Météo: le temps qu'il fera ce vendredi    Exclusif/«J'ai résisté pendant 12 ans pour Oued Chbika»    PLF: Benchaâboun rattrapé par l'article 9    Compétitivité    Déontologie, éthique... les recettes pour dépasser la crise    Education: C'est la cata…    Domaine public: Nouvelle descente à Oulfa    Un Monde Fou    Offensive culturelle du Royaume-Uni au Maroc    Les échanges commerciaux et les investissements au centre des entretiens El Otmani-Pompeo    La Fondation Esprit de Fès balise l'avenir    France: La grève du 5 décembre prend une allure de révolte    Présidentielles algériennes: Débat télévisé entre les cinq candidats    Le Raja acculé à l'exploit au stade des Martyrs à Kinshasa    Tirage au sort de la Coupe Mohammed VI A la portée pour le Raja, compliqué pour l'OCS    Le secrétaire général de l'UMA rend hommage à S.M le Roi    Ouverture à Tanger du 2ème Forum sur le rôle des zones franches et industrielles    L'APEBI appelle à la mise en place d'une gouvernance numérique regroupant l'ensemble des grands ministères    Les disparités régionales ont diminué ces dernières années, selon El Othmani    L'éducation à la petite enfance se porte bien, mais …    Après avoir relevé différents dysfonctionnements, le Bureau politique de l'USFP appelle à une réunion urgente de la majorité    Les camps de Tindouf mis sur la sellette par le Canada    L'orchestre de l'opéra national du pays de Galles enchante le public rbati    "Abidat Rma" font le show à New Delhi    Le FIFM rend hommage à Mouna Fettou    Marrakech-Safi: Une production d'olives estimée à 223.000 tonnes    Création du "Club de Casablanca" de l'Africa Security Forum    Nador: Saisie de plus de cinq tonnes de chira    Le sélectionneur national des Emirats arabes unis, Bert Van Marwijk, limogé    Hawaï: Un marin tue 2 personnes sur la base de Pearl Harbor et se suicide    Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque    Dakhla : Les nageurs marocains dominent la 5ème édition du «Morocco Swim Trek»    Tirage au sort : Argentine-Chili en ouverture de la Copa America 2020    «Quand la question minière se pose, la sécurité se pose inéluctablement»    Fédération royale marocaine de football : La programmation des matchs du championnat Pro au cœur de la réunion du comité directeur    Vague de Froid et Santé: Comment se mieux se protéger?    «Nos budgets pour le cinéma sont faibles»    Avis aux touristes de Paris: Pour les monuments, revenez demain... peut-être !    JO Pékin-2022: Les organisateurs cherchent 39.000 bénévoles    Perception Politique Solidaire    Le doyen de la chanson marocaine    Un voyage musical à la quête des racines    Chutes de neige et pluies : Alerte orange dans plusieurs régions    Deux séances plénières consacrées au vote    Lutte antiterroriste : Une cellule partisane de «Daech» démantelée    Grèves en France : Royal Air Maroc met en garde ses clients    La résilience de l'agriculture paysanne face aux changements climatiques    Le retour de Hakimi au Real est décidé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MEDays 2019 : L'Afrique face aux défis de la ZLECA
Publié dans La Nouvelle Tribune le 15 - 11 - 2019

La ZLECA, un espoir de plus pour faire de l'Afrique un continent intégré économiquement ! A Tanger, dans le cadre de la 12ème édition du Forum MEDays dont les travaux se poursuivent jusqu'au 16 novembre, la Zone de Libre-Echange Continentale Africaine est souvent au cœur des débats. En effet, et en plus d'une palette de thématiques en rapport avec le ‘‘Sud-Sud'', un intérêt particulier est accordé à la ZLECA. Des intervenants, des décideurs politiques et économiques, des experts et des spécialistes africains, mais aussi des représentants de la société civile, ont bien voulu démontrer à quel point le succès de la ZLECA pourrait recomposer l'ordre économique non seulement continental, mais aussi mondial. Aussi, et dans un contexte de globalisation économique accrue, Amadeus a saisi l'occasion pour accorder davantage d'importance à la ZLECA qui ambitionne d'augmenter de 60% le commerce intra-africain d'ici 2022, rappelant qu'aujourd'hui, seulement 16 % du commerce des pays africains s'effectuent avec d'autres pays du continent, et que ce dernier ne représente que 2% du commerce mondial.
Brahim Fassi Fihri, président de l'Institut Amadeus, ne cesse de le répéter à qui veut bien l'entendre : « Nous, Africains, avons un cap et les leaders africains ont su accomplir la signature puis la mise en œuvre de la ZLECA. Il s'agit là du début du chemin, mais je crois qu'il faut mesurer la dynamique engagée et l'option claire que posent les dirigeants africains de réussir à une meilleure intégration régionale, une meilleure complémentarité économique et une co-industrialisation ».
Therese Azeng, consultante au sein de l'UA, explique, pour sa part, qu'il est important de préparer une liste de produits, pour savoir qui va vendre quoi : « Malheureusement, la configuration de l'économie africaine est un héritage colonial, basé sur la production et l'exportation des matières premières. Maintenant, il est temps de repenser la transformation et la commercialisation de nos produits ». Et de poursuivre qu'il faut penser aussi aux droits de douane. Idem pour la logistique et les infrastructures routières : « Il faut que le projet de la ZLECA se concrétise sur le terrain pour qu'il soit rentable à l'ensemble des pays africains ».
L'expert marocain Mohamed Hmidouch se veut plutôt réaliste. La ZLECA est un projet continental certes ambitieux, mais sa mise en oeuvre est complexe et difficile. Et d'expliquer que les 54 pays aux langues différentes dont le français, l'anglais, l'arabe, le portugais ou encore l'espagnol rendent la tâche de la ZLECA ardue. Il ajoute que le ‘‘Made in Africa'' n'est qu'un simple slogan, et qu'il importe aujourd'hui de lui donner du sens, notant que la ZLECA reste une opportunité à même de développer les échanges intercontinentaux, sachant que dans le cadre de ce bloc commercial, 90% des produits ‘‘Made in Africa'' seront exonérés de taxes douanières.
D'autres spécialistes ajoutent sur le même registre que la libéralisation des échanges économiques va en pair avec la libre circulation des personnes, un chapitre de taille, mais, qui n'a pas réellement été au cœur des discussions initiales : ‘‘Par ailleurs, dans certaines sous régions, notamment en Afrique centrale, on constate que les accords de libre circulation ne sont pas toujours appliquées ». Les quelques tensions régionales, la position équivoque du Nigéria, les économies trop petites de certains pays africains en mal d'industrialisation, de logistique et autres infrastructures portuaires, routières, technologiques… risquent de freiner l'élan de la ZLECA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.