Encadrement de l'opération Aïd Al Adha : L'ONSSA assure    Kofi Annan décède à 80 ans    46% des Français favorables à l'accueil de migrants par la France    Les pays membres de l'UNAF seront consultés en vue d'une co-organisation    TOP 500 des meilleures universités, le Maroc toujours absent !    BMCE Bank lance une vaste campagne de recrutement...    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Fermeture d'Al-Aqsa : La Palestine met en garde Israël    Inwi passe à la 4,5G et réalise un record de vitesse à plus de 1 Gigabit par seconde    Facebook supprime un post jugé «haineux»...que Twitter a préféré garder    Salé : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé    Aïd Al-Adha: Le CNPAC appelle à davantage de vigilance sur les routes    Dernière minute: Black Coffee & Virgil Abloh a l'Oasis Festival    Aid Al Adha, les conseils de LG pour bien conserver la viande    Hamza Mendyl file à Schalke 04    Le ministère de la Culture veille à la mise en œuvre des dispositions de la loi relative à la presse et à l'édition    PLF 2018 : la lettre de cadrage de El Otmani    Munir El Haddadi décide de rester au FC Barcelone    Italie : un séisme d'une magnitude de 5,2 touche le centre du pays    Coupes africaines : Des destins opposés attendent le Wydad et le DHJ    Le Maroc et l'Australie-Méridionale examinent les opportunités de coopération    Le potentiel d'Agadir Ida Outanane!    50.000 enseignants contractuels déjà en ordre de bataille    Averses orageuses fortes et temps chaud attendus vendredi et ce weekend dans plusieurs provinces ce weekend    Le cadrage royal    Madona, «Berber Queen» pour son anniversaire à Marrakech    Mohamed Brahmi, le Cheikh qui veut moderniser la danse Reggada    Casa Tramway : une offre de service adaptée pour Aïd Al Adha    Facebook offre la diffusion de la Ligue des champions à l'Amérique latine...et la Liga à l'Asie du Sud    Israël: Netanyahu entendu par la police pour corruption présumée    «Hacky hack hack» : un adolescent australien de 16 ans pirate les systèmes d'Apple    Le Médiateur dresse son bilan : Près de 10.000 plaintes en 2017    Edito : Jeunesse d'esprit    Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus selon les médias italiens    Aïd Al Adha: ADM identifie trois pics de circulation    Emploi, social, politique : Ce que propose le CESE    Le «Ceuta est marocaine», fait refuser la nationalité espagnole à une résidente marocaine    Khiame : «Le Maroc doit accéder aux bases de données de l'Europol»    Pluie d'hommages mondiaux après la mort d'Aretha Franklin    Classement mensuel de la FIFA: La Maroc perd 5 places et pointe au 46ème rang    760.000 spectateurs au Festival Jawhara    Le Festival des plages Maroc Telecom touche à sa fin    Dakhla : Coup d'envoi de la 4è édition du Dakhla Downwind Challenge    Ali Yata ou la fidélité à un grand fidèle à la patrie et au peuple    3e tour de qualification pour la Ligue des champions d'e l'UEFA : Elimination précoce de Celtic et Fenerbahçe    Cheb El Hindi se retire de la scène artistique algérienne!    La FNM rend hommage au professeur Joudia Hassar-Benslimane    Le Paraguay soutient la marocanité du Sahara    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fume, c'est du Suisse !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 30 - 12 - 2010

C'est ce samedi 1er janvier 2011 que devrait entrer en vigueur la nouvelle réglementation sur l'étiquetage fiscal du tabac et des cigarettes au Maroc. Cette réglementation, prise sous l'autorité de l'Administration des Douanes et des Impôts indirects, conformément aux stipulations de la Loi de Finances 2010, a prévu d'imposer aux importateurs et distributeurs de tabac et cigarettes dans notre pays, un nouvel étiquetage destiné à prévenir la fraude et la contrebande. Les étiquettes fiscales, différentes de celles qui existaient jusqu'à présent, seront confectionnées par SICPA, une société suisse spécialisée dans ce secteur d'activités et qui avait remporté l'appel d'offres international lancé par l'Administration des Douanes. On rappellera, à ce sujet, que la mesure, déjà appliquée aux producteurs et importateurs de boissons, naturelles, eaux minérales, alcools, vins et spiritueux, a fait l'objet de fortes contestations de la part d'embouteilleurs qui contestent notamment la différence des prix d'étiquetage établie en fonction de la nature du « liquide » commercialisé... Pour les cigarettes et autres cigares, alors que le monopole de fait détenu depuis la privatisation de la Régie des Tabacs par Altadis (filiale d'Imperial Tobacco), est désormais caduc, les nouvelles étiquettes, selon la tarification appliquée par SICPA, devraient entraîner une hausse conséquente des prix de vente au détail. En effet, et même si Altadis-Imperial Tobacco refuse de confirmer ou d'infirmer les rumeurs concernant l'augmentation du prix des cigarettes, locales et importées, le « timbre fiscal » de SICPA devrait être facturé à 0,50 Dh l'unité à Imperial Tobacco et aux autres distributeurs de cigarettes au Maroc. Cela, sur la base de la consommation annuelle des fumeurs nationaux, devrait représenter la bagatelle de 450 milllions de dirhams de revenus par année dont l'essentiel, comme cela a déjà été prouvé pour l'étiquetage des bouteilles, devrait aller directement dans les caisses de SICPA, la douane ne récupérant que 15% de ce montant et les Impôts 30% au titre de l'IS !
Peut-on imaginer que Japan Tobacco ou Imperial Tobacco acceptent cette hausse de leurs charges sans la répercuter sur le destinataire final, le consommateur marocain ? Selon toute vraisemblance, le prix du tabac pourrait donc augmenter, conséquemment, dans une fourchette allant de 0,50 dh à 1,50 Dh par paquet selon la nature des cigarettes (tabac blond, brun, importé, etc). Cette éventuelle hausse, que certains milieux tiennent pour inéluctable, même si les buralistes affirmaient en cette fin d'année n'avoir aucune visibilité sur la question et que la « Com » d'Altadis était injoignable, sera pourtant matérialisée en principe dès le samedi 1er janvier 2011 par de nouvelles étiquettes fabriquées et contrôlées par la société suisse SICPA et ses représentants au Maroc. Une mesure que les autorités présentent comme destinée à combattre la contrebande de cigarettes, effectivement forte dans notre pays, mais qui n'explique pourtant pas pourquoi, selon un benchmark que personne ne veut avouer officiellement, le coût de l'étiquetage fiscal SICPA au Maroc serait 13 FOIS PLUS CHER que les tarifs appliqués en Turquie par la filiale locale de SICPA. Au moment où le mécontentement social monte, et que les prix de certaines denrées sensibles augmentent (café notamment), une hausse sur les « clopes » ne serait sans doute pas de nature à calmer les esprits...
Fahd YATA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.