Gfi Informatique consolide sa position sur le marché africain    Twitter : la salve de Trump contre Emmanuel Macron    L'équipe nationale sacrée 3e au niveau mondial    El Othmani : Le Maroc mobilisé pour la sécurité routière en Afrique    Nouveauté: Le monde rural fait entendre sa voix sur Medradio    Le pape François au Maroc les 30 et 31 mars 2019    Agression israélienne contre Gaza, une spirale de violences régionales selon le gouvernement palestinien    Le Groupe BCP lance son « Fintech Challenge »    Le Maroc et l'Inde s'engagent à échanger leurs criminels respectifs    Nouvel effondrement meurtrier à Jerada    Taroudant : Un couple achète un nouveau-né à 750 DH    Theresa May réunit son gouvernement, divisé sur le Brexit    Ouvrage collectif : Pour une meilleure exploration culturelle du continent    Les universités marocaines bien loties!    L'art martial et la manière    Le Conseil supérieur de l'autorité judiciaire livre son premier bilan    Le secrétariat du PJD prévoit des visites en Algérie    Baddou, réélu au Comité exécutif de la GFIA    Riposte des élèves. Ils sont manipulés, selon Amzazi    Mondial 2022.. La main tendue de l'Iran    HACA : 47 plaintes traitées et 36 opérateurs sanctionnés    Près de la moitié de la population a une couverture médicale    CAN2019 : Le Cameroun plus proche que jamais du désistement    Lancement des spectacles de théâtre Amazigh au profit des MRE    Tunisie : Le nouveau gouvernement obtient la confiance du Parlement    Le Maroc désigné pays organisateur des Jeux Africains 2019    Edito : Actualiser le social    BAM : Les taux en baisse pour les particuliers, en hausse pour les TPME    Boissons sucrées. La TIC augmente de 50%    Accord Agricole Maroc-UE : Feu vert de la Commission parlementaire européenne    Sarah Perles, révélation des Césars !    Maroc, de quelle culture parlons-nous ?    Première norme anticorruption: Une démarche préventive    Emmanuel Dupuy : La France et le Maroc sont engagés dans une coopération sur le plan judiciaire contre les organisations terroristes    S.M le Roi prend part au déjeuner offert par Emmanuel Macron à l'occasion du centenaire de l'Armistice    Le Barça battu chez lui, le Real fortifie Solari    La maladie de Parkinson commence peut-être dans l'appendice    Divers    Copa Libertadores : Boca résiste à River dans une Bombonera en fusion    Insolite : Le tour de la GB à la nage    La FDT en marche à Essaouira    11 novembre 1918 : Le rôle et les sacrifices des troupes indigènes de l'Armée d'Afrique    Washington durcit le ton avec Ryad à propos du meurtre de Khashoggi    Lancement de la première édition de l'événement "Go Goal" à Rabat    A Copenhague, Leila Slimani dissèque le rapport intimité et écriture    Tarek El Bakri: La littérature dédiée aux jeunes a une vocation éducative    La FMEJ met les points sur les «i»    Armistice : Le Maroc au premier rang    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les ministres dans la bataille électorale
Publié dans L'Economiste le 23 - 08 - 2011

Trois mois nous séparent des élections anticipées et l'électrocardiogramme du gouvernement n'est pas encore reparti. A l'exception du ministère de l'Intérieur, les autres départements sont aux abonnés absents. Ils se contentent d'expédier les affaires courantes. Pressés par l'envie de rempiler, la plupart des ministres explorent les possibilités de se présenter aux élections. Surtout depuis le discours royal du 9 mars dernier qui a réhabilité la politique. Ils ont pris conscience que pour figurer dans le prochain gouvernement, la bataille électorale est un passage obligé. Même des novices en politique, comme le ministre du Tourisme Yassir Zenagui, hésitent avant de s'embarquer dans une aventure aux couleurs du RNI à Tanger. Mais son président Salaheddine Mezouar relativise les ambitions: «Attention, il ne faut pas mettre en position des candidats qui partent handicapés même s'ils ont une bonne image». D'autant que les mises en garde du discours royal ont porté sur les candidatures aux prochaines élections. Le changement est conseillé avec le rajeunissement des élites qualifiées et la promotion des femmes. Les états-major des partis ne peuvent ignorer le nouveau cahier des charges, décliné par le Souverain.
Voici un panorama des ministres tentés par les prochaines législatives, en attendant les accréditations officielles:
Côté Istiqlal, Abbas El Fassi a décidé de ne pas se représenter. Les mauvaises langues affirment qu'il cède sa circonscription de Larache à Nizar Baraka. Finalement, le ministre des Affaires économiques et générales renonce à se présenter pour abandonner la tête de liste à Abdallah Bakkali, qui y est conseiller communal.
Yasmina Baddou compte remettre sa candidature en jeu dans la circonscription de Casablanca Anfa. Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce, briguera un mandat de député dans sa ville natale Séfrou où il est déjà président du conseil municipal. Cependant, il risque de rencontrer quelques difficultés avec Azalmat, qui avait quitté l'Istiqlal pour le PAM.
Saâd Alami, en charge de la Modernisation du secteur public, jette l'éponge, surtout depuis sa mésaventure communale de 2009 où il avait perdu la présidence de la municipalité de Chefchaouen.
Quant à Taoufik Hejira, il a trouvé la parade. Son frère Omar est député Istiqlal d'Oujda, sa ville natale. Il se voit mal affronter son frère, qui est aussi président du conseil municipal. Aller se présenter dans une autre ville? «Les Oujdis le prendraient mal», note le ministre de l'Habitat. Karim Ghellab, député de Ben Msik à Casablanca, se représentera, affirme une source du bureau exécutif de l'Istiqlal alors que son cabinet n'est pas si sûr. Abdeslam Mesbahi, secrétaire d'Etat chargé du Développement territorial, compte tenter ses chances à Fès mais attend le feu vert de Hamid Chabat, l'homme fort de la ville. Quant à Abdelkebir Zahoud, secrétaire d'Etat à l'eau et l'environnement, il ne veut pas y aller.
Au RNI, le président Salaheddine Mezouar compte se présenter pour la première fois. Son dévolue s'est portée sur sa ville natale, Meknès, précisément dans la circonscription de Alami Tazi, l'ex-ministre du Commerce et d'industrie, aujourd'hui décédé. Idem pour Anis Birrou qui prévoit de tenter sa chance à Berkane, sa ville natale. Le choix de Moncef Belkhayat s'est porté sur Casablanca. Aziz Akhannouch est donné candidat dans sa région Agadir. Amina Benkhadra ne semble pas être tentée par une circonscription locale. Par contre, la ministre de l'Energie ne dirait pas non pour la conduite de la liste nationale du RNI. Cette éventualité provoquerait une pluie de contestations féminines sur la tête du président Mezouar.
A l'USFP, on ne voit pas comment Driss Lachgar abandonne sa circonscription favorite qu'est Youssoufia à Rabat. Le ministre des Relations avec le Parlement et membre du bureau politique du parti a déjà commencé à bouger pour reprendre son siège perdu lors des législatives de 2007.
Jamal Rhmani hésite. Le ministre de l'Emploi et la formation professionnelle s'était déjà présenté à Salé, mais sans succès. Mohamed Reda Chami, en charge du Commerce et de l'industrie, sera candidat à Fès. Idem pour Mohamed Ameur qui veut tenter ses chances dans la même région. Quant à Bensalem Himmich, ministre de la Culture, il ne se présente pas.
Le Mouvement Populaire n'est pas en reste. Mohand Laenser se présentera dans son fief Immouzer Marmoucha. Mohamed Ouzzine, secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères, tentera sa chance à Dar Ifrane, dans la province d'Ifrane. A noter que ces derniers temps, d'anciens ministres du parti mettent la pression sur le secrétaire général. Non pour obtenir une accréditation et se présenter aux élections, mais pour figurer visiblement sur la liste des ministrables.
Au PPS, Nezha Skalli et Khalid Naciri ne semblent pas tentés par les élections. Nezha Skalli est allergique à la circonscription locale. La tête de liste nationale? Le parti n'y est pas favorable. Déjà en 2007, Nezha Skalli avait jeté l'éponge après que la direction du PPS lui ait refusé la tête de liste pour la confier à Gajmoula.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.