Rabat: L'Intérieur se charge du budget 2020    Oriental: Le CRI en mode proximité    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Arganier: Le bio pour monter en gamme    Cafés hors la loi: La démolition commence!    Un nouveau souffle pour la Fondation «Esprit de Fès»    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    Ligue des champions : Ciel dégagé pour le PSG avant l'heure de vérité    Ligue Europa: Arsenal et la Roma au rendez-vous des seizièmes    Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique    Un ex-Premier ministre turc égratigne Erdogan en lançant son parti    L'intelligence artificielle, entre opportunité et menace pour la santé    Deux alpinistes secourus après avoir perdu leur chemin en descendant du mont Tidirhine    Ateliers de formation sur l'écologie au profit des élèves    Mohamed Benabdelkader : La reconnaissance de la responsabilité de l'Etat en cas d'erreur judiciaire, une des grandes nouveautés de la Constitution de 2011    La musique gnaoua, entre rituel africain et culte des saints vénérés au Maroc    André Azoulay: Il s'agit d'une consécration de l'engagement pionnier d'Essaouira    L'emprunt obligataire AWB visé par l'AMMC    Les Algériens ne veulent pas Tebboune    Le vivarium du jardin zoologique de Rabat désormais ouvert au public    Football: Qui sont les joueurs africains les mieux payés?    Présidence de la CGEM: Le binôme Alj-Tazi confiant    Et de 6 pour Lydec qui se voit décrocher le « Top Performer RSE » !    Présidentielles algériennes : Abdelmadjid Tebboune vainqueur selon les résultats préliminaires    La BAD approuve près de 245 millions d'euros pour développer les réseaux de transport d'électricité et d'électrification rurale    Gestion des catastrophes naturelles : La Banque mondiale accorde un prêt de 275 millions de dollars au Maroc    Nouvelle défaite cruelle de l'OCK    Eliminatoires Mondial-2022 : La date du tirage au sort fixée    Karim El Aynaoui : « Atlantic Dialogues », une invitation à formuler des réponses urgentes aux grands défis communs »    Iberia reliera Madrid à Fès en 2020    Twitter rêve de réseaux sociaux plus ouverts et de conversations en ligne moins énervées    Le Raja s'impose difficilement, le Wydad facilement    Habib Sidinou, un président sobre et altruiste    Les prémices d'un nouvel espoir    Espagne: Les 3 footballeurs accusés de viol écopent de 38 ans de prison chacuns    Fares appelle à l'élaboration de rapports et études annuels sur la détention préventive    Ce que la Turquie pense du Polisario    L'opposition et la Constitution «adoptent» le PLF    Neutralité carbone en 2050: l'UE s'engage, mais sans la Pologne    Destitution: le vote préliminaire sur le renvoi de Trump en procès reporté à vendredi    Une première, deux conventions collectives dans l'enseignement privé    La Gambie annonce l'ouverture prochaine d'un consulat général à Dakhla    Officiel ! RAM intègre le 31 mars 2020 Oneworld    Académie française: Abdeljalil Lahjomri reçoit le Grand Prix de la francophonie    G-B : La Livre sterling s'envole après la victoire des Tories    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    Expo: La symphonie en bleu de Saâd Hassani    One Piece Stampede, le premier film de la Toei Animation à être diffusé au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tribune libre : Le marchand de bons mots
Publié dans La Nouvelle Tribune le 11 - 11 - 2019

Quand on parle de ses années d'étudiant, on le fait souvent avec émotion et tendresse même si on sait qu'on va se rappeler la galère, les petits boulots et la bohême.
Là est peut-être le mystère de la nostalgie.
Lors de mon dernier séjour à Paris, j'étais entré un jour dans une boulangerie pour acheter une flûte. Une fois dehors, j'ai fait des trous dans les bosses du pain et j'ai essayé de faire de la musique, en soufflant dans le croûton. Aucun son ne sortait. Je suis revenu sur mes pas pour m'ouvrir de mes soucis à la boulangère. Elle m'a répondu que j'aurais dû prendre une baguette au son. Ce que je fis.
Dehors, à l'entrée du métro, un quatuor à cordes jouait de la musique de chambre. Mon naturel facétieux revint au galop. Me voilà donc en train de mouliner dans tous les sens, faisant mine de diriger l'orchestre avec ma baguette, sans attirer hélas, l'attention des musiciens ni susciter la curiosité des passants.
C'est dur, l'indifférence !
C'est à peine si une dame m'avait gentiment prié de cesser de perturber les musiciens. Sa remarque venait à point pour me donner l'occasion de malmener les mots, comme on aime à le faire quand on sait pouvoir compter sur l'oeil bienveillant et longanime de la jeunesse, du lycée et de l'université.
« Voyez-vous madame, dis-je , j'avais le choix entre jouer de la flûte avec eux ou les diriger avec cette baguette. J'ai préféré la deuxième solution parce que je n'arrivais pas à sortir un seul son de la flûte, à cause de la farine sans son ».
J'avais compris à son regard ahuri mais au demeurant charitable, qu'elle préférait passer son chemin et me laisser à mes délires. Peut-être ignorait-elle qu'on n'abandonne jamais la partie quand on est espiègle et facétieux, parce qu'on a besoin de se faire comprendre même si on doit passer par des chemins scabreux ? J'aurais tellement aimé ce jour-là être en compagnie de mes camarades étudiants de l'école de cinéma, comme il y a des dizaines d'années, lorsqu'on se surpassait dans nos improvisations loufoques et qu'on se consolait de nos échecs à faire rire, en pensant que nous étions des incompris.
Hors de question donc pour moi d'abandonner la partie tant que je n'arriverai pas à me faire comprendre, à défaut de me faire applaudir. Je suis donc entré dans une deuxième boulangerie où j'ai lâchement demandé à la jeune employée plutôt qu'à la patronne, s'il ne leur restait pas du « pain-tade ». La jeune apprentie, craignant de risquer une réponse hasardeuse à mon étrange demande, demanda l'aide de sa patronne. Mal lui en prit puisqu'elle fut bruyamment gourmandée tandis que je me faisais sèchement éconduire.
Une autre tentative dans une troisième boulangerie se solda par le même désastre lorsque j'ai demandé au boulanger s'il ne leur restait pas du « pain-gouin ». Fort heureusement, j'étais près de la sortie et hors de portée des postillons.
Lassé par mes vaines tentatives, je dus me résoudre à en conclure que ce serait donc une journée sans. Après tout, il arrive bien au clown de ne pas faire rire et au ténor d'avaler un chat. Je me suis consolé en pensant à mes indécrottables camarades farceurs comme moi, qui auraient été très heureux de constater que je ne les avais pas trahis et que je m'entête à continuer de croire comme eux, aux vertus de l'humour, à la magie du rire et à la sagesse de l'autodérision.
Et puis, me dis-je, il y a bien un marchand de bonbons à la sortie de l'école. Pourquoi n'y aurait-il pas de marchands de bons mots à la sortie des mosquées, des commissariats de police et des recettes des impôts ? Ce serait formidable ! Non ?
Saad Khiari


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.