Vidéo – But spectaculaire de Boufal face à Yassine Bounou    Casablanca : La réouverture du Complexe Sportif Mohammed V annoncée pour fin mai    Examen des moyens de coopération agricole entre le Maroc et la RDC    Le ministère de la Santé organise la Semaine nationale de vaccination    L'artiste-peintre Abdellah El Haitout expose à Tanger    Les Instances représentatives des communautés israélites marocaines réanimées    ONCF: 2 millions de voyageurs durant les dernières vacances scolaires    SIGPA souligne l'importance de l'agriculture au sein de sa stratégie commerciale    Réouverture du Complexe Sportif Mohammed V    Siam 2019 : Soufiane Alaoui, DG de Soulara    Parlement: Le PAM remplace son chef de groupe    Loi-cadre sur l'enseignement: La CDT prépare ses conseillers    Agriculture durable: CAM s'aligne sur les objectifs de la FAO    Constitution: Référendum en Egypte    Langues = avenir    Cinéma: «Les 3M, une histoire inachevée» Une ode à l'amitié au-delà de la religion    CAN 2019. 56 arbitres en stage de préparation à partir du 28 avril à Rabat    Le roi Mohammed VI donne ses instructions au ministre de l'Intérieur    Rabat hausse le ton : Le Maroc rejette certaines idées et projets improductifs véhiculés au sujet de la question du Sahara    Partenariat en faveur de l'écosystème de la cédraie du Moyen Atlas    L'expertise suisse au service des montagnes marocaines    S.M le Roi offre un dîner en l'honneur des invités et participants au SIAM    L'AMEE sensibilise sur le rôle du pompage solaire    Journée culturelle marocaine en Bulgarie    Bouillon de culture    Remise du Grand prix national de la presse agricole et rurale    Mohamad Salah veut "plus de respect" pour les femmes dans le monde musulman    Vidéo. Le pape lave et embrasse les pieds de douze détenus    La terre a tremblé à Taroudant    Le rapport Mueller n'apporte « aucune preuve » d'ingérence russe, selon le Kremlin    25ème journée de la Botola Maroc Telecom : Avec le derby Wydad-Raja, la course au titre se précise    Marathon international de Rabat : Les migrants sur la ligne de départ    22ème Prix Charjah pour la création arabe : Trois Marocains primés au Caire    Mahjoub Raji: une autre voix s'est éteinte…    Le Maroc aux commandes du réseau MENA de Biosécurité    Algérie: «Le peuple veut qu'ils partent tous!»    Grève des étudiants en médecine. Le spectre d'une année blanche s'éloigne    Oujda : Arrestation d'un Algérien réclamé par les autorités judiciaires de son pays    Mohamed Benabdelkader : La communication contribue au renforcement de la participation à la vie publique    Pôle Nature et vie un voyage en terre connue    Liga : La semaine du titre pour le Barça    Championnats juniors de golf    Communication publique : Le dilemme de la fonction et l'identification de ses rôles    Jiří Oberfalzer : L'Initiative d'autonomie représente une solution durable au Sahara    L'ONU en quête d'unité pour réclamer un cessez-le-feu en Libye    Contribution du Maroc à l'aménagement de la mosquée Al Aqsa et de son environnement    Le Maroc à Abou Dhabi : Ouverture de la 4ème édition dans la capitale émiratie    Tottenham élimine City dans un match d'anthologie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Technopark de Casablanca
Start-up: Le copycat fait fureur
Publié dans L'Economiste le 26 - 07 - 2013

Au Maroc, l'on est encore loin du modèle de l'inventeur de génie qui développe un concept ou un produit de rupture dans son garage, lance sa start-up et la revend trois années plus tard contre un bon pactole. Ou encore de celui de l'étudiant qui innove dans le laboratoire de son université, lance son affaire et se fait ensuite courtiser par les plus grands groupes. Rares sont les entreprises qui sont nées d'une idée géniale et totalement nouvelle. La plupart du temps, les start-up, y compris celles du technopark, optent pour ce que l'on appelle le «copycat». Elles ramènent des business modèles de l'étranger et essayent de les dupliquer au Maroc. Certaines y mettent un peu de valeur ajoutée en les accompagnant de nouveaux services, tandis que d'autres se contentent de muscler leur stratégie commerciale en vue de maximiser leur chiffre d'affaires. Et ça ne marche pas toujours...
Il faut dire que l'ensemble du processus de promotion de l'innovation au Maroc est en panne. «Il n'y a pas encore d'écosystème à même d'accompagner correctement les start-up», relève Rachid Harrando, président de Netpeas. Les startupers essaient de s'en sortir du mieux qu'ils peuvent, souvent seuls. D'autant plus que la culture start-up n'est pas suffisamment ancrée dans les mœurs. Ces structures sont la plupart du temps assimilées à des TPE. D'ailleurs, personne ne sait exactement combien il y en a au Maroc.
Côté financement, il n'existe pratiquement qu'un seul fonds d'amorçage aidant les start-up à démarrer leur activité, Maroc Numeric fund (MNF) créé en 2010. Doté de 100 millions de DH, il ne peut octroyer que 5 à 8 millions de DH par projet. Une enveloppe précieuse pour les porteurs de projet, mais qui reste insuffisante. A aujourd'hui, le Fonds a soutenu quelque 8 start-up sur un total de 169 demandes reçues. Il existe également le programme Intilak, relevant du Fonds de soutien de l'innovation (380 millions de DH). Cet outil permet d'offrir jusqu'à 1 million de DH par projet. Près de 26 en ont bénéficié à avril dernier. Or, il prévoit d'en financer 200. «Le lancement d'un fonds de capital amorçage public-privé dédié à l'innovation sera indispensable à court terme, il est prévu dans notre feuille de route», reconnaît le ministère de l'Industrie, du commerce et des nouvelles technologies.
Il n'existe par ailleurs que très peu de business angels. «Même les sociétés d'investissements classiques ont un peu levé le pied sur tout ce qui est nouvelles technologies. La majorité des sociétés du secteur s'autofinancent.», regrette Driss Benchekroun, secrétaire général de l'Association des sociétés du technopark de Casablanca (Astec). A ce niveau, le Maroc est clairement en retard par rapport à ses concurrents directs, comme la Turquie et la Jordanie. «En Turquie, plusieurs fonds sont proposés. Ils sont dotés d'enveloppes allant jusqu'à 50 millions de dollars», fait remarquer Harrando.
Malgré cela, ce n'est pas du manque de cash que les start-up se plaignent le plus. Mais plutôt de faiblesse du coaching et de l'accompagnement des entreprises qui démarrent.
Autre difficulté, l'accès au Marché. Trop petites pour répondre à de grands marchés, et n'ayant pas toujours les moyens de payer les cautions exigées, elles sont de facto exclues des appels d'offres du public. «Nous avions demandé, du temps du ministre Chami, que les appels d'offre soient morcelés afin de permettre aux start-up d'y soumissionner, mais rien n'a été fait. L'actuel ministre, pour sa part, n'a pour l'heure rien fait pour le secteur», regrette Benchekroun. Ce sont toujours les multinationales, ainsi que quelque rares SSII marocaines qui remportent les marchés publics.
Les profils pointus en nouvelles technologies ne courent pas les rues non plus! Sans parler du lot quotidien de toutes les entreprises: difficultés de recouvrement, délais de paiement.
StartupYourLife voit le jour
Les startupers s'organisent. Il y a quelques mois, une initiative, baptisée StartupYourLife, a vu le jour. Objectif: fédérer les différents acteurs de l'écosystème afin de faire émerger une «Start-up culture» au Maroc. Une soixantaine de startupers et de passionnés de l'innovation, du Maroc et de l'étranger, y ont déjà adhéré. «Nous sommes partis d'un constat simple: les start-up représentent un relais de croissance extraordinaire. Toutefois, au Maroc, elles se sentent seules et font face à des difficultés de taille. Or, dans la plupart des pays développés et émergents, tout est fait pour les booster», explique Kenza Lahlou, co-fondatrice de cette initiative. StartupYourLife compte réunir entrepreneurs, mentors, experts de tous bords et business angels. Pour l'heure, les fondateurs continuent d'identifier des cibles potentielles, tout en restant très sélectifs. Plusieurs évènements autour des start-up sont prévus.
La CGEM à la rescousse
En vue de coacher et d'accompagner les futurs startupers, le ministère de l'Industrie a fait appel à la CGEM, en mars 2012, afin de lancer un programme de formation à la création de start-up innovantes, Innova Project. Le programme cible exclusivement les étudiants universitaires en dernière année des filières scientifiques. Après une expérience pilote dans 5 établissements supérieurs en 2011 et 2012, la phase de généralisation est prévue dès cette année. Les étudiants en formation peuvent bénéficier de l'incubation de leur projet au niveau de la cité de l'innovation de leur région, ainsi que d'une adhésion au Club marocain de l'innovation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.