Casablanca : Plus de peur que de mal dans des affrontements entre jeunes marocains et des migrants subsahariens    Des tours-opérateurs canariens en visite à Laâyoune    L'esprit critique, fruit de l'éducation aux médias et à l'information, estime Mme Lamrini    Standard & Poor's dégrade la note de l'Afrique du Sud    MATU: 2 MILLIARDS DE DIRHAMS D'ACTIFS FINANCIERS EXTERNALISES    Affrontements entre des jeunes Casablancais et des migrants subsahariens    Londres: Réouverture des stations de métro Oxford Street et Bond Street    Trump ne veut pas faire « la cover » de Time Magazine    Brexit-UE: Possible accord en décembre    MESSAGE DE CONDOLEANCES DU ROI MOHAMMED VI AU PRESIDENT EGYPTIEN    Coupe du Monde des Clubs. Mbark Boussoufa rêve de jouer la finale contre le Real Madrid    Al Akhawayn obtient la prestigieuse accréditation NEASC    Affrontements entre jeunes et migrants près le la gare routière de Ouled Ziane    METEO. VOICI LE TEMPS QU'IL FERA CE SAMEDI AU MAROC    VIDEO. CASABLANCA: AFFRONTEMENTS ENTRE "RIVERAINS" ET SUBSAHARIENS À OULED ZIANE    Programme des principaux matchs de ce samedi 25 novembre    Maroc remporte la CAN 2017 Handi-Basket    Attentat dans le Sinaï: le bilan s'alourdit    Al Akhawayn a obtenu l'accréditation américaine NEASC pour 5 ans    Insolite : L'amour sans frontières    Emmerson Mnangagwa devient le nouveau président du Zimbabwe    Le Maroc réalise des progrès notables en matière de gouvernance économique    Le Forum d'Ifrane plaide pour la création d'outils de financement innovants    L'ancien président brésilien Fernando Collor de Mello : « La mondialisation, un chemin vers la paix ».    Europa League : Les grosses écuries s'en tirent à bon compte    Robinho condamné à neuf ans de prison pour viol en réunion    Oscar Pistorius, de l'Olympe sportive à la prison    Driss El Yazami : La deuxième opération de régularisation vise le traitement d'au moins 82% des dossiers    Dimitris Avramopoulos : Le Maroc, un pays à même de contribuer à une gestion efficace de la migration    La Dominique réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Hausse des levées brutes du Trésor à fin octobre    Londres vise les premières voitures sans chauffeur    Divers    Message du Secrétaire général de l'ONU António Guterres    Pour une meilleure préservation de l'arganier    Les meilleurs films de tous les temps    Casablanca accueille la première édition de la "China Trade Week Morocco"    Ibrahim Maalouf dépoussière les morceaux de Dalida    Agadir accueille le 2ème Forum des avocats MRE    Visa For music : Des hommages à des figures nationales et africaines    « Visa for Music »: Le théâtre national Mohammed V vibre aux rythmes africains du groupe « Jouvay Fest »    Air Arabia : changement sur les vols Fès-Marrakech    Munir El Haddadi: «Je rêve de jouer le Mondial avec le Maroc, dont j'ai toujours chanté l'hymne national»    Bombardier au taquet avec l'ONCF    Mondial 2018 : Le Maroc est-il un tirage "facile" ?    Des mini-concerts pour de grands futurs musiciens    L'Uzine rend hommage à son quartier    Rabat, « capitale africaine par excellence » pour Visa for Music    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Festival du Film à Tanger: Le PJD s'en mêle
Publié dans L'Economiste le 31 - 01 - 2013

Un festival avec comme bonus la polémique. C'est le cas de la 14e édition du Festival national du film, dont le lever de rideau est prévu pour le 1er février prochain, organisée par le Centre cinématographique marocain (CCM). Le festival qui s'est installé définitivement il y a quelques années dans la capitale du détroit a été la cible de critiques de la part de l'antenne locale du Parti de la justice et du développement. Ce dernier a exprimé sa désapprobation quant à la programmation du documentaire du cinéaste franco-marocain musulman d'origine berbère, Kamal Hachkar, «Tinghir-Jérusalem: Les échos du Mellah''. Une production qui raconte l'histoire de familles juives marocaines installées à Tinghir, parties dans les années 50 et 60 en Israël. Hachkar, installé en France en tant que professeur d'histoire, est revenu à Tinghir, son village natal, pour suivre les traces du départ de la communauté juive qui y vivait depuis des générations. Et de là, il part vers Jérusalem à la rencontre des survivants de cette communauté. La direction locale du PJD est allée jusqu'à publier un communiqué de protestation contre la projection prévue du documentaire. Le parti d'Abdelilah Benkirane considère cette projection comme une «offense» envers les sentiments pro-palestiniens de la population de la ville de Tanger et exige du CCM le retrait de ce documentaire de la liste des projections prévues lors de ce festival. Ce dernier se tiendra du 1er au 9 février, et au delà de la polémique, il est prévu que 21 longs métrages et 14 courts métrages entrent en lice dans le cadre de la compétition officielle. C'est le scénariste et réalisateur français Jacques Dorfmann qui présidera le jury dédié au long métrage. Ahmed Akhchichine, universitaire et ancien ministre, fera de même pour le jury court métrage.
La liste des longs métrages inclut notamment «Les chevaux de Dieu» de Nabil Ayouch et «Zéro» de Nourredine Lakhmari.
Elle inclut de même les derniers films d'Anouar Mouatassim, Ahmed Baidou, Brahim Fritah, Farida Belyazid.
Cette édition sera aussi l'occasion de rendre un hommage à des figures du cinéma marocain telles que l'actrice Aïcha Mahmah, Mohamed Benbrahim et Abdellah Lamrani.
Projection à l'ESJC
Au tout début du mois de janvier, l'Ecole supérieure de journalisme et de communication (Esjc) à Casablanca avait reçu Kamal Hachkar, pour la projection de son film documentaire. «On est plus riche quand on assume la pluralité de nos identités», soulignait alors le cinéaste. La conférence-débat qu'il a animée a permis aux étudiants de l'école du groupe Eco-Médias de découvrir le film sur le voyage de l'Atlas marocain jusqu'en Israël, qui est sorti en salle de cinéma il y a un an et a été diffusé à la télévision marocaine en avril 2012. Il est aujourd'hui accessible sur le site web de 2M, Youtube (54 minutes), et à la Fnac en version complète (86 minutes). Malgré les critiques qu'a suscitées son documentaire, soutenant qu'il faisait l'apologie du sionisme et encouragerait la normalisation avec l'ennemi «Israël», Hachkar considère que sa réalisation est «une bonne réflexion sur l'exil, un cri contre l'amnésie et un vaccin contre le discours obscurantiste».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.