TRAM'BUS: un ticket unique pour les moyens de transport à Rabat    Special Olympics Morocco : 160 jeunes participants éduqués par le sport    AGO Wydad AC. Consolidation de la solidité financière    Vidéo: Jamal Sellami, le nouveau coach du RAJA, liste les priorités    Amzazi s'entretient à Paris avec la Directrice générale de l'Unesco    Vidéo : L'école marocaine vue par The Tberguig !    Casablanca : Vernissage de l'exposition « autremême » d'Abdelkébir Rabi'    Dans son nouveau clip : Xena Aouita illustre dans «Metamorph» la transformation humaine    Energy Globe Award : Une association marocaine s'illustre    Kamal Hachkar rend hommage à Neta Elkayam    Protection des données à caractère personnel : Les reco' des Centraliens    Médicaments contre l'hépatite C : L'ALCS appelle la tutelle à lancer d'urgence un nouvel appel d'offres    La Bolivie après le départ d'Evo Morales…    Le PPS condamne l'agression sioniste contre la Palestine    Espèces menacées d'extinction. Saisie de 1.680 chardonnerets à Oujda    Washington et les Européens étalent leurs divisions sur les jihadistes détenus en Syrie    Les assassinats ciblés se poursuivent à Gaza    Eliminatoires de la CAN 2021 / Maroc-Mauritanie : Premier véritable test pour Halilhodzic    Mondiaux de para-athlétisme à Dubaï : Cinq médailles pour le Maroc, dont une en or    Etats-Unis: Fusillade dans la cour du lycée, deux élèves tués et trois blessés    Rêves brisés    L'importance de la diplomatique judiciaire au centre d'un colloque à Dakhla    L'ANAM prend des initiatives pour le remboursement des actes de prévention contre le diabète    Karima Benyaich : le Maroc est le plus attractif pour l'investissement en Afrique    Cliniques privées L'ANCP assume le «noir    Liban : accord pour nommer Mohammad Safadi premier ministre    Maroc-Nigeria. Des échanges commerciaux encore faibles    Edito : Incontournable    Trophées Lalla Hasnaa du littoral durable 2019 : 24 projets récompensés    MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA    Suspension de Bernardo Silva    Libre opinion : Yahia Jabrane a craché en direction de l'arbitre    Data Protect signe un protocole de partenariat avec Trans-Sahara IT    Tsitsipas en demie, Nadal toujours en vie au Masters de Londres    La Russie aménage une base militaire dans le nord-est syrien    Le rôle de l'institution législative dans l'exception d'inconstitutionnalité des lois débattu à Rabat    Coopération maroco-libyenne dans le domaine législatif    Lors d'une journée d'étude organisée à la Chambre des conseillers, Mohamed Benabdelkader : Mettre l'arsenal juridique au diapason de l'évolution de la société    Insolite : Arrêtée avec 2 kilos d'or dans ses chaussures    Appel à l'élaboration d'une feuille de route nationale pour promouvoir des alternatives au placement institutionnel des enfants    Prochaine ouverture à Laâyoune d'un consulat général des Iles Comores    Une banque publique peut-elle aider les plus pauvres?    Abdellatif Jouahri : La digitalisation des services, l'ubérisation de l'économie, et les multiples risques de la cybercriminalité posent des défis d'une complexité sans précédent en matière de régulation    Wenger nommé directeur du développement du football mondial    La philosophie n'est pas une réflexion aride réservée à des élites intellectuelles    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    Brahim El Mazned invité du Forum de la MAP le mardi 19 novembre    Rialto se revêtit de sa parure nuptiale!    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »
Publié dans La Nouvelle Tribune le 18 - 10 - 2019

La Turquie a accepté jeudi de suspendre son offensive dans le nord-est de la Syrie et d'y mettre fin définitivement si les forces kurdes s'en retirent sous cinq jours, en vue de la création d'une « zone de sécurité ».
Pour permettre un retrait des forces kurdes « sous 120 heures, toutes les opérations militaires dans le cadre de l'opération (turque) +Source de Paix+ vont être suspendues et l'opération sera complètement arrêtée une fois ce retrait achevé », a déclaré le vice-président américain Mike Pence à la presse à l'issue de plus de quatre heures d'entretiens avec le président turc Recep Tayyip Erdogan.
Les forces kurdes se sont déclarées prêtes, par la voix d'un de leurs commandants, à respecter « le cessez-le-feu » avec la Turquie.
Le président Donald Trump, qui s'est immédiatement félicité de cet accord, est revenu dessus de façon plus surprenante jeudi soir au cours d'un meeting à Dallas, au Texas, reconnaissant avoir sciemment décidé de laisser les Turcs et les Kurdes se lancer dans cette bataille féroce parce qu'ils étaient « comme deux gamins » qui avaient besoin de se bagarrer.
– Deux gamins –
« Ce n'était pas conventionnel, ce que j'ai fait. J'ai dit: ils ont besoin de se battre un peu. Comme deux gamins, on les laisse se bagarrer un peu, et puis on les sépare », a-t-il lancé à la foule de ses partisans.
« Alors ils se sont battus quelques jours, et ça a été plutôt brutal », a-t-il ajouté, avant de souligner que « pas une goutte de sang américain n'a été versée ».
Brett McGurk, ancien envoyé spécial de la présidence américaine auprès de la coalition anti-EI (groupe Etat islamique), a jugé les remarques du président « obscènes et ignares ».
« 200.000 personnes innocentes déplacées, des centaines de morts, des informations crédibles parlant de crimes de guerre, des prisonniers de l'EI qui s'échappent et les Etats-Unis qui évacuent et bombardent leurs propres positions ou les cèdent aux Russes. Deux gamins qui se bagarrent? », a-t-il lancé sur Twitter.
Selon l'accord annoncé par M. Pence, les forces kurdes devront se retirer d'un secteur d'une profondeur de 32 km censé se transformer à terme en « zone de sécurité », en faveur de laquelle la Turquie milite depuis des mois.
Les Turcs ont promis aux Américains que cette « zone de sécurité » serait temporaire et ne provoquerait pas de déplacements massifs de populations, a déclaré jeudi soir le représentant spécial américain pour la Syrie, James Jeffrey, à bord de l'avion du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo.
Baptisée « Source de Paix », l'offensive turque contre les forces kurdes des YPG dans le nord-ouest de la Syrie, lancée le 9 octobre, a suscité un tollé international en raison du rôle de premier plan joué par les Kurdes dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI).
Mais Ankara les qualifie de « terroristes » en raison de leurs liens avec le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), qui mène une guérilla sanglante en Turquie depuis 1984.
– Sanctions levées –
Le chef de la diplomatie turque Mevlut Cavusoglu a confirmé l'accord, mais a souligné qu'il s'agissait d'un cessez-le-feu temporaire.
« Nous suspendons l'opération, nous ne l'arrêtons pas », a déclaré M. Cavusoglu à la presse. « Nous pourrons arrêter l'opération seulement lorsque (les forces kurdes) se seront retirées complètement de la région », a-t-il ajouté.
Le président américain Donald Trump avait facilité l'offensive turque contre les Kurdes de Syrie en retirant les troupes américaines du nord-est de la Syrie, avant, face au tollé dans les pays occidentaux et au sein de son camp, d'exhorter Ankara à y mettre fin et d'autoriser des sanctions contre la Turquie. M. Pence a annoncé que ces sanctions seraient levées dès que la Turquie aura mis fin à son offensive.
M. Trump a évoqué un « grand jour » pour la Turquie et pour les Kurdes. « Nous avons un cessez-le-feu de cinq jours », a-t-il déclaré au Texas. « Les Kurdes sont incroyablement heureux de cette solution », a-t-il ajouté, se disant particulièrement satisfait que les négociations aient abouti « aussi vite ».
M. Pence, qui a pour sa part parlé à plusieurs reprises d'un « cessez-le-feu », a affirmé que Washington avait d'ores et déjà commencé à « faciliter le retrait (des forces kurdes) de cette zone de près 20 miles (32 km) en Syrie au sud de la frontière turque ».
Il n'a pas précisé la longueur prévue de cette zone, qui selon la « déclaration turco-américaine conjointe » sera mise en oeuvre principalement par l'armée turque. M. Erdogan avait déclaré le 13 octobre que cette zone devrait s'étirer, à terme, du fleuve Euphrate à la frontière irakienne, soit une longueur de 480 km.
Selon M. Pence, Ankara s'est aussi engagé à ne pas mener d'opération militaire dans la ville de Kobane, d'où les YPG avaient délogé l'EI en 2015 à l'issue d'une bataille hautement symbolique.
– Eliminer Daech –
L'accord turco-américain survient alors que les combats avaient fait rage dans la journée, en particulier à Ras al-Aïn, ville frontalière dont l'armée turque et ses supplétifs syriens contrôlent désormais près de la moitié, selon l'OSDH.
L'opération turque a aussi rebattu les cartes dans le nord de la Syrie, nouvel épicentre du conflit qui déchire ce pays depuis 2011. A la faveur d'un accord avec les forces kurdes, le régime de Damas est en effet revenu dans des régions qui lui échappaient depuis des années et Moscou a commencé à remplir le vide laissé par le retrait des forces américaines.
L'offensive turque inquiète tout particulièrement les Européens, qui craignent l'évasion des jihadistes étrangers jusque-là retenus par les forces kurdes.
Selon la déclaration conjointe, la Turquie et les Etats-Unis se sont engagés « à poursuivre les efforts visant à éliminer l'EI dans le nord-est de la Syrie » et à se coordonner au sujet « de centres de détention » de jihadistes.
Profitant du retrait des Américains, et afin d'éviter un affrontement d'envergure entre les forces de Damas et les militaires turcs, la police militaire russe mène des patrouilles dans le secteur de Minbej, selon Moscou. Le président turc doit rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine le 22 octobre.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.