Déficit budgétaire de 41,3 MMDH à fin juillet    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les sociétés cotées pas toujours transparentes
Publié dans L'Economiste le 24 - 11 - 2010

· Le CDVM relève des irrégularités dans les informations financières
· Une amélioration de la fréquence de publication recommandée
Le consommateur veut comprendre avant d'acheter. Il en est de même pour les placements en Bourse. Sur les marchés financiers, la crise est venue renforcer cette évidence face à une perception plus importante du risque. Aujourd'hui plus que par le passé, les informations financières des entreprises cotées sont scrutées dans le moindre détail. Les entreprises du Masi n'y échappent pas. Et selon un rapport du CDVM, elles ne sont pas toujours aussi transparentes dans les informations publiées et encore moins pressées de les dévoiler. Pour l'exercice 2009, 49 sociétés ont divulgué leurs états financiers à la date limite contre 34 en 2008.
L'étude révèle par ailleurs un certain nombre de manquements et d'irrégularités dans les comptes. Il s'agit notamment du non-respect de la comparabilité surtout pour les petites entreprises ou la non-publication de périmètre de consolidation. L'absence d'explications sur les variations importantes de certains postes et sur les écarts significatifs entre les prévisions et les réalisations est pointée du doigt. En outre, les informations contenues dans les notes explicatives restent insuffisantes selon le rapport du CDVM, sauf celles fournies par les banques et les entreprises qui diffusent leur publication financière en ligne. Il convient de rappeler que 13 sociétés cotées ne disposaient pas d'un site internet à fin 2009.
Au-delà des carences relevées jusque-là, le gendarme de la Bourse recommande d'aller vers une logique de publication trimestrielle. Idéalement, le but recherché est de fournir plus d'informations aux investisseurs. Il s'agit en outre d'abolir les communications purement comptables et financières et d'évoluer vers plus d'informations sur la stratégie d'entreprise, le changement de modèle économique ou encore la description des risques et les mesures mises en place. Globalement, pour les entreprises cotées, l'augmentation du cours de l'action passe par la publication de bons résultats. Cela pourrait expliquer une certaine opacité des informations fournies au public pour préserver le cours de l'action en Bourse. Une situation qu'illustre bien Sonasid avec ses résultats au titre du premier semestre 2010. Le sidérurgiste n'a pas jugé opportun de publier un profit warning suite à une forte détérioration de ses indicateurs financiers alors que les analystes avaient anticipé une forte hausse et recommandé l'action à l'achat. La filiale d'Arcelor Mittal a écopé d'une amende de 67.000 DH - le maximum pour ce genre d'affaire - assortie d'un avertissement. L'attitude de Sonasid a certainement favorisé la publication de ce premier rapport sur la communication financière des entreprises cotées.
La crise financière a laissé de nombreuses séquelles dans les entreprises notamment du point de vue des risques encourus. La tendance s'oriente davantage vers plus de transparence et une amélioration de la fréquence des communications à l'intention des investisseurs. C'est l'un des constats de l'enquête de Ernst & Young menée auprès de 1.400 patrons dans le monde.
A ce jour, seules 4 sociétés publient trimestriellement leurs résultats. Les responsables de la Bourse ne cachent pas l'intérêt d'aller vers une publication tous les trois mois et en version anglaise également. Sauf que ce rythme pourrait être handicapant pour les petites entreprises, reconnaissent-ils. En France, par exemple, le coût minimal de la communication financière d'une société cotée est estimé à 500.000 euros (5,5 millions de DH) par an. Contrairement aux entreprises du Masi, à l'exception de quatre, les sociétés cotées sur la place parisienne sont tenues à une publication trimestrielle de leurs résultats.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.