11ème Salon du cheval : Tbourida, compétitions équestres… mais pas seulement    Mission royale pour Akhannouch    Budget italien : Un accord avec Bruxelles sera « très compliqué à trouver »    Une femme arrêtée pour port public et illégal d'un uniforme de police    Brexit : La question irlandaise peut faire échouer l'accord, souligne Michel Barnier    Ouverture mercredi du pont géant reliant Hong Kong à la Chine continentale    Casablanca: CFC signe un protocole d'accord avec un centre financier de Shanghai    Grand stade d'Agadir : 500 stadiers bénévoles formés à la gestion des flux    Le conseil communal de Mohammedia destitue son président (PJD)    Un cadavre mutilé dans la banlieue de Mohammédia identifié par la DGSN    Trésor : Un déficit budgétaire de près de 23 milliards DH en septembre    Paiement auprès des commerçants et eMarchands affiliés au CMI : 18,4 milliards DH réglés par cartes bancaires marocaines    PLF 2019. Cap sur la croissance    Météo : De la pluie pour ce début de weekend    Mobilisation des terres collectives. La mise en œuvre pour 2019    Sahara marocain: Le processus politique conforté sur la voie onusienne    Man City-Messi. "La pulga" fidèle au FCB à tout prix    Ministère des MRE. Promotion de la culture amazighe    Ajdir et ses interpellations!    ONU: La Palestine présidera le «Groupe des 77 + la Chine» en 2019…    Benguérir : L'adaptation aux changements climatiques au coeur d'une conférence    Aucune hausse des tarifs de la vignette automobile dans le PLF-2019    Dons et greffes d'organes: encore des efforts…    Un Jumelage destiné au renforcement des capacités de l'administration pénitentiaire    Enseignement. La loi-cadre sous la loupe des députés    Lutte contre l'immigration illégale : Madrid plaide pour une augmentation de l'aide accordée par l'UE au Maroc    La troupe « L'instant théâtre » présente à Tunis sa pièce théâtrale « Maqamat Badi Zaman Al-Hamadani »    Exposition : La Galerie Banque Populaire met la sculpture en partage        JOJ de Buenos Aires: le Maroc rafle sept médailles    Buffet irrésistible au Parlement    L'Institut français d'Oujda déménage    Au moins 18 morts dans une fusillade en Crimée    L'émissaire de l'ONU pour la Syrie annonce sa démission    News    Intensification de la coordination et de la concertation entre la Chambre des représentants et le Parlacen    Signature d'un mémorandum d'entente entre le Maroc et l'OADA    Pitoyable    Mieux vaut pousser tôt au premier accouchement    Divers    Vers l'accélération de la transformation digitale du secteur public    Les partenariats public-privé, un outil de promotion de l'agriculture et des TIC en Afrique    Löw sauvé par "la meilleure défaite de l'année"    Aziz Karkach : Le MCO veut s'assurer très tôt le maintien chez l'élite    Participation massive attendue au 20ème semi-marathon international de Laâyoune    Vasti Jakson & Maya Kyles en résidence artistique avec des musiciens nomades de M'hamid El Ghizlane    L'œuvre poétique de Laabi, un hymne à l'être humain dans tous ses états    Azilal accueille son premier Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Monopole, avantages et autres privilèges : La crédibilité des ONG (entre parenthèse)… !
Publié dans La Nouvelle Tribune le 29 - 03 - 2012

10% des ONG s'accaparent près de 80% des subventions
Hallucinant ! Effectivement, les données dévoilées par Lahbib Choubani sur la situation financière des ONG nationales sont significatives à plus d'un titre. Selon les chiffres du ministre pigiste chargé des relations avec le Parlement, sur les 8,8 milliards de Dhs réservés aux ONG de la société civile annuellement, seuls 10% des associations en profitent. Alors que le reste, soit 80%, partage des miettes ! Les mêmes chiffres révèlent que le budget de 5,2% de l'ensemble des ONG se situe dans les environs d'un million de Dhs/an, soit 63% du total des subventions accordées aux associations.
Il s'agit, d'après Choubani, d'un cas flagrant de monopole. Sur le même registre, le budget de 4,5% du tissu associatif chez nous, dépasse 500 000 Dhs/an. Une association sur cinq fonctionne avec un budget de seulement 5 000 Dhs par an et une association sur trois dispose d'une enveloppe de moins de 10 000 Dhs/an. Et Choubani d'ajouter qu'en 2007, la contribution du tissu associatif dans la création d'emploi avait atteint à peine 1%. Au delà des chiffres, le nouveau patron chargé des relations avec le Parlement et la société civile souligne qu'il n'y aura plus de place pour le monopole et bien d'autres privilèges dans les subventions étatiques accordées aux ONG. Et de poursuivre que ces dernières doivent, de leur part, agir en fonction du mérite loin de toute logique de mendicité. L'essentiel reste la garantie de l'indépendance de l'action associative par rapport aux appareils de l'Etat. De là, on aurait réussi, dit-il, la révision de l'architecture opérationnelle Etat/société civile et partant, la garantie de rapports transparents entre Autorité/Liberté…
Et de conclure que le gouvernement s'engage à permettre à la société civile de jouer pleinement son rôle dans la contribution à l'élaboration des projets et décisions des instances élues et des autorités publiques, conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution. Pour ce faire, l'Exécutif va opter pour une approche participative avec la société civile, basée particulièrement sur le dialogue et la consultation à même de l'ériger en acteur principal dans la préparation des projets et des décisions, conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution (articles 12, 13, 14, 15).
D'autres analystes s'interrogent toutefois sur l'existence d'une société civile “crédible et qualifiée en termes de pratiques, de pensée et de discours, capable de contribuer à la législation”, relevant la complexité des défis imposés par la diversité du tissu associatif marocain et de la relation entre les actions associative et politique…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.