Parlement: Les conseillers peinent sur leur propre règlement    Startups: L'OCP met le turbo    Les européens appelés aux urnes    La tension militaire mobilise le CCG et l'Opep    Violence dans les stades: Le débat encore (re)lancé    L'aide à l'éducation, un modérateur    Service militaire obligatoire. Le roi Mohammed VI ordonne le recrutement de plus de candidats pour cette année    Le roi Mohammed VI adresse un message de condoléances à la famille de Tayeb Bencheikh    L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Divers Economie    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tourisme
400 millions de DH pour la restauration des kasbahs
Publié dans L'Economiste le 08 - 06 - 2011

C'EST parti pour la restauration des kasbahs. Le dispositif de réhabilitation des composantes du patrimoine architectural national s'inscrit dans le tourisme culturel, défini par la Vision 2020.
Une convention avait été signée dans ce sens lors des 10es Assises par les ministères du Tourisme et de la Culture, les groupes CDG et Akwa. L'accord prévoit la création d'une structure dédiée à capitaux mixtes public-privé. Il s'agit de la Société marocaine de valorisation des kasbahs (SMVK). Une SA à directoire et conseil de surveillance. La SMVK a pour mission la valorisation du patrimoine architectural via la réhabilitation et la reconversion de certains édifices en structures d'hébergement ou en équipements d'animation tels que des restaurants, des musées... Sont concernées par ce programme, les kasbahs qui disposent d'un cachet architectural particulier de par leur localisation, leur environnement, leur vocation initiale ou par leur passé historique.
Un budget de 400 millions de DH sera débloqué pour la première phase de ce programme qui s'étalera sur la période 2011-2013. Le principe consiste à acquérir les kasbahs auprès de leurs propriétaires (le domaine public ou des particuliers) et de les transformer en établissements touristiques haut de gamme, d'une trentaine de chambres selon les cas. Un partenariat pourrait être mis en place avec les propriétaires de ces bâtisses. «Pour mettre en œuvre ce programme, nous allons nous inspirer du modèle espagnol des paradores, qui sont devenus des passages obligés pour les touristes intéressés par le tourisme culturel», explique une source proche du dossier.
Pour la première phase, c'est le triangle Zagora-Ouarzazate-Tinghir qui a été retenu. La région compte plus de 1.000 kasbahs. Le diagnostic est alarmant : la plupart des monuments architecturaux sont dans un état de délabrement avancé du fait de la nature même du matériau (pisé) avec lequel elles ont été construites. Ces constructions devront être réhabilitées sans être dénaturées. Le dispositif consistera à conserver le cachet initial, sur la base d'un cahier des charges précis, une charte qualité et un label qui reste à définir. Ainsi, la façade, qui constitue un attrait particulier de ces bâtiments du sud, sera évidemment conservée. Le programme de restauration ne pourra pas toucher le millier de kasbahs de cette région. Seule une centaine sera concernée au cours des deux prochaines années.
Parmi les signataires de la convention relative à la réhabilitation des kasbahs, le ministère de la Culture. En effet, ce dernier sera mis à contribution dans ce chantier via le Centre de restauration et de réhabilitation des zones atlasiques et subatlasiques (Cerkas), créé en 1990. Ce dernier a déjà à son actif la restauration d'une dizaine de kasbahs telles que la kasbah de Taourirt, d'Aït Benhaddou, de Tamnougalt, etc. ainsi que des greniers collectifs.
«Il ne sert à rien de restaurer ces monuments s'ils ne génèrent pas des recettes», explique un partenaire du programme. C'est la raison pour laquelle les kasbahs qui seront transformées en établissements touristiques devront atteindre l'autonomie financière et dégager les recettes nécessaires à leur pérennité. Au terme de la première phase du programme de reconversion, une évaluation sera faite pour envisager d'étendre le dispositif à d'autres régions.
Appel à manifestation d'intérêt
LA Société marocaine de valorisation des kasbahs (SMVK) vient de lancer un appel à manifestation d'intérêt pour la sélection des kasbahs et ksour qui feront l'objet d'une réhabilitation au cours de la période 2011-2013. Pour cette phase, les propriétaires des kasbahs des régions Dadès, Draâ et Ziz sont d'ores et déjà invités à prendre attache avec la SMVK, dont le siège se trouve à Ouarzazate. Les dossiers de candidature relatifs à la sélection des kasbahs dans le cadre du programme de revalorisation/reconversion à des fins touristiques peuvent être déposés au plus tard le 21 juin.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.