ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Banque privée : Les principaux requis de succès    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La dernière bataille de Simon Lévy
Disparitions
Publié dans L'Economiste le 05 - 12 - 2011

Hier dimanche, la communauté juive marocaine et la grande famille des militants de tous bords ont inhumé Simon Lévy, au cimetière juif de Casablanca, décédé vendredi 2 décembre, après une longue maladie, à l'âge de 77 ans. Quelques semaines avant de mourir, il avait eu la satisfaction de voir la restauration de la synagogue des Fassis, dans la médina de Fès où il est né en 1934, achevée. Un projet qui lui tenait à cœur et, sachant que ses jours étaient comptés, qu'il voulait finir «avant de partir». Un legs de plus à son pays dont il défendait ardemment la cause et le patrimoine. Serge Berdugo, secrétaire général du Conseil des communautés juives du Maroc, salue «sa dévotion à la préservation des valeurs ancestrales du patrimoine du judaïsme marocain. Il s'est investi corps et âme dans cette cause exaltante qui a été son ultime combat». Aujourd'hui, l'on se demande qui reprendra le flambeau après lui? «Simon Lévy laisse derrière lui un grand vide», déclare Sion Assidon, fondateur de Transparency Maroc.
Des combats, Simon Lévy en a mené beaucoup dans sa vie. Dès 1953, il milite pour l'indépendance nationale du Maroc. Il commence son parcours dans la politique en 1954, d'abord dans le cadre de ses études, puis au sein du Parti populaire socialiste (PPS-ancien parti communiste) et comme syndicaliste à la tête de l'Union marocaine du travail (UMT). Il a connu la prison dans les années 60 et la marginalisation professionnelle pour ses idées. Défenseur des peuples opprimés, Simon Lévy s'est toujours opposé au sionisme et aux intégrismes de toutes sortes. «Aux côtés de ses concitoyens, il s'est mobilisé pour la préservation de l'intégrité de nos provinces sahariennes», ajoute Serge Berdugo. Ces positions lui ont valu le respect et l'estime unanimes sur les scènes nationales et internationales.
A la mort d'Ali Yata, c'était un candidat potentiel à la tête du PPS. Mais peu à peu, il prend un peu ses distances par rapport à la politique pour se consacrer entièrement aux affaires de la communauté juive de Casablanca dont il est le secrétaire général depuis 1997. Ainsi qu'à sa mission en tant que conseiller municipal de la ville de 1976 à 1983. Sa détermination et son engagement ont été couronnés par la fondation du musée judéo-marocain, l'unique du monde arabo-musulman, et qu'il a dirigé depuis 1998.
Licencié en littérature espagnole et portugaise, Simon Lévy était un fin linguiste et un grand connaisseur de l'arabe auquel il a consacré sa thèse de doctorat d'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.