Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Chefchaoun : un incendie ravageur se déclare dans la forêt Sidi Abdelhamid    L'entraîneur Julen Lopetegui: Youssef En-Nesyri doit continuer à progresser    King Cup : Le but d'Abderrazak Hamdellah    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Brèves Internationales    Liban: L'impasse politique se poursuit    BCP veut déverrouiller le foncier aux TPME    Partenariat public-privé: Le projet de loi adopté en plénière    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Apebi: Election du binôme Amine Zarouk-Mehdi Alaoui    Adel El Fakir : « Casablanca-Pékin aura un impact positif sur le tourisme marocain »    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Maroc-Chine. De la culture pour faire du business    Une rupture épistémologique?    La Grèce qualifie le Plan d'autonomie d'approche sérieuse et crédible pour parvenir à une solution au Sahara    Entretiens maroco-onusiens sur la lutte contre le terrorisme    Nouveau coup dur pour le Polisario : Le Gabon et la Guinée-Conakry ouvrent ce vendredi leurs consulats généraux à Laâyoune et Dakhla    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Destitution: Trump compte sur des républicains au garde-à-vous    Inauguration à Rabat de l'ambassade du Rwanda    Nasser Bourita : Les ingérences étrangères risquent d'impacter négativement le rétablissement de la stabilité en Libye    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS force un précieux nul à Jeddah    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    La CAN remet son manteau d'hiver pour 2021    Stress, confiance et communication, l'art d'être co-pilote    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Essaouira : SM le roi inaugure des projets hydrauliques    Al Karama. 35 MDH pour l'unité d'embouteillage de Kénitra    Des vidéos mises en ligne mènent à l'arrestation d'un chauffard…    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Destruction de drogue et de produits de contrebande estimés à 190 millions de dirhams    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Incendies en Australie: le secteur du tourisme va perdre des milliards de dollars    S.M le Roi visite "Bayt Dakira"    A Bangkok, les jeunes défient le pouvoir…    Dans la banlieue parisienne, la fierté de voir "Les Misérables" aux Oscars    Appel à la valorisation du patrimoine juif du Sud du Maroc    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gestion des catastrophes naturelles: La BM accorde un prêt de 275 M$ au Maroc
Publié dans La Nouvelle Tribune le 12 - 12 - 2019

La Banque mondiale (BM) a approuvé, mercredi, un prêt de 275 millions de dollars en faveur du Maroc destiné à l'appui des politiques de développement pour la gestion des risques de catastrophe et assorti d'une option de tirage différé en cas de catastrophe (ou Cat DDO).
Cette opération a été conçue pour aider le pays à être mieux en mesure de gérer l'impact financier des catastrophes naturelles et des chocs climatiques, mais aussi à mettre à niveau le cadre institutionnel régissant la gestion du risque de catastrophe, indique la BM dans un communiqué. « Ce nouveau financement avec option de tirage différé a pour objectif d'aider le Maroc à se doter d'un cadre complet pour la gestion du risque de catastrophe, en s'inscrivant dans la continuité d'un précédent projet financé par la Banque mondiale — le Programme de gestion intégrée des risques de catastrophes naturelles et de résilience », souligne Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb, cité par le communiqué. Le développement d'un système assurantiel global est particulièrement crucial pour des populations vulnérables qui sont exposées à la perte de leurs moyens de subsistance en cas de catastrophe naturelle, a-t-il ajouté. Ce prêt viendra soutenir des réformes destinées à renforcer le cadre financier, administratif et opérationnel du Fonds de solidarité contre les événements catastrophiques (FSEC) qui assure un rôle capital et complémentaire à celui des assurances privées en fournissant une indemnisation aux personnes non assurées, dont spécifiquement les populations pauvres et les plus vulnérables. Il s'appuie sur des instruments de financement du risque sophistiqués et permet de couvrir les pertes causées par une inondation ou un séisme.
En outre, la BM précise que les réformes prévues au titre du nouveau programme concernent notamment la création d'une taxe parafiscale prélevée sur les contrats d'assurance et qui permettra d'apporter au FSEC une source continue de financement, ainsi que des mesures destinées à renforcer le marché assurantiel privé. Le programme entend également établir un registre des bénéficiaires afin de fournir une indemnisation rapide et ciblée aux victimes d'une catastrophe. L'option de tirage différé, qui repose sur des outils financiers et des moyens d'action éprouvés, consiste en une ligne de crédit conditionnel. En cas de catastrophe naturelle, elle permettra au gouvernement d'accéder immédiatement à des liquidités, apportant ainsi une ressource supplémentaire cruciale aux politiques de gestion du risque du Maroc. Le programme vise, par ailleurs, à moderniser le cadre institutionnel national en matière de gestion du risque de catastrophe, en renforçant le système de protection civile et en créant un système d'information pour la gestion du risque d'inondation.
« Ce programme favorisera la compréhension par les pouvoirs publics des risques financiers liés aux catastrophes naturelles. Il aidera également les autorités à mieux maîtriser la manière dont elles peuvent prévenir ces risques en planifiant mieux les investissements et en investissant davantage dans la réduction et l'anticipation des risques ainsi que dans la protection financière », fait savoir Augustin Maria, spécialiste senior du développement urbain et coresponsable du projet. Aux termes des conditions du prêt, la ligne de crédit pourra être décaissée à tout moment dans un délai de trois ans, qui pourra être renouvelé à quatre reprises pour couvrir une période totale de 15 ans. Une commission initiale égale à 0,5 % du montant du prêt sera versée à la signature de l'accord de financement, à laquelle s'ajoutera le paiement d'une commission de renouvellement de 0,25 % pour chaque extension éventuelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.