de pièces de caoutchouc bleu, a littéralement éclaté au moment où les secours arrivaient à sa hauteur pour distribuer les gilets de sauvetage, précipitant une dizaine des 105 passagers dans l'eau.
Les rescapés arrivés sur l'Ocean Viking ont aussitôt rapporté qu'un bateau similaire avait quitté la Libye en même temps qu'eux, mais restait introuvable. Douze heures plus tard, le vent du nord soulevait une houle de 2,50 mètres.
– A bout de souffle –
Depuis, l'Ocean Viking patiente entre Malte et l'Italie. La zone des naufrages est abandonnée, au mieux, aux garde-côtes libyens – la terreur des migrants – qui renvoient systématiquement les rescapés vers la Libye et ses centres de rétention que ceux qui les ont fréquentés appellent des « prisons ».
« Le pire, c'est que deux des quatre bateaux n'ont pu être secourus que parce qu'on les avait repérés à la jumelle », relève Nicholas Romaniuk, coordinateur anglo-canadien des opérations de secours.
Une veille sans relâche, jumelles en mains 24 heures sur 24, a été instituée dès l'arrivée dans la zone des secours. De jour, de nuit, les yeux plissés à scruter l'horizon.
En l'absence de coordination efficace des secours maritimes par Tripoli auquel ce rôle est normalement dévolu, ce guet permanent s'est avéré indispensable et plus fiable que n'importe quel sonar pour repérer des embarcations au ras de l'eau. Les deux autres ont pu être localisés grâce au survol d'avions européens, identifiés sur l'écran du radar ou en vol.
– Plus de noyés, moins de migrants –
Depuis dix jours, les marins sauveteurs ne sont plus sur la passerelle à guetter les naufragés mais sur le pont, secondant MSF pour les distributions de thé et des rations alimentaires, organisant la promiscuité des corps pour le coucher le soir, veillant au calme et à la concorde parmi quelque 300 jeunes gens à bout de patience.
« On est habitués à accompagner les gens jusqu'au débarquement, mais avant, ça durait deux, trois jours » note Tanguy qui ajoute à mi-voix: « Plus il y a de noyés, moins il y a de migrants… Je ne crois pas que les gouvernements raisonnent ainsi, mais le résultat de leur politique est là ».
« Pour moi, c'est comme avoir un patient dans l'ambulance et l'hôpital qui refuse de le prendre. Alors tu dois aller toujours plus loin, Milan, Berlin, Moscou… Et ainsi, tu ne fais pas ton devoir », résume Alessandro, habituellement ambulancier de la Croix Rouge, qui confesse, plus que sa frustration, sa « tristesse ». « Ca te pompe l'énergie ».
Mercredi, Sam Turner, le chef de la mission de MSF en Libye, a pointé l'absence prolongée des bateaux humanitaires dans la zone: « Non seulement ces gens continuent de souffrir d'un séjour prolongé en mer, mais d'autres vont continuer de mourir parce que nous sommes empêchés de poursuivre nos opérations de secours », a-t-il regretté à propos de l'attente imposée à l'Ocean Viking.
Selon les estimations des garde-côtes libyens, a-t-il rappelé, « environ la moitié des embarcations qui prennent le départ se perdent en mer, soit des centaines de personnes qui disparaissent sans laisser de traces ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.