Météo: le temps qu'il fera ce mardi 25 février    Le Roi Mohammed VI félicite la présidente de la République d'Estonie à l'occasion de la fête nationale de son pays    Selon l'OMS, le monde doit se préparer à “une éventuelle pandémie”    Aux camps de Tindouf, des manifestations de colère après des soupçons de «complicité» dans l'évasion de dangereux prisonniers    #RunforNEET2020 : une course pour l'insertion des jeunes    Les autorités de La Mecque ordonnent l'arrestation d'une rappeuse saoudienne    Les belligérants libyens élaborent un projet d'accord de cessez-le-feu à Genève    Pompeo appelle le Premier ministre irakien désigné à protéger les troupes américaines    Insolite : Anniversaire présidentiel    Les cygnes blancs de 2020    Le socialiste Sanders en super-favori, les démocrates modérés s'inquiètent    Des performances commerciales et financières favorables pour Crédit du Maroc    200ème but de Cavani sous les couleurs du PSG    Le Zamalek se retire du championnat égyptien    Qualification de trois taekwondistes marocains aux JO de Tokyo    Coronavirus: Marocains d'Italie, ceci vous concerne    Le DG de l'ONEE présente à Kampala le bilan positif de la présidence marocaine de l'Association africaine de l'eau    Marrakech abrite une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Festival "Stop drogue" : Une matinée dédiée à la promotion de la pratique du sport chez les femmes    Divers    Un chauffeur de camion arrêté à Agadir en possession de 589 kg de chira    Participation du Maroc à la 43ème session du CDH    Mubawab annonce le lancement de sa nouvelle Business Unit "Mubawab Transaction"    Dounia : Un monodrame poignant sur le parcours d'une jeune femme en quête d'identité existentielle    Avec "Pinocchio", Matteo Garrone signe un conte noir pour enfants    Une conférence scientifique internationale organisée par l'association Ibn Battouta    Rabat: Nasser Bourita s'est entretenu avec un responsable saoudien    Le père de Dounia Batma arrêté à Marrakech    Jumelage Maroc-UE, quel apport pour la loi-cadre sur l'éducation ?    17ème journée de la Botola Pro D1 : Qu'arrive-t-il au Wydad ?    Eliminatoires africaines de taekwondo : La Marocaine Oumaima El Bouchti qualifiée aux JO-2020    15ème Jazzablanca : L'appel à candidature lancé    La tournée «Stars 80» bientôt à Casablanca    Le Groupe Crédit Agricole du Maroc mobilisé pour Al Moustatmir Al Qaraoui    Inwi adhère officiellement à la «Déclaration Numérique GSMA»    Conseil de gouvernement jeudi: ce qui est prévu    Italie : 100.300 Marocains mis en quarantaine    Résultats financiers : CIH Bank termine l'année 2019 en forme    Protection sociale : La BAD accorde un prêt de 2 milliards DH au Maroc    Maîtriser la question religieuse!    Palestine: Vivement l'union!    Débat sur l'urgence climatique pour le continent africain    Parution: «Celui qui vient de l'avenir, Abdelkébir Khatibi»    Le Salon international de l'agriculture de Paris a ouvert ses portes samedi : Le terroir marocain à l'honneur    Carton plein pour Saad Lamjarred et Fnaire (VIDEO)    Championnat d'Egypte: le Zamalek se retire de la compétition    Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Procès en destitution de Trump: Mardi glacial au Capitole
Publié dans La Nouvelle Tribune le 22 - 01 - 2020

Pendant de longues heures mardi, les sénateurs américains ont écouté les arguments des accusateurs et des défenseurs de Donald Trump, sans dire un mot. Ou presque.
Au premier jour du procès historique en destitution du président des Etats-Unis, ces professionnels de la joute oratoire se sont pliés à l'ordre intimé par le « sergent d'armes » du Sénat, un gradé chargé du protocole: se taire « sous peine d'être emprisonné ».
Seule exception: toutes les deux heures, les cent élus de la chambre haute du Congrès se sont levés un par un pour dire « oui » ou « non » à onze amendements proposés par la minorité démocrate, en vue d'obtenir de nouveaux documents et témoins.
Et chaque parti (53 républicains et 47 démocrates) a fait bloc pour rejeter ou soutenir les amendements proposés.
« Ses mensonges nous divisent ». En ce mardi glacial, un manifestant avait brandi ce slogan devant le Capitole, se faisant l'écho des fractures suscitées en son sein par le locataire de la Maison Blanche.
Les touristes, venus visiter ce bâtiment emblématique de Washington, reflétaient aussi ces divisions, qui touchent toute la société américaine. Un partisan du président refusait ainsi de parler d'un jour historique. « Une mascarade! Heureusement, ça ne devrait pas traîner », glissait-il sans donner son nom.
S'il parvient à tenir sa majorité jusqu'au bout, le chef républicain du Sénat Mitch McConnell devrait en effet obtenir rapidement l'acquittement de Donald Trump, peut-être d'ici deux semaines.
– Sans téléphone ni ordinateur –
« Je ne m'attends pas à un procès équitable », regrettait un autre touriste, Tim Boyer, venu de Caroline du Nord. « Mais j'espère qu'il y aura des témoins, des documents, que les sénateurs feront ce qu'ils ont à faire… »
Avant d'entrer dans l'hémicycle bleu et or, la sénatrice républicaine Shelley Moore Capito admettait qu'il y avait des tensions dans l'air: « c'est une affaire grave! ».
Contrairement aux sessions habituelles, les élus, appelés à jouer le rôle de juges et de jurés sous la supervision du juge de la Cour suprême John Roberts, ont laissé les avocats et les défenseurs du président livrer bataille à leur place.
Solennité oblige, ils ont également été sommés d'abandonner leurs téléphones et ordinateurs portables. « Je vais peut-être souffrir d'un petit manque », a plaisanté Mme Moore Capito, en se disant prête à tenir « le temps qu'il faudra ».
De fait, le temps s'est allongé et les passes d'armes se sont prolongées jusque tard dans la nuit. Peu à peu, les rangs se sont clairsemés dans les balcons réservés au public, où l'actrice Alyssa Milano a fait une apparition.
Lors d'une suspension de séance, le sénateur républicain Ted Cruz s'est plaint que l'opposition « dépose des motions redondantes à n'en plus finir ».
– « Dans les tranchées » –
D'autres élus se sont rués sur leur portable pour tweeter, comme la démocrate Elizabeth Warren, en lice pour la primaire de son parti: « soyons clairs, nous ne serions pas en train de débattre d'amendements à 22H00 si les sénateurs républicains ne trichaient pas avec les règles du procès ».
En Europe, à cette heure, il y a « des soldats ukrainiens qui se réveillent dans des tranchées face à des chars russes », a renchéri dans l'hémicycle son collègue Jason Crow, l'un des procureurs désignés par la chambre des représentants pour porter l'accusation contre Donald Trump.
Les démocrates majoritaires à la chambre basse accusent Donald Trump d'avoir bloqué une aide militaire cruciale pour l'Ukraine, afin de la forcer à enquêter sur un de ses rivaux à la présidentielle de novembre.
Poursuivant sa référence aux soldats de ce pays, M. Crow, un ancien militaire, a mouché ses adversaires: « je ne crois pas qu'ils aimeraient nous entendre parler de notre fatigue! »
Signe des tensions croissantes à mesure que les heures s'écoulaient, le chef de la Cour suprême qui préside les débats, John Roberts, a émis un inhabituel rappel à l'ordre et demandé aux deux parties de garder un « discours de civilité ».
Peu avant 02H00 (07H00 GMT), les règles de procédures du procès ont enfin été adoptées sur la même ligne de partis (53 pour, 47 contre). M. McConnell a tenu à remercier John Roberts pour sa patience, alors que le juge doit siéger mercredi matin à la Cour suprême.
« Cela fait partie du boulot », a-t-il simplement répondu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.