En vertu d'une convention entre la FNM et Renault : Un véhicule Renault Master pour transporter les toiles en toute sécurité    Projet de loi de Finances 2019 : Les amendements des conseillers bien accueillis    Lutte contre la spoliation immobilière : Aujjar s'attaque à la mafia du foncier    Le road show de la CCG au profit des banquiers fait escale à Laâyoune    BCIJ : Démantèlement d'une cellule terroriste composée de trois «Daechiens» à Kénitra    Real Madrid.. 63 millions de livres sterling sur la table pour Hazard    Accord agricole : Les eurodéputés disent oui    Les droits sociaux et juridiques de l'artiste à l'ordre du jour    Fès-Meknès. Dardouri communique autour de l'INDH    Espagne : Pedro Sanchez annonce une hausse de 22% du SMIC    Malgré l'adoption formel, le combat se poursuit    PLF 2019 en phase finale chez les conseillers    L'Africa Gaming Fest, c'est ce weekend à Casablanca    Le groupe Attijariwafa bank remporte deux prix à Londres    La Cour des comptes pointe l'inefficacité de la hausse budgétaire de l'éducation    Attentats de Strasbourg : Qu'est-ce qu'un fiché S ?    Où en sont les pourparlers de paix inter-yéménites?    «L'autisme est un prétexte pour parler de nos différences»    Le gel des biens de Hosni Moubarak maintenu par l'UE    L'ES Tunis souhaite rencontrer River Plate au Carré d'AS    Ligue des Champions : Messi, Salah, Kane et Hakimi disputeront les huitièmes    Skoda Scala: Coup de jeune    Apple. Voici les meilleures applications de 2018    Un couple marocain meurt dans l'incendie d'un bâtiment en Italie    Royal Air Maroc réceptionne à Seattle un nouveau Boeing 787-9 Dreamliner    Championnat arabe des Clubs: le Raja rallie les 1/4 de finale, après sa victoire face à Al-Ismaïly d'Egypte    Réfugiés. Le Maroc réactive les régularisations    E-Commerce : Le Maroc cinquième en Afrique    Effet de dissuasion    Noël endeuillé pour Strasbourg    Le transfert des compétences toujours en stand-by    Entreprises : De nouveaux textes législatifs approuvés par la Chambre des représentants    Le taux de mortalité infantile a baissé à 2,9% en 2018 au Maroc    La Cour béninoise de répression des infractions économiques et du terrorisme menacerait-elle l'Etat de droit ?    Madrid menace d'assumer le maintien de l'ordre en Catalogne    Carlos Ghosn, l'empereur déchu de l'automobile    L'Iran déterminé à poursuivre ses essais de missiles    Le secret de la longévité des tortues géantes des Galapagos    Rencontres de concertation au sujet des colonies de vacances    Lancement à Kénitra d'un modèle de classes d'enseignement préscolaire    Marcelo Gallardo Stratège et idole de River Plate    Valverde : Nous voulons aider Dembélé    Ronaldo : J'aimerais que Messi vienne en Italie    Abdelali Hamieddine de nouveau rattrapé par l'affaire Aït Ljid    Insolite : Bague perdue    L'OCP Policy Center devient le "Policy Center For The New South"    Azoulay appelle les Souiris à s'enquérir des intérêts de leur cité    Décès à Marrakech de l'icône de la chanson populaire marocaine Hamid Zahir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lecture: Coup de projecteur sur les élites
Publié dans L'Economiste le 11 - 09 - 1997


Maroc: les élites du Royaume
Essai sur l'organisation du
pouvoir au Maroc
Ali Benhaddou
L'Harmattan 1997
164DH
C'est le genre de livre sur lequel l'acheteur se précipite: il est si rare, depuis les investigations de Waterburry, de trouver des explorations sur les classes dirigeantes. Pourtant, cela devrait être primordial pour la connaissance de la société marocaine.
Converti en lecteur, l'acheteur ne devra pas céder au sentiment de déception et tenir compte du fait que le travail de M. Ali Benhaddou est une nouveauté, soumis sans doute, lors de son élaboration, à maintes résistances. Ceci peut expliquer les erreurs, comme les petites tailles des échantillons.
Le lecteur aurait cependant aimé trouver, même dans une simple annexe, la fiche technique des échantillons. Sans cette précision, l'ouvrage peut être objet de doutes quant à sa rigueur. C'est dommage, car l'organisation du pouvoir est un sujet central, tant pour le développement économique que pour le développement politique.
L'ouvrage est une thèse soutenue en France. L'auteur ne donne pas la date de ses travaux de recherche, qui doivent probablement se situer avant 1993, bien que par endroits de fugaces indications plus récentes ont dû être rajoutées, sans doute au moment de l'édition. En effet, le fonctionnement de la CGEM, qui y est décrit, est davantage celui des années 80 que celui des années 90, surtout depuis la réforme des statuts de l'organisme patronal. La remarque vaut aussi pour les liaisons industrielles et familiales. Le lecteur peut aussi le regretter, car les rajouts, au lieu de provoquer une mise à jour, accroissent l'impression de décalage.
L'auteur prend la précaution de dire que le travail est «scientifique». Il fait bien, car le lecteur a parfois l'impression de se trouver devant un pamphlet: le bon sens ou la grammaire, parfois mis à mal par la hargne, donnent davantage l'impression d'un ouvrage militant. Ce qui ne lui ôte pas son intérêt: il n'est pas sans exemple que des partis-pris soulignent des travers sociaux devant lesquels l'approche scientifique reste neutre. Entre autres, l'auteur souligne l'arrogance ou l'isolement social des élites et dont se moquent les humoristes (qui font d'ailleurs rire ces mêmes élites!).
La thèse centrale de l'ouvrage de M. Ali Benhaddou est que le pouvoir économique est partagé entre quelques familles, dont les bases étaient déjà existantes au milieu du siècle dernier. Il étaye sa thèse avec des citations recueillies lors d'entretiens avec 131 hommes d'affaires et les responsables de six clubs sportifs. Sans qu'il y ait d'explications pour l'anonymat systématique, les interlocuteurs ne sont pas identifiés mais le lecteur peut s'amuser à en reconnaître quelques-uns.
L'ouvrage met en accusation ces familles qui, à ses yeux, sont fautrices d'immobilisme et de sous-développement du pays. L'auteur indique que, dans ces élites, les discours se renouvellent, mais pas les comportements. Ainsi, explique M. Ali Benhaddou, les PDG intègrent-ils dans leur vocabulaire des concepts nouveaux, comme la participation et la délégation, mais l'auteur affirme que la pratique reste paternaliste et absolutiste.
L'action humanitaire ne trouve aucune grâce à ses yeux. Il y voit plutôt la volonté de reproduire un modèle destiné à entretenir la dépendance des pauvres vis-à-vis des riches.
L'auteur explore des alliances matrimonio-industrielles et les analyses comme le mécanisme premier de la reproduction sociale.
Inversement, il ne signale pas les mécanismes de brassage sociaux qui ont porté des hommes comme MM. Basri, Saaïdi, Meziane, Lahjouji... ou des familles comme Akhanouch, Ahmal... à détenir des pouvoirs importants dans le paysage politique et économique du Royaume. Pas davantage qu'il n'observe les phénomènes socio-économiques où des familles qui avaient tenu le haut du pavé disparaissent de l'establishment. Ces phénomènes existent pourtant, et fortement, chaque fois qu'une évolution technique ou qu'un changement du marché se produit. Or, il y en a eu beaucoup depuis une quinzaine d'années à la faveur du passage d'une économie étatisée à une économie plus libérale.
S'il est dommage que l'ouvrage n'ait pas poussé ses investigations vers la réalité du terrain sociologique, il n'en reste pas moins que, malgré ses a priori, il ouvre peut-être une époque: celle d'une plus grande transparence.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.