Programme des principales rencontres du samedi 18 janvier    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Liban: L'impasse politique se poursuit    Maroc/Turquie: Importations massives: Halte aux abus!    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Brèves Internationales    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Le Sévillan Youssef En-Nesyri débutera par un choc face au Real    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS réalise un pas en avant vers le carré d'Or    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Arrestation d'un individu pour viol sur mineurs à El Jadida    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Sidi Slimane: Le gestionnaire délégué de la collecte des déchets ménagers se dote d'une convention collective    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poutine et Zelensky dialoguent mais actent leurs divergences à Paris
Publié dans La Nouvelle Tribune le 10 - 12 - 2019

Les présidents russe et ukrainien, Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky, sont convenus lors de leur première rencontre lundi à Paris d'une série de mesures pour relancer le processus de paix en Ukraine, mais ont surtout acté leur désaccord sur son volet politique, se donnant rendez-vous dans quatre mois pour tenter de le surmonter.
« Pour moi, je le dis honnêtement », le résultat de cette rencontre, « c'est très peu: je voudrais résoudre un plus grand nombre de problèmes », a résumé Volodymyr Zelensky lors d'une conférence de presse commune à l'issue d'un sommet sous les auspices du président français Emmanuel Macron et de la chancelière allemande Angela Merkel.
Le maître du Kremlin s'est voulu plus optimiste, saluant un « pas important » vers une désescalade.
Les quatre dirigeants sont au moins tombés d'accord sur un point après trois ans de paralysie dans le processus de paix: « Le fait que nous soyons côte à côte est en soit un résultat important », a assuré Emmanuel Macron. Il a qualifié de « blessure ouverte au coeur du continent européen », cette guerre entre Kiev et les séparatistes pro-russes qui a fait plus de 13.000 morts dans le Donbass, bastion industriel de l'Est ukrainien, et près de 1,5 million de déplacés depuis 2014.
« Nous avons encore beaucoup de travail à réaliser mais j'ai l'impression qu'il y a de la bonne volonté pour résoudre des questions difficiles », a estimé la chancelière allemande Angela Merkel.
Consolidation du cessez-le-feu, échange massif des prisonniers restant dans les territoires séparatistes d'ici la fin décembre, nouveau retrait de combattants de trois zones d'ici fin mars prochain… Le sommet a envoyé plusieurs signaux positifs.
– Divergences sur la frontière –
Mais le président ukrainien n'a pas pu arracher les concessions qu'il demandait pour l'organisation d'élections locales dans les territoires contrôlés par les séparatistes.
Il réclame notamment le démantèlement préalable de tous les groupes armés « illégaux » – comprendre les séparatistes pro-russes et leurs parrains russes – et le retour sous contrôle ukrainien d'une partie de sa frontière, actuellement aux mains des séparatistes et par laquelle Moscou est accusé de leur fournir des armes et troupes.
« Nous avons des divergences complètes sur la frontière », a-t-il martelé. Moscou réclame de son côté l'application des accords de Minsk qui prévoient le retour de la frontière sous contrôle ukrainien après les élections seulement.
Volodymyr Zelensky, novice en politique, est aussi sous la pression de son opinion, qui redoute de le voir faire trop de concessions face à Vladimir Poutine. Plusieurs manifestations ont eu lieu ces dernières semaines.
« L'Ukraine ne cédera jamais ses territoires » – le Donbass et la Crimée annexée par la Russie -, n'acceptera une « fédéralisation » et ne permettra à personne d' »influer son vecteur de développement » proeuropéen, a martelé M. Zelensky.
Contents de ces propos, les protestataires réunis lundi soir devant la présidence à Kiev ont estimé que le chef de l'Etat « n'a franchi aucune ligne rouge » à Paris.
– Nouveau sommet –
Pour tenter de surmonter les différends, les quatre dirigeants sont convenus de se retrouver pour un nouveau sommet « d'ici quatre mois ».
La première rencontre entre le maître du Kremlin, rompu aux rapports de force internationaux, et le jeune président ukrainien, un ancien comédien arrivé au pouvoir en mai, était très attendue.
Les deux présidents, plutôt détendus, ont d'abord pris place autour d'une table ronde, dans un salon de l'Elysée au côté d'Emmanuel Macron et Angela Merkel. Ils se sont ensuite rencontrés en bilatérale.
Volodymyr Zelensky, élu en avril sur la promesse de mettre fin au conflit, avait même fait un V des doigts de la main en arrivant au palais présidentiel français en début d'après-midi.
Durant la conférence de presse, il a longuement plaidé sa cause. Son homologue russe, arrivé en position de force à Paris, s'est montré beaucoup plus concis, le visage souvent fermé.
Ces sommets au format « Normandie », en référence à la région française où les dirigeants des quatre pays s'étaient retrouvés pour la première fois en 2014, étaient paralysés depuis trois ans.
L'Occident et l'Ukraine accusent Moscou de financer et d'armer les rebelles, ce que la Russie nie farouchement.
Les combats ont fortement baissé en intensité depuis les accords de Minsk en 2015. Mais 80.000 hommes continuent de se faire face de part et d'autre d'une ligne de front qui s'étire sur plus de 400 kilomètres. Chaque mois, des morts sont à déplorer dans des accrochages ou l'explosion de mines.
Depuis le changement de président en Ukraine, une certaine détente se fait sentir. Un échange de 70 prisonniers a pu avoir lieu en septembre. Les troupes belligérantes ont reculé dans trois petits secteurs de la ligne de front, et des navires de guerre ukrainiens saisis par la Russie ont été rendus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.