Edito : Redonner confiance    Lutte contre l'habitat insalubre : El Brouj, 59ème ville sans bidonvilles    Salaheddine Mezouar élu président de la CGEM    BMCE Bank of Africa et Crédit Agricole du Maroc primés en Afrique    Le patron de Facebook présente ses excuses devant le parlement européen    Entretien téléphonique entre SM le Roi et le président Palestinien    La voie de l'émergence    Marché du travail : Pertes dans l'industrie    Officialisation de l'amazigh : Dernière ligne droite chez les députés    [Top] Les 15 plus grands innovateurs de tous les temps : Shigeru Miyamoto (11ème)    Parlement: Le gouvernement continue de bouder les propositions de loi    Agadir Affrontements mortels à la faculté des lettres    Méga-barrage sur le Nil: La guerre de l'eau n'aura pas lieu    Guelmim-Oued Noun veut classer son patrimoine archéologique    Les musées récupèrent les œuvres saisies par la Douane    Manuscrits et œuvres antiques au patrimoine national    Football: Manchester United vaut 3,2 milliards d'euros    Le Roi Mohammed VI appelle Mahmoud Abbas    26 sociétés bénéficient de l'aide de l'Etat    Le Maroc et la Corée du Sud veulent donner un nouvel élan à la coopération bilatérale    Tan-Tan : 113 projets de diplômés chômeurs financés par l'INDH    Un individu succombe à ses blessures    "fait maison" ou "prêt à emporter", que préfèrent les Marocains ?    Concert «Trois cultures, trois musiques» par Luis Delgado à Rabat    Produit par Hamid Bouchnak : Le single «Ramadan Kareem» de Soufiane Nhass bientôt en clip    Rencontre à Rabat consacrée à la préparation des épreuves du baccalauréat en juin 2018    Rabat abrite la 2ème Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique les 18 et 19 juin    30ème journée de la Botola Maroc Telecom : Un épilogue sans grande surprise    «La photographie marocaine est encore marginalisée»    Transfert : Emery, après le PSG, se dirige vers Arsenal    Télémédecine et répression de la faude aux examens, sur la table du gouvernement    Les Marocains, deuxièmes sur la liste des affiliés étrangers à la sécurité sociale en Espagne en avril    Le régime algérien, un véritable «danger» pour la cohésion et la souveraineté nationales    L'UE et les marchés tremblent pour l'Italie    (Vidéo) C1: Entre CR7 et Mo Salah, Zizou a fait son choix!    Réunion de la deuxième session du CC du PPS    Incident fortuit à la Faculté des lettres d'Agadir!    Merouane Kabbaj diplômé de l'université du Québec    Netflix: Barack et Michelle Obama sont les nouveaux producteurs!    Marche populaire de solidarité avec le peuple palestinien    Des représentants du Maroc à Bruxelles pour la Gambie    SM le roi lance des projets dédiés aux femmes et aux jeunes à Kénitra    Le WAC et le HUSA complètent le podium derrière l'IRT    53 blessés dans un atterrissage d'urgence d'un avion de la Saudia (+vidéo)    «Le développement de l'enseignement de l'amazighe connaît un retard notable»    Le coach de l'équipe nationale iranienne dévoile sa constellation    Décès de l'ancien joueur de l'équipe nationale de football Mohamed « Houmane » Jarir    C1 – Klopp: « Zizou est l'un des meilleurs joueurs de tous les temps »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fume, c'est du Suisse !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 30 - 12 - 2010

C'est ce samedi 1er janvier 2011 que devrait entrer en vigueur la nouvelle réglementation sur l'étiquetage fiscal du tabac et des cigarettes au Maroc. Cette réglementation, prise sous l'autorité de l'Administration des Douanes et des Impôts indirects, conformément aux stipulations de la Loi de Finances 2010, a prévu d'imposer aux importateurs et distributeurs de tabac et cigarettes dans notre pays, un nouvel étiquetage destiné à prévenir la fraude et la contrebande. Les étiquettes fiscales, différentes de celles qui existaient jusqu'à présent, seront confectionnées par SICPA, une société suisse spécialisée dans ce secteur d'activités et qui avait remporté l'appel d'offres international lancé par l'Administration des Douanes. On rappellera, à ce sujet, que la mesure, déjà appliquée aux producteurs et importateurs de boissons, naturelles, eaux minérales, alcools, vins et spiritueux, a fait l'objet de fortes contestations de la part d'embouteilleurs qui contestent notamment la différence des prix d'étiquetage établie en fonction de la nature du « liquide » commercialisé... Pour les cigarettes et autres cigares, alors que le monopole de fait détenu depuis la privatisation de la Régie des Tabacs par Altadis (filiale d'Imperial Tobacco), est désormais caduc, les nouvelles étiquettes, selon la tarification appliquée par SICPA, devraient entraîner une hausse conséquente des prix de vente au détail. En effet, et même si Altadis-Imperial Tobacco refuse de confirmer ou d'infirmer les rumeurs concernant l'augmentation du prix des cigarettes, locales et importées, le « timbre fiscal » de SICPA devrait être facturé à 0,50 Dh l'unité à Imperial Tobacco et aux autres distributeurs de cigarettes au Maroc. Cela, sur la base de la consommation annuelle des fumeurs nationaux, devrait représenter la bagatelle de 450 milllions de dirhams de revenus par année dont l'essentiel, comme cela a déjà été prouvé pour l'étiquetage des bouteilles, devrait aller directement dans les caisses de SICPA, la douane ne récupérant que 15% de ce montant et les Impôts 30% au titre de l'IS !
Peut-on imaginer que Japan Tobacco ou Imperial Tobacco acceptent cette hausse de leurs charges sans la répercuter sur le destinataire final, le consommateur marocain ? Selon toute vraisemblance, le prix du tabac pourrait donc augmenter, conséquemment, dans une fourchette allant de 0,50 dh à 1,50 Dh par paquet selon la nature des cigarettes (tabac blond, brun, importé, etc). Cette éventuelle hausse, que certains milieux tiennent pour inéluctable, même si les buralistes affirmaient en cette fin d'année n'avoir aucune visibilité sur la question et que la « Com » d'Altadis était injoignable, sera pourtant matérialisée en principe dès le samedi 1er janvier 2011 par de nouvelles étiquettes fabriquées et contrôlées par la société suisse SICPA et ses représentants au Maroc. Une mesure que les autorités présentent comme destinée à combattre la contrebande de cigarettes, effectivement forte dans notre pays, mais qui n'explique pourtant pas pourquoi, selon un benchmark que personne ne veut avouer officiellement, le coût de l'étiquetage fiscal SICPA au Maroc serait 13 FOIS PLUS CHER que les tarifs appliqués en Turquie par la filiale locale de SICPA. Au moment où le mécontentement social monte, et que les prix de certaines denrées sensibles augmentent (café notamment), une hausse sur les « clopes » ne serait sans doute pas de nature à calmer les esprits...
Fahd YATA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.