Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





France-islamophobie : Pour un morceau de tissu !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 11 - 2019

« L'affaire du foulard », la marche contre l'islamophobie organisée dimanche dernier à Paris, les prises de position de différentes forces politiques françaises et personnalités de la société civile, les « recommandations » du Président Macron sur les signes de radicalisation, nous interpellent fortement, en tant que Marocains, Musulmans, citoyens épris de liberté, mais aussi admirateurs de la France des Lumières et de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen qui ont érigé la grande tradition de gardienne des libertés que la République française a portée depuis des décennies.
Or aujourd'hui, de l'autre côté du Mare Nostrum, on ressent la pénible impression que ces valeurs et principes, si importants, sont ignorés, minimisés, foulés au pied, au profit des vociférations racistes et identitaires, telles les éructations d'un Eric Zemmour, les déclarations xénophobes de Marine Le Pen et de ses affidés, le populisme de bas étage des derniers représentants de la Droite effritée, l'embarras des troupes présidentielles, l'absence de cette Gauche fille de Jean Jaurès et de Léon Blum, du Front Populaire…
Cette dérive est accentuée parce qu'en face, à côté du dernier carré d'un PCF démuni, se bousculent les groupuscules gauchistes adeptes du trotskysme, des personnalités de la France insoumise emmenées par un Mélenchon qui fait feu de tout bois, marchant complaisamment avec tout ce que la société française compte d'organisations communautaristes islamiques brandissant le port du foulard comme l'étendard de la liberté !
Quelques évidences
Par contre, on remarquera que l'intelligentsia, nombreuse et étoffée, d'origine maghrébine et africaine, parfaitement intégrée au sein de la société française, ne s'est pas associée à cette « marche des extrêmes », gardant un silence prudent, sinon désapprobateur.
Alors que penser et dire de tout cela ?
La première évidence, qu'il faut absolument rappeler, c'est qu'en France, la liberté religieuse est justement garantie par la laïcité républicaine, de même que sont autorisés les signes religieux dans l'espace public.
L'affaire du foulard n'aurait donc dû jamais exister si les autorités politiques, la presse et tous ceux qui se sont exprimés en cette occasion, avaient tenu compte de cette réalité !
La seconde évidence, c'est que l'Islam est la seconde religion en France et qu'elle compte plusieurs millions d'adeptes, dans leur écrasante majorité aussi bons pratiquants que bons citoyens, fiers de leur islamité et dans le même temps de leur nationalité française.
La troisième évidence, c'est que les attentats barbares, (Charlie Hebdo, Bataclan, Préfecture de Police, etc.), revendiqués par des terroristes affiliés à Daech, ont mis au-devant de la scène une religion, l'Islam, tout aussi pacifique, bienveillante et tolérante que le Christianisme et le Judaïsme.
D'ailleurs, les trois religions du Livre portent, malheureusement, en elles-mêmes, des groupes extrémistes, intolérants, violents.
Mais seul l'Islam est stigmatisé, soit par ignorance, notamment dans la presse hexagonale, soit par volonté délibérée comme le font des racistes tels Zemmour, Le Pen, rejoints parfois par des philosophes comme Finkielkraut.
La quatrième évidence, c'est que le foulard n'est en rien, originellement, un signe d'attachement à l'Islam et ses prescriptions.
Si le port de ce signe ostentatoirement religieux, s'est développé en France, comme au Maroc d'ailleurs, c'est sous l'influence de lectures salafistes et wahhabites qui ont prospéré un peu partout dans le monde depuis la fin des années soixante-dix du siècle dernier.
La cinquième évidence, qui est en tout point un marqueur social, veut que les foulards prospèrent plus dans les cités de banlieue que dans les quartiers huppés.
Car les femmes qui le revêtent, sont le plus souvent en quête d'identité depuis leur expatriation, privées par les gouvernements qui se sont succédé en France depuis les cinquante dernières années, de toute possibilité effective d'assimilation, rejetées avec leurs maris et leurs enfants dans les ghettos des cités.
Le foulard est donc, beaucoup plus qu'un signe religieux référant à l'Islam, l'expression d'appartenance à une strate sociale plus qu'à une communauté.
Le foulard n'est pas le drapeau de l'Islam, c'est celui des défavorisés, des déclassés, des rejetés, habilement récupérés par les organisations communautaires le plus souvent affiliées à la confrérie des Frères Musulmans !
Et ceux qui, en France, ne comprennent pas cela, refusent de le voir, tout en ayant la culture adéquate et les connaissances pour faire la part des choses, font ainsi, objectivement, le jeu de l'extrême-droite française aux très fortes ambitions électorales.
Ils font également l'affaire de tous ces milieux interlopes où grenouillent et s'activent les serviteurs zélés de l'islamisme radical qu'ils contribuent ainsi à renforcer sous le prétexte de la stigmatisation !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.