De nouveaux avantages pour les fonctionnaires de police    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Liquidité bancaire: Léger creusement du déficit    Pourquoi le PAM est au bord de l'implosion    Episode 9 Jésus, une grande figure biblique du Coran: Marie de Nazareth    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    La CGEM explore les opportunités de coopération avec les partenaires institutionnels du Royaume    Le GAM dévoile sa Vision 2022    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Face à l'EST, le WAC vise une troisième consécration continentale    Les vraies fausses raisons d'une démission    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    Eléphants roses    Huawei ment sur sa collaboration avec le gouvernement chinois, affirme Pompeo    WAC-Espérance de Tunis. Les resquilleurs font flamber les prix des tickets    Hakim Ziyech bientôt avec le Real Madrid ?    CAN 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Services publics : La Cour des comptes compare le Maroc à l'Europe    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    Sport et Ramadan : Ce que recommandent les experts    2002: Les Lions de l'Atlas toujours éliminés au premier tour    Les produits alimentaires plus chers en avril    Argentine: L'ancienne présidente devant les juges…    La CGEM veut assurer les arrières du secteur privé    Constats chocs du PDG de la RAM    Guerre ouverte entre Trump et les démocrates, qui parlent de destitution    OCDE : Le Maroc prône une approche africaine inclusive et intégrée de la problématique du développement    Première année du baccalauréat : Les dates chamboulées    Tanger : Arrestation de trois individus en possession de plus de 8.000 comprimés psychotropes    Biodiversité. Quand les voyants sont au rouge    Le SG du PPS rencontre des représentants de syndicats des artistes    Le Maroc prend note, « avec regret », de la démission de Horst Köhler    Quelle Europe à nos portes ?    Célébration de la Journée mondiale de l'Afrique à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le projet de budget quittera-t-il le Parlement aujourd'hui?
Publié dans L'Economiste le 25 - 12 - 2013

La polémique sur l'examen du projet de budget en deuxième lecture semble s'estomper. Le texte, qui devait être examiné hier au sein de la Commission des finances, sera finalement celui que les conseillers ont renvoyé à la Chambre des représentants. Le document comprend le projet de budget et les amendements acceptés. C'est du moins ce qu'a assuré le ministre délégué des Finances, en charge du budget, Driss El Azami, avant d'entamer l'examen de ce texte qui a fait couler beaucoup d'encre. A une semaine de la fin de l'année, le gouvernement n'a rien à craindre sur le respect des délais. Le projet de budget sera en effet adopté dans les temps.
Selon la procédure, le texte devra passer par deux étapes avant de l'envoyer au Bulletin officiel. D'ailleurs, les groupes de la majorité de la Chambre des représentants se sont réunis lundi pour trancher deux choses. D'abord se mettre d'accord sur l'examen des amendements des conseillers même si le projet de budget a été rejeté. Ensuite décider du calendrier pour l'adoption définitive du projet. Concernant ce dernier point, ils ont décidé qu'une seule réunion de la Commission des finances, prévue hier alors que nous mettions sous presse, devait trancher les amendements. Les députés sont tenus de voter le texte lors de cette rencontre. Cette réunion sera suivie par une séance plénière convoquée aujourd'hui et qui devra approuver définitivement le projet de budget. D'autres députés de la majorité et de l'opposition ne sont pas d'accord avec cette procédure. Ils ne veulent pas prendre en compte les amendements de la Chambre des conseillers.
En tout cas, la majorité a décidé de voter en faveur des amendements acceptés par le gouvernement. Cependant, ils refuseront «les changements qu'ils soupçonnent abonder dans le sens des lobbies», pour reprendre l'expression d'un député du PJD. La majorité a également décidé de reprendre l'amendement du gouvernement relatif à la cotisation libératoire sur le patrimoine des Marocains à l'international alors qu'il a fait l'objet d'un rejet par les conseillers. Cela ne manquera pas de susciter un débat sur l'interprétation de la réglementation. Car, si certains députés considèrent que le gouvernement n'a pas le droit de le faire, d'autres en revanche affirment le contraire.
Idem pour la disposition gouvernementale qui permet à l'Administration de racheter les agréments de transport à leurs bénéficiaires. Le coût budgétisé pour cette opération s'élève à 930 millions de DH. Le montant de cette prime est arrêté selon la catégorie du véhicule et le parcours objet de l'agrément. Cette disposition est passée à la trappe au sein de la Chambre des conseillers. La plupart des parlementaires, de la majorité comme de l'opposition, considèrent la disposition de Aziz Rebbah comme «une rente qui remplace une autre». Les députés comptent suivre le verdict de leurs collègues. Comment le gouvernement va-t-il se comporter avec des amendements de l'opposition comme celui qui concerne la fixation du seuil d'endettement à 65% du PIB? Ou encore l'augmentation de la TIC sur «les vins de luxe» à 700 DH au lieu de 500 DH actuellement. Ce dernier amendement a suscité une polémique. Le quiproquo sur la signification des «vins de luxe» est encore dans les têtes de plusieurs parlementaires. Pour eux, cette expression concerne également les produits importés, comme certaines marques de whisky et de vodka. Or, ces boissons relèvent de la catégorie des spiritueux, dont la TIC est déjà taxée à 15.000 DH par hectolitre. Mohamed Boussaïd devra faire preuve de pédagogie pour expliquer que la nomenclature douanière ne permet pas de distinguer entre les catégories de vins. Car, au sein de la Commission des finances, des députés considèrent, à tort, que des lobbies ont fait pression sur les conseillers pour qu'ils présentent un amendement qui réduit cette TIC de 15.000 DH l'hectolitre à 700 DH. Ils confondent vins et spiritueux. Il est à rappeler que l'opposition a fait tomber le projet de budget avec 87 voix contre et 33 pour. Mais dans cette affaire, le dernier mot revient aux députés, conformément à l'article 84 de la Constitution. Celui-ci stipule que «la Chambre des représentants adopte en dernier ressort le texte examiné».
Bras de fer
L'examen du projet de budget après son rejet par la Chambre des conseillers a suscité une véritable polémique. Si le gouvernement a accepté de soumettre au vote les amendements acceptés par les conseillers, des députés de la majorité ne voient pas d'un bon œil l'adoption de cette approche. Surtout que la loi organique des Finances n'est pas explicite sur ce point. Une chose est sûre: les membres de la Chambre des représentants auront le dernier mot dans l'adoption du projet de loi de Finances. Et si le gouvernement a opté pour une approche consensuelle en termes de procédure, notamment en acceptant de présenter les amendements retenus au niveau de la 2e Chambre, rien ne garantit que ceux-ci soient entérinés. Car, au-delà des questions de procédure, le bras de fer politique, entamé à la Chambre des conseillers, devra se poursuivre chez les députés. Et le gouvernement semble confiant, car il dispose d'une majorité confortable, qui lui permettra de faire adopter le projet de budget sans grandes difficultés. Mais ce n'est pas tout, le vote de la majorité pourra également se traduire par le rejet de certains amendements que l'opposition avait imposés dans la 2e Chambre, grâce à sa supériorité numérique. C'est le cas notamment pour l'augmentation de la TIC sur «les vins de luxe», qui a créé un véritable quiproquo.
M. A. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.