Météo: le temps qu'il fera ce mercredi au Maroc    Vie privée: Un outil de veille pour mars prochain    FMI: «Pour être riche, il faut investir dans les gens»    Fès: Le stade Hassan II rouvre ses portes, mais…    Droit d'accès à l'information: Attention au délai du 12 mars 2020    Cinéma: Les maux du pays auscultés dans un hôpital    Coronavirus: l'Algérie enregistre son premier cas (VIDEO)    Cap sur la production décarbonée    Lydec affiche une baisse de 17% de son résultat net    Divers    Un Américain meurt en voulant prouver que la Terre est plate    Maintenir ou non le carnaval en Haïti    Vers l'institutionnalisation des relations entre la Chambre des représentants et le Conseil saoudien de la Choura    Eden Hazard Fissure de la cheville et gouffre d'inquiétudes    Garrido, nouvel entraîneur du Wydad    Botola Pro D2 : Aucune visibilité avant le dernier tiers de l'exercice    DGSN: la police de Safi s'attaque aux fumigènes    Rencontre sur la réforme du système judiciaire    Les efforts du Maroc en matière de lutte contre la torture mis en relief à Genève    Insolite : Pour sauver sa main    Psychose de par le monde Le Coronavirus tend vers la pandémie    Une très grosse menace pèse sur l'Afrique    Le Crédit Agricole du Maroc booste son soutien aux TPE et aux petites entreprises    Les groupes "Meriem & Band" et "Khmissa" en concert à Casablanca et Rabat    Philippe Garrel revient à ses premières amours    Saad Lamjarred et Fnaire ont-ils plagié une chanson de Hamid Zaher ? (VIDEO)    SUEZ remporte deux contrats dans le secteur automobile au Maroc    Habib El Malki recadre certains politiciens d'Europe    Modèle de développement: Le forum des jeunes d'Al Akhawayn formule une série de recommandations    Casablanca: un “khettaf” percute volontairement un fourgon de police    HCP : les secteurs « des services » et « de l'agriculture, des forêts et de la pêche » demeurent les premiers pourvoyeurs d'emploi    L'ancien président égyptien Hosni Moubarak n'est plus    Quand la fédération cautionne le hooliganisme!    3e édition de l'Afrique du Rire    Charles Berling lit Nuit d'épine de Christine Toubira    Primaires démocrates : Sanders en pole position, Biden sous pression    6 jeunes auteurs en résidence d'écriture pour le film d'animation    Attijariwafa bank : un nouvel organigramme    Enseignement supérieur : clôture du projet de jumelage institutionnel Maroc-UE    Alliances Développement Immobilier : Alami Lazraq franchit à la hausse le seuil de participation    En Allemagne, une voiture fonce dans la foule d'un carnaval à Volkmarsen, et blesse une trentaine de personnes    Coronavirus : à Wall Street, pire séance en deux ans pour le Dow Jones    Pétitions, le Parlement fait le point    Le Wydad remercie Desabre et trouve son remplaçant (PHOTO)    4ème édition de Oulad Mogador Music Action : Deux groupes sélectionnés    Eliminatoires africaines de para-taekwondo: Rajaa Akermach et Soukaina Sebbar qualifiés aux Jeux de 2020    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelles déclarations embarrassantes pour Trump, jugé dans l'affaire ukrainienne
Publié dans La Nouvelle Tribune le 17 - 01 - 2020

Donald Trump et d'autres responsables républicains accusés de tout savoir des pressions exercées sur l'Ukraine: les révélations d'un associé de Rudy Giuliani, l'avocat personnel du président américain, confortent le dossier d'accusation à l'ouverture de son procès en destitution jeudi.
Dans une interview mercredi soir à la chaîne MSNBC, Lev Parnas, homme d'affaires d'origine ukrainienne inculpé en octobre pour violation des lois sur le financement des campagnes électorales, a affirmé que le président savait tout des efforts que M. Parnas menait auprès des autorités ukrainiennes, avec un autre associé Igor Fruman, pour qu'elles compromettent Joe Biden, ex-vice président démocrate et candidat à la présidentielle 2020.
« Le président Trump savait exactement ce qui se passait, il était au courant de mes déplacements, je ne faisais rien sans le consentement de M. Giuliani ou du président », a notamment affirmé cet homme de 47 ans, son avocat à ses côtés, dans un revirement spectaculaire contre M. Giuliani et M. Trump.
M. Parnas a aussi certifié que M. Trump « avait menti » en affirmant ne pas le connaître.
« Nous n'étions pas amis (…) mais il savait exactement qui nous étions et en particulier qui j'étais, car j'ai interagi avec lui à de nombreuses reprises. »
M. Trump a néanmoins répété jeudi qu'il ne connaissait pas M. Parnas.
« Je ne le connais pas, je ne crois pas lui avoir déjà parlé », a indiqué le président américain depuis la Maison Blanche, en reconnaissant que des photos avaient néanmoins pu être prises des deux hommes.
M. Parnas a aussi affirmé qu'il avait toujours été clair que ces pressions sur l'Ukraine étaient « entièrement » destinées à saper les chances de Joe Biden, et non pas à lutter contre la corruption, le principal argument de Donald Trump.
– Surveillance illégale? –
Dans d'autres entretiens au New York Times et à CNN, M. Parnas a assuré que plusieurs responsables républicains étaient au courant de ces pressions, traçant un cercle impliquant largement l'entourage du président.
M. Parnas a notamment impliqué le ministre de la Justice William Barr, l'élu californien Devin Nunes, numéro 2 de la commission du renseignement de la Chambre des représentants, et deux autres personnes liées au financement de la campagne de réélection de M. Trump.
M. Parnas a fait ces déclarations alors que les démocrates du Congrès rendaient publics des documents – photos, SMS – semblant étayer les pressions menées sur les autorités ukrainiennes, ainsi que les efforts de M. Giuliani et M. Parnas pour faire limoger l'ambassadrice américaine à Kiev Marie Yovanovitch, jugée anti-Trump.
Des messages échangés entre M. Parnas et un candidat républicain à la Chambre des représentants, Robert Hyde, portent ainsi à croire que ce dernier communiquait avec des gens en Ukraine qui surveillaient les allers et venues de l'ambassadrice en mars, soit peu avant son rappel de Kiev en mai.
M. Parnas a assuré qu'il ne fallait pas prendre au sérieux ces messages, balayant l'idée que la diplomate, qui avait livré un vibrant témoignage télévisé au Congrès mi-novembre, ait pu être surveillée.
Mais l'Ukraine a annoncé jeudi ouvrir une enquête, et le FBI s'est rendu jeudi au domicile de M. Hyde, selon une source anonyme citée par CNN.
Ces informations ont conforté ceux qui accusent M. Trump d'avoir importé des méthodes mafieuses à la Maison Blanche.
Une ex-procureure fédérale new-yorkaise, Mimi Rocah, a tweeté que ces messages suggéraient qu' »un coup mafieux » se préparait contre Mme Yovanovitch.
M. Parnas, aujourd'hui citoyen américain, a plaidé non coupable aux chefs d'accusation retenus contre lui, pour lesquels il encourt 20 ans de prison.
Désormais prêt à coopérer avec les enquêteurs, il a déclaré au New York Times « regretter avoir fait trop confiance » à M. Giuliani et M. Trump.
« Je croyais agir en patriote et aider le président », a-t-il ajouté.
Avec Igor Fruman, ils sont accusés d'avoir dissimulé l'origine étrangère de plus de dons octroyés en 2018 à des campagnes électorales, notamment l'origine de 325.000 dollars versés pour la campagne de réélection de Donald Trump en mai 2018.
Avant son arrestation le 9 octobre, alors qu'il s'apprêtait à quitter les Etats-Unis, M. Parnas était déjà dans le collimateur des démocrates du Congrès qui l'avaient convoqué pour témoigner: son nom était revenu dans l'enquête sur le coup de téléphone controversé dans lequel Donald Trump demandait fin juillet au président ukrainien Volodymyr Zelensky de « se pencher » sur Joe Biden et d'entrer en contact avec Rudy Giuliani.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.