Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Classement de Shanghai
Pourquoi nos universités sont absentes
Publié dans L'Economiste le 05 - 09 - 2013

Attendu mais aussi critiqué, le classement de Shanghai 2013 a donné son verdict. La suprématie des universités américaines est encore une fois confirmée, comme toutes les années depuis la première publication du classement. Le trio gagnant est composé de Harvard, Stanford et Berkeley. Le Massachusetts Institute of Technology (MIT) est classé à la quatrième place et l'université britannique de Cambridge, premier établissement non américain du classement, en cinquième position.
Le Royaume-Uni conserve deux établissements dans le top 10 (Cambridge (5e) et Oxford (10e). L'University College of London, classé 21e l'an dernier, perd deux places et sort de top 20 au profit du l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, qui entre pour la première fois dans les vingt premiers (23e l'an dernier). Le premier établissement français, l'Université Pierre et Marie Curie (Paris VI), est classé à la 37e place, suivi de Paris Sud (XI) à la 39e. L'Ecole normale supérieure (ENS-Ulm) figure à la 71e place et l'Ecole polytechnique à la 212e. Par le nombre d'universités présentes dans le top 500, les Etats-Unis comme tous les ans arrivent largement en tête avec 146 établissements (quatre de moins qu'en 2012) suivis par le Royaume-Uni (37, un de moins qu'en 2012) et l'Allemagne (37 également), puis la Chine (34, aucun dans le top 100).
Le classement de Shanghai est suivi et commenté dans le monde entier, mais fait l'objet de nombreuses critiques en raison de sa méthodologie. Il privilégie en effet la recherche en sciences exactes au détriment de l'enseignement, beaucoup plus difficile à quantifier.
Il prend en compte parmi ses critères le nombre de prix Nobel attribués aux anciens élèves ou aux chercheurs, le nombre de médailles Fields (équivalent du Nobel en mathématiques) ainsi que le nombre d'articles publiés dans des revues exclusivement anglo-saxonnes telles Nature et Science. Plus le nombre de chercheurs est grand dans une institution, plus sa note sera élevée. Ce ranking compare souvent des institutions difficilement comparables. Ainsi, ces classements mettent sur un pied d'égalité des universités généralistes, des grandes écoles, ou encore Harvard, alors que cette dernière dispose d'un budget annuel de 3 milliards de dollars pour vingt mille étudiants. Par construction, il privilégie le monde anglophone et les grandes universités spécialisées telles que les écoles polytechniques
«Indépendamment des critères retenus dans ce classement, le ministère de l'Enseignement supérieur tient à en faire une lecture objective et d'en tirer les enseignements qui s'imposent». L'absence des universités marocaines a fait réagir le ministère de tutelle qui a publié un communiqué dans lequel il regrette que «les établissements du Royaume ne suivent pas la percée africaine» (l'Egypte et l'Afrique du Sud, bien que loin du top 100, placent 4 universités dans le top 500).
Se basant sur les performances affichées par les universités françaises (la première d'entre elles est classée 37e), le ministère affirme que «la politique de regroupement des institutions universitaires et de recherche a permis de manière presque instantanée plus de visibilité à l'international». Si Lahcen Daoudi se garde de toute critique à l'égard de la qualité et de la quantité du travail de recherche au Maroc, il s'attaque par contre à son émiettement: «La production scientifique actuelle [...] ne permet pas d'atteindre les seuils requis du fait de sa dispersion. A titre d'exemple, l'on dispose de près de 40 établissements ne relevant pas des universités et dont les publications ne sont pas comptabilisées parmi la production scientifique des universités». La dispersion de la recherche scientifique est perceptible dans la répartition de la tutelle sur les 35 écoles supérieures non affiliées à des universités. Le ministère de l'Agriculture et de la Pêche dispose ainsi de 5 établissements, celui de la Santé de 9 et 3 sont du ressort du ministère de l'Equipement.
Une approche de regroupement s'avère donc souhaitable, à l'image du modèle français. L'on insiste sur les fusions des Universités
Mohammed V Agdal et Soussi ainsi que Hassan II Ain Chock et Mohammedia. Par ailleurs, le ministre n'a pas abandonné le projet de marier les écoles d'ingénieurs. Reste à gérer les résistances, et surtout ne pas affaiblir les bonnes en les forçant au mariage avec les moins performantes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.