Horst Kohler remet son tablier d'émissaire du SG de l'ONU pour le Sahara marocain    ONU : Chapeau aux casques bleus    Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Afroligue de Basketball: l'ASS en finale contre les angolais de Primero Agusto    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Mammifères    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





SAR Lalla Amina: Une princesse de coeur
Toute une vie à aider les autres Personnes handicapées, démunies, enfants en difficulté...
Publié dans L'Economiste le 22 - 08 - 2012

Une dame de cœur, simple et engagée. Les avis sont unanimes et ce ne sont pas de simples mots de circonstance. SAR la Princesse Lalla Amina était ainsi. Après sa disparition, le 16 août, les mondes associatif et sportif sont encore sous le choc. Ils ont perdu une grande militante. Lalla Amina était en effet un «acteur majeur» de l'action sociale en faveur de l'enfance démunie et une passionnée de sports équestres.
Ce sens du militantisme, elle l'a appris très tôt. Née le 14 avril 1954, alors que la Famille royale était en exil à Madagascar, la princesse a fait l'expérience de l'injustice et de l'oppression. Nommée en 1957 -à trois ans- présidente de la Ligue marocaine pour la protection de l'enfance, la princesse Lalla Amina a été depuis, très impliquée dans les programmes en faveur de l'enfance, des personnes aux besoins spécifiques et des mères en situation difficile.
D'une modestie exemplaire, elle est restée, selon son entourage, très proche des couches les plus vulnérables de la société. «Princesse du peuple», elle a veillé à la signature de plusieurs conventions, notamment en faveur des enfants privés de famille, des enfants de rue ou en situation difficile etc…» Souvent, on la comparait à Lady Diana de par sa générosité et sa tendresse pour les enfants. Elle fuyait aussi le protocole préférant des choses simples», raconte un acteur associatif. Elle avait d'ailleurs un style vestimentaire très simple, un peu masculin.
Dans la rue, l'émotion est encore palpable. «Elle incarnait la modestie dans son attitude, dans sa façon de s'habiller», raconte ce libraire du Mâarif, à Casablanca. Aicha Ech-Chenna, présidente de l'association Solidarité féminine, elle, la désigne comme « une femme bien, qui a beaucoup donné aux autres».
Dans le domaine des sports équestres, SAR la princesse Lalla Amina était la présidente du comité d'organisation de la «Semaine du cheval», évènement qu'elle a lancé en 1980 et qui a aujourd'hui une dimension internationale. Elle a également été présidente du jury des concours nationaux de sauts d'obstacles, entraîneur national de l'équipe nationale d'équitation et présidente de la Fédération royale marocaine des sports équestres. Grâce à son action, l'équitation devient un sport populaire au Maroc. Sa contribution au sport national la fera désigner première dirigeante sportive en Afrique. «Pour les sportifs de ma génération, c'est une très grande perte. On sait ce que la princesse Lalla Amina a fait pour le sport national», déclare Mohamed M'Jid, ex-président de la Fédération royale marocaine de tennis.
Toujours à l'écoute, la princesse était une femme qui aimait la vie et partager des moments de convivialité avec ses proches et ses amis. Elle adorait la littérature et la philosophie. Elle a eu une seule fille, Lalla Soumaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.