Foncier: L'incroyable méli-mélo    Le portugais Pestana Hotel Group renforce son offre    Propreté: Le nouveau matériel inutile?    Un Monde Fou    LDC Afrique: Victoire et qualification du WAC en quart de finale    La SIE change de positionnement    L'IFC octroie une enveloppe de 100 millions de dollars à la région de Casablanca-Settat    En recevant Merkel, Erdogan met en garde contre une propagation du chaos libyen    Paris au défi de convaincre le Pentagone de rester au Sahel    La Chambre des représentants adopte une proposition et cinq projets de loi    En marge de l'ouverture à Laâyoune des consulats généraux de la RCA et de Sao Tomé    Le surfeur Boukhiam fier de représenter le Maroc, le monde arabe et l'Afrique aux JO 2020    La Bundesliga veut abaisser à 16 ans l'âge minimum pour jouer en pro    Rajoy, d'ex-chef du gouvernement à président de la fédération espagnole de football ?    Habib El Malki reçoit l'ambassadeur d'Autriche à Rabat    Thomas Reilly : Les progrès réalisés par le Maroc le placent en pole position en Afrique    Arrêter de fumer 4 semaines avant une opération réduit le risque de complications    Insolite : Brève cavale    Des failles de sécurité constatées sur le navigateur web Safari    Piers Faccini, le maître de la complainte    Les vraies raisons de la perte de poids d'Adele    Bientôt, un musée Kylie Jenner    Zalar Agri réussit à lever 24 millions de dollars auprès de l'IFC    Programme des principaux matchs du vendredi 24 janvier    Coronavirus : un Marocain résidant à Wuhan lance un appel de détresse à l'ambassade marocaine en Chine    Irak : des milliers de manifestants réclament le départ des troupes américaines    Le Maroc reconnaît le gouvernement de Bolivie    Une publication en hommage posthume à Abdelkébir Khatibi    Cour de cassation : 51.591 affaires enregistrées en 2019    mWellness Group prévoit d'investir 200 MDH au Maroc d'ici 2025    Le Crédit du Maroc lance les travaux de son nouveau siège social    Boeing : Le 737 MAX ne revolera pas avant le milieu de l'année    Brexit: Signature de l'accord à Bruxelles avant sa ratification par le Parlement européen    Adam de Maryam Touzani    Fnideq : Saisie de près de 10.000 comprimés psychotropes    Trump doit être destitué car « le bien et la vérité comptent », affirme l'accusation    Le Raja accroché à la veille de son départ en Tunisie    Le Maroc établit sa compétence juridique sur l'ensemble de son domaine maritime    Proche-Orient: Trump promet son plan de paix dans les jours à venir    Coronavirus : L'ambassade du Maroc en Chine suit la situation de près    Indice de perception de la corruption 2019 : Le Maroc perd 7 places    Rencontre entre le Monarque et le Roi du Bahreïn à Rabat    Chakib Alj et Mehdi Tazi tracent de nouveaux horizons pour la CGEM    Mercato : Le Hellas Vérone négocie avec l'AC Fiorentina pour Amrabat    «Sourtna», quand de jeunes photographes prennent d'assaut le Fort Rottenbourg    Le Souverain accorde une audience à l'archevêque de Rabat    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Colombie: Plusieurs milliers de manifestants contre le gouvernement d'Ivan Duque
Publié dans La Nouvelle Tribune le 05 - 12 - 2019

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté de nouveau mercredi en Colombie, au quatorzième jour de la mobilisation pour une inflexion de la politique du président de droite Ivan Duque, mais l'affluence était moindre que lors des premières marches.
Les leaders du mouvement entendent maintenir la pression qu'ils exercent sur le gouvernement de M. Duque, en poste depuis 16 mois, à travers cette troisième journée de manifestations en deux semaines.
Selon le ministère de l'Intérieur, le nombre de manifestants s'élevait à 40.000 en milieu de journée dans tout le pays, un chiffre que les organisateurs ont jugé sous-estimé. La journée s'est globalement déroulée dans le calme, malgré quelques incidents entre manifestants et forces de l'ordre à Bogota et Medellin.
Pour la première journée, le 21 novembre, une mobilisation d'envergure nationale et des grèves très suivies avaient paralysé la Colombie.
Le mouvement, inhabituel dans ce pays sud-américain, réclame notamment le retrait d'un projet de réforme fiscale, le respect de l'accord de paix avec l'ex-guérilla des Farc de 2016, un changement de la politique libérale de M. Duque, plus de moyens pour le secteur éducatif, mais aussi que soit mis fin aux assassinats de militants communautaires.
Les manifestants exigent également le démantèlement de l'Escadron mobile anti-troubles (Esmad), une police anti-émeute répressive. L'Esmad concentre la colère des manifestants, indignés par la mort le 25 novembre de Dilan Cruz, 18 ans, mortellement blessé à la tête par un sachet de billes de plomb tiré par un agent de cette force spéciale.
Dans les rues de Bogota, plusieurs rassemblements avaient lieu mercredi dans le calme. Si les manifestants étaient peu nombreux dans la matinée, les cortèges se sont peu à peu étoffés au fil de la journée.
Avocats, syndicalistes, étudiants, indigènes ou instituteurs, ils étaient plusieurs milliers en début d'après-midi à occuper la place Bolivar, coeur historique de la capitale, proche de la présidence.
– « L'Etat ment plus que mon ex » –
« Le peuple colombien s'est réveillé », s'est exclamé Paola Jimenez, une avocate de 41 ans, casserole et cuiller en main pour participer au « cacerolazo » (des cuillers frappées sur des casseroles) prévu à la fin de la journée. « Les Colombiens ont de plus en plus de mal à vivre financièrement ».
Nicolas, étudiant en architecture, brandissait une pancarte sur laquelle il avait inscrit: « l'Etat ment plus que mon ex ».
« Le gouvernement écrase les peuples indigènes », affirmait Victor Fernando Gañan, un Amérindien qui avait parcouru 380 km pour venir manifester à Bogota. « Nous n'avons plus peur, c'est pourquoi nous sommes ici ».
Dans les rues adjacentes, des policiers et des soldats étaient déployés.
Certaines routes étaient bloquées dans la capitale et à Cali (nord-ouest), mais les commerces étaient ouverts.
Le mouvement de grogne en Colombie survient au moment où des manifestations ébranlent ou ont récemment ébranlé le pouvoir en place au Chili, en Equateur et en Bolivie.
Mardi, le Comité national de la grève colombien, qui regroupe syndicats, étudiants, professeurs, indigènes et responsables d'opposition, s'est réuni pour la première fois directement avec des délégués de la présidence, mais aucun accord n'a été conclu. Une autre rencontre doit avoir lieu jeudi.
Le président Ivan Duque affronte la contestation la plus ample qu'ait connue la Colombie depuis les années 1970. Il avait demandé aux organisateurs d'annuler les manifestations de mercredi pour atténuer les « effets économiques » du mouvement qui, selon lui, atteignent les 285 millions de dollars de pertes.
Selon un sondage Gallup publié mercredi, 70% des Colombiens désapprouvent la gestion de M. Duque, contre 48% en février.
C'est la troisième « Mobilisation nationale » à laquelle appelle le Comité national de la grève. Mais depuis le 21 novembre, la protestation a aussi pris la forme de manifestations spontanées ou organisées chaque jour par tel ou tel secteur de la société colombienne.
Elles rassemblent parfois quelques centaines, parfois plusieurs milliers de personnes. Les manifestants défilent au son des « cacerolazos » pour exiger une inflexion de la politique de M. Duque.
Depuis le 21 novembre, quatre personnes ont péri dans des violences et 500 autres ont été blessées, dont des civils, des soldats et des policiers. Au total, 204 personnes ont été arrêtées.
Quatrième économie d'Amérique latine, la Colombie est l'un des pays les plus inégalitaires du continent.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.