Nador: Arrestation d'un individu pour implication dans la constitution d'une bande criminelle    Connaissez-vous (vraiment) la Déclaration des Droits de l'Homme ?    Destitution: Donald Trump et l'affaire ukrainienne    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Bilan encourageant pour la Fondation marocaine pour la promotion de l'enseignement préscolaire    SM le Roi inaugure le Complexe Mohammed VI de football à Salé    Aéronautique: Un deuxième mandat pour le président du GIMAS et un bilan positif    Journée internationale des droits de l'Homme : L'appel à la solidarité mondiale de Michelle Bachelet    Nouvelle nomination au Conseil de Surveillance de Maroc Telecom    Indice du développement humain : Encore du chemin à faire pour le Maroc !    Les femmes, cibles "par excellence" de la cyberviolence    Coupe du Trône des clubs de saut d'obstacles : Le RCSE Dar Es Salam domine le classement des demi-finales    Hommage à Seddik Maâninou ce mardi à la MAP    La mosquée, l'école, le dispensaire…    Coupe de la Confédération africaine de football : Le HUSA et la RSB réalisent de bonnes opérations à l'extérieur    SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie du 30e anniversaire de l'Association Al-Ihssane    La coordination «Akal» dénonce le laxisme des autorités    Marrakech : Un musée privé de la musique voit le jour    Un grand dirigeant nous quitte    Le Hassania d'Agadir se ressaisit    Michael Benyahia, le premier pilote marocain et arabe chez McLaren    Bataille de chiffres entre Washington et Téhéran…    Des livreurs Chronopost disparaissent dans la nature... avec un million d'euros de marchandises    La justice égyptienne livre son verdict dans l'affaire de l'opposant Mohamed Ali    Fiscalité, OXFAM enfonce le clou    Réforme de la justice : la cadence est au ralenti    Casablanca : Les 41èmes journées de la Ligue pour la santé mentale les 13 et 14 décembre    En Algérie, une présidentielle dont la population ne veut pas    Les cimes de la création à Imouzzer Kandar    Sylvestre Amoussou, réalisateur scénariste du Bénin    «Lalla Aïcha» de Mohamed El Badaoui, projeté en avant première au FIFM    Agadir : Grand engouement pour le 1er Salon international de l'arganier    L'AMMC vise la note relative à l'émission de billets de trésorerie de Douja Promotion Groupe Addoha    Atlantic Dialogues Emerging Leaders : 50 jeunes professionnels de 27 nationalités rejoignent le réseau    La dictature du buzz    Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris    Aziza Jalal remonte sur les planches    Edito : Mobilité    Changement climatique : Le Maroc préside la réunion des Seychelles    Enseignants-cadres des AREF : Côté cour, côté jardin    Boris Johnson, le Brexit à portée de main    Ligue 1 : Marseille inarrêtable, Saint-Etienne de nouveau en panne    Le MCO défait à Oujda par l'ASFAR    Le capital humain marocain, une ressource qualifiée et performante    Le gouvernement français s'apprête à lever le voile sur sa réforme des retraites    Upton Sinclair Un écrivain socialiste engagé    Participation du Maroc aux 21èmes Journées théâtrales de Carthage    Grand engouement du public au FIFM 2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Destitution de Trump: Un témoin clé enfonce le clou au Congrès
Publié dans La Nouvelle Tribune le 14 - 11 - 2019

Un témoin clé a décrit mercredi un Donald Trump obsédé par sa campagne de réélection au point de faire pression sur l'Ukraine, lors des premières auditions parlementaires télévisées dans l'enquête pour déterminer si le président américain doit être destitué.
Dénonçant une « mascarade », Donald Trump a affirmé avoir été « trop occupé » pour regarder ces auditions, qui ont mis en évidence le franc soutien dont il dispose toujours chez les républicains.
Ancien combattant au Vietnam, cheveux gris et visage aux traits sévères, l'ambassadeur américain de facto en Ukraine, William Taylor, a ouvert le bal de ces dépositions historiques aux côtés d'un autre diplomate de carrière, George Kent, haut responsable du département d'Etat spécialiste de l'Ukraine.
Les démocrates soupçonnent le milliardaire républicain d'avoir abusé de ses pouvoirs présidentiels en demandant à Kiev d'enquêter sur Joe Biden, bien placé pour l'affronter en novembre 2020 à la présidentielle.
Forts de leur majorité à la Chambre des représentants, ils ont ouvert fin septembre une enquête pour constituer un dossier de mise en accusation, l' »impeachment » en anglais.
Avant Donald Trump, seuls trois présidents américains avaient été visés par une telle procédure explosive. Aucun n'a été démis de ses fonctions.
Après six semaines d'auditions à huis clos, les démocrates espèrent faire basculer l'opinion publique grâce à ces témoignages retransmis sur les grandes chaînes d'information.
Mais il n'est pas évident que les auditions fleuves de mercredi, menées par des élus républicains et démocrates aux vues diamétralement opposées, aient fait bouger des électeurs très polarisés.
– Avancer « sans délai » –
M. Taylor a rapporté les propos de l'ambassadeur américain auprès de l'Union européenne, Gordon Sondland, selon qui le président américain « s'intéressait » davantage à l'ouverture d'une enquête sur M. Biden en Ukraine qu'à la situation dans ce pays.
Sous serment, il a surpris en révélant avoir appris vendredi l'existence de cette déclaration faite le 26 juillet, juste après un entretien entre MM. Trump et Sondland.
« Je ne sais rien là-dessus », a affirmé M. Trump, interrogé plus tard sur ces propos à la Maison Blanche.
« Première fois que j'entends cela », a-t-il ajouté en balayant les informations de « seconde main » des témoins.
Une ligne d'attaque martelée au Congrès par les républicains qui leur ont reproché de rapporter des propos parfois de deuxième voire « troisième » main.
« Ce que nous avons appris aujourd'hui, c'est que (le président) lui-même passait et participait à ces discussions par téléphone », a au contraire commenté la jeune élue démocrate Alexandria Ocasio-Cortez. « Cela ajoute un certain degrés de proximité. »
Avec une dizaine d'auditions prévues d'ici au 20 novembre, les démocrates veulent mener leur enquête sans « délai ». Leur confortable majorité à la chambre basse laisse peu de doutes sur l' »impeachment » du président américain.
Compte tenu de la majorité républicaine au Sénat, il est en revanche peu probable que Donald Trump soit ensuite destitué, car la chambre haute, qui serait chargée de le juger, aurait le dernier mot.
En attendant, le cadre des investigations est clair, a affirmé Adam Schiff, président de la commission du Renseignement qui mène l'enquête:
M. Trump « a-t-il invité l'Ukraine à s'ingérer dans nos élections? » A-t-il commis un « abus de pouvoir? »
Comme levier, le milliardaire aurait suspendu une aide militaire de quelque 400 millions de dollars destinée à Kiev, et mis dans la balance une possible invitation du nouveau président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à la Maison Blanche.
Au cours d'une conversation téléphonique le 25 juillet, M. Trump a bien demandé à son homologue ukrainien de « se pencher » sur Joe Biden et son fils, Hunter, qui a été employé par une compagnie gazière ukrainienne.
Cet appel avait alarmé plusieurs hauts responsables, au point qu'un lanceur d'alerte avait décidé de le signaler à sa hiérarchie.
Cet appel était « parfait », martèle M. Trump.
– « Répugnant » –
Dans son témoignage mercredi, M. Taylor a affirmé qu'un canal diplomatique « irrégulier » avait été mis en place avec l'Ukraine, dirigé par l'avocat personnel de Donald Trump, Rudy Giuliani.
« A la mi-août, il m'est apparu évident que les efforts de Giuliani pour concocter des enquêtes politiques contaminaient désormais » les relations entre Kiev et Washington, a renchéri M. Kent.
M. Taylor a également répété trouver « dingue » qu'une aide militaire destinée à l'Ukraine puisse avoir été gelée « en échange » de l'ouverture d'enquêtes sur des rivaux de Donald Trump.
« Ceci n'est pas arrivé », a tonné l'élu républicain Jim Jordan, en soulignant que l'aide avait été finalement débloquée en septembre, sans que Kiev n'annonce d'enquête sur les Biden.
C'est là une autre ligne centrale de la défense des républicains: on ne peut pas accuser Donald Trump d'avoir exercé un chantage s'il n'en a rien tiré, et que l'enveloppe d'aide a été attribuée.
Mais, a insisté Adam Schiff, « un stratagème (…) n'en devient pas moins répugnant parce qu'il a été découvert avant d'être totalement mené à bout ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.