Le bitcoin ne passe pas au Maroc    Vivo Energy Maroc tend la main à Tibu Maroc    GPC inaugure deux unités à Kénitra    Perpétuité pour Ratko Mladic, le « Boucher des Balkans »    Des prières rogatoires seront accomplies vendredi dans l'ensemble des mosquées du Royaume    Qui est David T. Fischer, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Maroc ?    Ecole française internationale s'installe à Casablanca    «Inspirations Africaines» : Quand le design s'entremêle avec l'artisanat    Zagora : Rachid El Morabity remporte le Grand Trail de la vallée du Drâa    Singapore Airlines choisit Airbus pour le programme de réaménagement de ses A380    Syndicats : le projet de loi toujours sur l'agenda du ministère    Funérailles de feu le Général Abdelhak El Kadiri au cimetière Chouhada à Rabat    Le plaidoyer d'El Othmani lors du Forum économique islamique    ALD Automotive Maroc «Elu Service Client de l'Année 2018»    Cour des comptes/Administration: Les recommandations antisyndicales    Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations    Les enfants représenteraient 26,7% de la population en 2030    Conseil de gouvernement : Un ordre du jour chargé    2ème forum des avocats MRE: De nouvelles compétences au-delà des frontières se rassemblent à Agadir    Région de Casablanca-Settat : 1.228 demandes de subventions déposées par les ONG    PLF 2018: Les députés du PPS soulignent l'insuffisance du volet social du PLF 2018    Mondial 2018 : Les supporters marocains devront casquer    Botola Pro : L'IRT se sépare de Badou Zaki    Evénements d'Al Hoceima: renvoi au 28 novembre du procès des mis en cause    Mugabe, la fin !    Le Maroc lance la plus grande usine de dessalement d'eau de mer au monde    Arrestation à Salé de deux individus pour enlèvement, séquestration et demande de rançon    Nezha Bidouane ambassadrice de l'IAAF pour l'Afrique    Afrique du Rire: «franc succès» de la tournée marocaine    Vibrant hommage au recteur de l'IRCAM en ouverture de la Rencontre de M'diq du livre et de l'auteur    METEO: DECOUVREZ LE TEMPS DE CE MERCREDI    BOUSCULADE DE SIDI BOULAALAM: LES DERNIERS DEVELOPPEMENTS DE L'ENQUÊTE    LOSC : Marcelo Bielsa écarte Hamza Mendyl du groupe    L'IAAF confirme la suspension de cinq athlètes marocains    Appel à davantage de solidarité pour l'insertion des migrants    Le Forum Afrique développement à Libreville    Remue-ménage dans le foot italien    Plus de 4 millions de jeunes Américains sans-abri    Insolite : Mur abattu    Le département de tutelle adopte la tolérance zéro contre les actes de violence dans les établissements d'enseignement    Le recruteur de Dortmund passe à Arsenal    Une offre pour l'acquisition de Newcastle    News    Yann-Sin et Ngadi clôturent le Festival Idurar de Tahla    Nouvelle édition du Festival international de la diplomatie culturelle et la poésie humaine à Rabat et Salé    Bouillon de culture    C'est parti pour la saison 4    Une nouvelle adresse à Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les ministres dans la bataille électorale
Publié dans L'Economiste le 23 - 08 - 2011

Trois mois nous séparent des élections anticipées et l'électrocardiogramme du gouvernement n'est pas encore reparti. A l'exception du ministère de l'Intérieur, les autres départements sont aux abonnés absents. Ils se contentent d'expédier les affaires courantes. Pressés par l'envie de rempiler, la plupart des ministres explorent les possibilités de se présenter aux élections. Surtout depuis le discours royal du 9 mars dernier qui a réhabilité la politique. Ils ont pris conscience que pour figurer dans le prochain gouvernement, la bataille électorale est un passage obligé. Même des novices en politique, comme le ministre du Tourisme Yassir Zenagui, hésitent avant de s'embarquer dans une aventure aux couleurs du RNI à Tanger. Mais son président Salaheddine Mezouar relativise les ambitions: «Attention, il ne faut pas mettre en position des candidats qui partent handicapés même s'ils ont une bonne image». D'autant que les mises en garde du discours royal ont porté sur les candidatures aux prochaines élections. Le changement est conseillé avec le rajeunissement des élites qualifiées et la promotion des femmes. Les états-major des partis ne peuvent ignorer le nouveau cahier des charges, décliné par le Souverain.
Voici un panorama des ministres tentés par les prochaines législatives, en attendant les accréditations officielles:
Côté Istiqlal, Abbas El Fassi a décidé de ne pas se représenter. Les mauvaises langues affirment qu'il cède sa circonscription de Larache à Nizar Baraka. Finalement, le ministre des Affaires économiques et générales renonce à se présenter pour abandonner la tête de liste à Abdallah Bakkali, qui y est conseiller communal.
Yasmina Baddou compte remettre sa candidature en jeu dans la circonscription de Casablanca Anfa. Abdellatif Maâzouz, ministre du Commerce, briguera un mandat de député dans sa ville natale Séfrou où il est déjà président du conseil municipal. Cependant, il risque de rencontrer quelques difficultés avec Azalmat, qui avait quitté l'Istiqlal pour le PAM.
Saâd Alami, en charge de la Modernisation du secteur public, jette l'éponge, surtout depuis sa mésaventure communale de 2009 où il avait perdu la présidence de la municipalité de Chefchaouen.
Quant à Taoufik Hejira, il a trouvé la parade. Son frère Omar est député Istiqlal d'Oujda, sa ville natale. Il se voit mal affronter son frère, qui est aussi président du conseil municipal. Aller se présenter dans une autre ville? «Les Oujdis le prendraient mal», note le ministre de l'Habitat. Karim Ghellab, député de Ben Msik à Casablanca, se représentera, affirme une source du bureau exécutif de l'Istiqlal alors que son cabinet n'est pas si sûr. Abdeslam Mesbahi, secrétaire d'Etat chargé du Développement territorial, compte tenter ses chances à Fès mais attend le feu vert de Hamid Chabat, l'homme fort de la ville. Quant à Abdelkebir Zahoud, secrétaire d'Etat à l'eau et l'environnement, il ne veut pas y aller.
Au RNI, le président Salaheddine Mezouar compte se présenter pour la première fois. Son dévolue s'est portée sur sa ville natale, Meknès, précisément dans la circonscription de Alami Tazi, l'ex-ministre du Commerce et d'industrie, aujourd'hui décédé. Idem pour Anis Birrou qui prévoit de tenter sa chance à Berkane, sa ville natale. Le choix de Moncef Belkhayat s'est porté sur Casablanca. Aziz Akhannouch est donné candidat dans sa région Agadir. Amina Benkhadra ne semble pas être tentée par une circonscription locale. Par contre, la ministre de l'Energie ne dirait pas non pour la conduite de la liste nationale du RNI. Cette éventualité provoquerait une pluie de contestations féminines sur la tête du président Mezouar.
A l'USFP, on ne voit pas comment Driss Lachgar abandonne sa circonscription favorite qu'est Youssoufia à Rabat. Le ministre des Relations avec le Parlement et membre du bureau politique du parti a déjà commencé à bouger pour reprendre son siège perdu lors des législatives de 2007.
Jamal Rhmani hésite. Le ministre de l'Emploi et la formation professionnelle s'était déjà présenté à Salé, mais sans succès. Mohamed Reda Chami, en charge du Commerce et de l'industrie, sera candidat à Fès. Idem pour Mohamed Ameur qui veut tenter ses chances dans la même région. Quant à Bensalem Himmich, ministre de la Culture, il ne se présente pas.
Le Mouvement Populaire n'est pas en reste. Mohand Laenser se présentera dans son fief Immouzer Marmoucha. Mohamed Ouzzine, secrétaire d'Etat au ministère des Affaires étrangères, tentera sa chance à Dar Ifrane, dans la province d'Ifrane. A noter que ces derniers temps, d'anciens ministres du parti mettent la pression sur le secrétaire général. Non pour obtenir une accréditation et se présenter aux élections, mais pour figurer visiblement sur la liste des ministrables.
Au PPS, Nezha Skalli et Khalid Naciri ne semblent pas tentés par les élections. Nezha Skalli est allergique à la circonscription locale. La tête de liste nationale? Le parti n'y est pas favorable. Déjà en 2007, Nezha Skalli avait jeté l'éponge après que la direction du PPS lui ait refusé la tête de liste pour la confier à Gajmoula.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.