Kénitra: des motards utilisent leurs armes de service pour arrêter un récidiviste    Création d'un centre d'accueil pour les MRE à Tanger    Installation des agents d'autorité nouvellement nommés    Tanger : Un centre d'accueil pour la diaspora marocaine    Remaniement: Divisions de la majorité et compétences rares    Le Japon affiche de nouvelles ambitions africaines    Fête de la Jeunesse: Fini les cérémonies officielles…    Un Conseil de gouvernement jeudi prochain    Insolite : Mystérieux bienfaiteur    La Bourse de Casablanca clôture juillet en bonne mine    Le taux moyen de remplissage des barrages avoisine les 57% au niveau de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Création d'entreprises : 50.135 nouvelles entités au premier semestre    Grève de 48 heures des médecins du secteur public    Equipements télécoms : Le processus d'agrément dématérialisé    Télédéclarations: la CNSS s'associe aux banques participatives    Exploration pétrolière: Jeu de chaises musicales sur le permis Anoual    En Libye, la peur de finir à la rue après avoir fui les combats    Réfugiés: Le ras-le-bol des pays voisins de la Syrie, après 8 ans de guerre    Le commerce mondial des marchandises pique du nez au troisième trimestre    Commerce: Trump vante la perspective d'un accord « fantastique » avec Londres après le Brexit    Gibraltar autorise le pétrolier iranien à partir malgré la tentative américaine de blocage    Hong Kong, passerelle entre Pékin et le monde, malgré l'essor économique chinois    Les utilisateurs d'Instagram pourront bientôt signaler les « Fake News »    Taux négatifs    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT décidé à franchir le tour préliminaire    Fouzi Lekjaa Objectif : Qualifier l'EN au Mondial et au dernier carré de la CAN    Coupe du Trône : Tirage au sort fatal pour au moins sept clubs de la D1    Championnat de Portugal : Adel Taarabt renoue avec Benfica jusqu'en 2022    Kitesurf : Dakhla à l'heure de la 5ème édition de «Dakhla Downwind Challenge»    Athlétisme : Des records du monde en danger    Neymar convoqué pour les prochains matches amicaux du Brésil    Vahid Halilhodzic prend officiellement les commandes de la sélection nationale    De nouveaux ambassadeurs du Qatar et de la Finlande à Rabat    Myrtilles : Cet aliment miracle réduit le risque d'Alzheimer et d'infarctus    Augmentation du nombre de bénéficiaires de l'Entraide nationale    Divers    Fès: L'UEMF s'allie à l'Ecole polytechnique    La Marine Royale saisit 4 tonnes de chira au large d'Assilah    Vol de médicaments de l'hôpital multidisciplinaire d'Azrou : Un récidiviste interpellé    Tanger : Deux arrestations dans une affaire de coups et blessures ayant entraîné la mort d'une personne    Réhabilitation du cimetière juif d'El Jadida    Le film culte "Apocalypse Now" ressort dans une nouvelle version    Depuis sa cellule, MHD rend un hommage déchirant à Dj Arafat    Une MasterClass pour former les musiciens en herbe    Casablanca: Où sont les autorités et la Cour des comptes?    «Le festival Bab Souss» du 23 au 25 août    Pour présenter ses vœux de l'Aïd Al Adha : Karima Skalli lance «Alhawa rachiki»    Fast and furious : Hobbs et Shaw assurent l'intérim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Flash mob, l'arme marketing pour les marques
Publié dans L'Economiste le 22 - 01 - 2013

Mercredi dernier, le groupe Coca-Cola Maroc organisait le plus grand flash mob marocain afin de lancer la nouvelle formule de sa boisson Fanta. Le Fanta orange 2013 sera plus fruité, au goût orange plus prononcé. Le groupe a vu les choses en grand pour cet événement. 200 danseurs ont ainsi investi le rez-de-chaussée du Morocco Mall, à Casablanca, dansant en chœur sur le célèbre tube «Gangnam Style» du chanteur coréen Psy.
«Nous souhaitons, à travers ce flash mob unique, partager des moments exceptionnels avec des milliers de fans de la marque Fanta», explique Farah Chraibi, flavors brand manager de Coca-Cola Maroc.
Toutefois, l'effet de surprise accompagnant le principe du flash mob n'était pas au rendez-vous.
En effet, tous les étages du centre commercial casablancais étaient investis par une foule déjà au courant de l'événement. Aucune spontanéité, donc, pour ce flash mob publicitaire. Le but de Coca-Cola est tout de même atteint dans la mesure où ce dernier consistait à faire le buzz. Ainsi, moins d'une semaine après le spectaculaire coup de pub de Coca-Cola, 14 vidéos étaient déjà postées sur Youtube, atteignant presque les 150.000 vues. Et ce n'est pas fini quand on connaît la rapide expansion d'une vidéo sur le net. Utiliser le flash mob comme outil marketing n'est pas un phénomène nouveau. Cette tendance a fait son apparition ces dernières années. Le concept consiste à rassembler un maximum de gens dans un lieu public convenu par avance. C'est une sorte de mobilisation éclair suivie d'une disparition toute aussi subite à la fin de la représentation. Dans la majorité des cas, il s'agit d'une chorégraphie sur fond musical, le tout coordonné à la perfection. Les passants se retrouvent ainsi pris au milieu de cette mobilisation, savamment organisée pour paraître spontanée. L'on peut comprendre que les grands groupes aient été tentés d'utiliser ce mode de communication à des fins publicitaires. En effet, c'est une réelle opportunité de rassembler et d'impliquer les clients d'une marque en les faisant travailler ensemble.
Adhésion aux valeurs de la marque, buzz autour de cette même marque, telles sont les lignes directrices du flash mob si le buzz est total! Il s'agit de marquer les esprits et susciter la curiosité des individus, leur faire aimer et connaître un nouveau produit. Ainsi sont atteints les objectifs cognitif et affectif de toute stratégie de communication. Ce 21e siècle compte plusieurs grands flash mobs réussis. En juin 2009, par exemple, la mort de Michael Jackson donne lieu à plusieurs flash mobs dans la plupart des grandes villes du monde telles que Chicago, Paris, Stockholm, Montréal ou Taipei.
Les participants se sont alors réunis pour danser tous en même temps la chorégraphie du tube du défunt: «Beat It». Autre grand événement célébré par un flash mob: le concours de l'Eurovision de la chanson en mai 2010, en Norvège. L'Europe a alors organisé l'un des plus grands flash mobs au monde, en dansant sur le tube Glow de Madcon.
Les populations de plusieurs pays y ont participé en investissant les grandes rues de leurs villes. Une autre réussite plus récente: le 5 novembre dernier, c'est pour Psy, le chanteur coréen de 34 ans, que des milliers de personnes se sont massées dans le XVIe arrondissement de la capitale. Ce flash mob géant faisant la promotion de la station de radio NRJ fut un véritable succès. Vacances scolaires obligent, près de 20.000 personnes ont répondu présent à l'appel de l'animateur Sébastien Cauet sur NRJ et ont dansé en début d'après-midi sur le tube du chanteur qui a été vu plus de 650 millions de fois sur Youtube.
Déjà pour Kennedy...
Le flash mob n'a pas toujours été aussi festif et ludique. A l'origine, il s'agissait d'une mobilisation rapide, quelle qu'elle soit. L'assassinat de Robert Kennedy en juin 1968 avait donné lieu à ce qu'on appelait dès lors un flash mob: toute une foule était rassemblée le temps du passage du convoi funèbre. Quelque temps plus tard, un autre flash mob historique fut organisé suite au Printemps de Prague, en août 1968. Tous les participants restèrent immobiles durant de longues minutes. Ce n'est qu'à partir de 2003 qu'internet fut impliqué dans l'organisation de ce genre de représentations avec le groupe «Mob Project» à l'origine de plusieurs flash mobs dans la ville de New York.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.