Service militaire : Plus de 900 candidats accueillis à Larache    Cinq morts dans une bousculade avant le concert de Soolking    Divided G-7 Leaders Headed for Clashes at Tense French Summit    Tétouan : Un jeune homme se donne la mort par pendaison    Casablanca : 3 ans de prison pour un escroc récidiviste    La première journée dominée par les Sud-africains : Le Maroc décroche la médaille de bronze au relais 4x100m nage libre    Vidéo : Luis Suarez poursuivi par des fans à Tanger…    Renaissance Sportive de Berkane : Fouzi Lekjaa quitte la présidence    Le troisième Festival national de Marmoucha du 30 août au 1er septembre    11ème Festival «Voix de Femmes» de Tétouan : Daoudia, Najat Rajoui et les autres    Le droit à la TERRE !    Jeux Africains: Les Lionnes font mieux que les Lionceaux    Belksiri : Arrestation d'un multirécidiviste apparu sur les réseaux sociaux en possession d'armes blanches    Label'Vie récompense les bacheliers    RFI : C'est un véritable défi que le Maroc a relevé    Actifs immobiliers. Baisse des prix d'environ 1% au 2e trimestre    Barid Al-Maghrib participe au concours du plus beau timbre-poste lancé par PUMED    Classe moyenne : Une reconnaissance royale    Cristina López Barrio: Tanger la «captivante»    Budget des régions. Le dispositif projeté pour 2020    Marquage fiscal : En cas de victoire, De La Rue peu soucieux d'honorer son contrat ?    La mode veut agir pour l'environnement, mais sans contraintes    Souss-Massa : Plus de 2 MMDH pour 83 projets au 1er semestre 2019    Edito : Rentrée    Le patron de la Fed joue gros avec son discours vendredi    Tensions et dissensions attendues au sommet du G7 qui s'ouvre samedi en France    Ocean Viking: Les réserves de nourriture s'épuisent (MSF)    Italie: le Premier ministre Giuseppe Conte démissionne…    «Les Forces Armées Royales, la Marche de la fidélité et l'esprit du renouveau» : Un livre qui traite de l'action royale permanente en faveur de la modernisation des FAR    Parlement. Vacances prolongées ?    Initiative «Cinéma sur la Muraille» : Le 7ème art à l'honneur à Essaouira    M'barek Boussoufa rejoint le club d'Al-Sailiya    Le régime syrien va permettre aux civils de sortir de la région d'Idleb    News    Le partenariat Afrique-Indonésie doit reposer sur une logique gagnant-gagnant    Vers le renforcement de la coopération entre le Parlement marocain et l'UIP    Mise en service à Rabat des nouveaux autobus    Féminicide à Sidi Slimane    Divers    Faire souvent la sieste, un signe précoce d'Alzheimer ?    Le Maroc et les Iles Fidji veulent booster leurs relations    Le Soudan se dote d'un nouveau pouvoir    L'ultime défi de l'Imperatore Franck Ribéry à la Fiorentina    Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions : L'IRT gagne mais sa qualification reste compromise    Abdelhamid Azzubair, un artiste éclectique qui exalte la calligraphie arabe    Dwayne Johnson récupère sa place d'acteur le mieux payé au monde    Le Festival international de Volubilis de musique mondiale traditionnelle de retour à Meknès    L'orchestre philharmonique Symphonyat attendu à l'hippodrome de Casablanca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Zagora/Eau
La province au bord de la catastrophe
Publié dans L'Economiste le 08 - 07 - 2014

Zagora s'assèche et les citoyens n'en peuvent plus. L'alimentation de la province en eau potable subit des arrêts répétitifs qui minent le moral des habitants. D'autant plus que cette eau est à forte salinité à cause de la surexploitation des ressources souterraines. La situation est tellement critique que les citoyens s'approvisionnent en eau dans les puits de la région de Fija ou Rbat Lhjar. Cette eau, non traitée, est acheminée vers le centre de Zagora dans des citernes de fortune, sans respect des normes d'hygiène. Ce qui expose la santé des consommateurs. De plus, le prix n'est pas à la portée de tous: près de 5 DH le bidon de 20 litres. Sachant que la zone enregistre un taux de pauvreté de plus de 20%. «En plein Ramadan et par des températures atteignant des pics de 56 degrés comme cela a été le cas la semaine dernière, la situation devient invivable pour la population», déclare Jamal Akchbabe, président de l'Association des amis de l'environnement à Zagora (AAEZ).
Cette crise ne date pas d'hier. Et si les ressources hydriques de la région sont quasi épuisées, c'est la culture de la pastèque qui est au banc des accusés. En effet, quelque temps maintenant, les agriculteurs, tentés par les caractéristiques climatiques de la zone, sont venus d'autres régions pour investir dans cette culture. Or, celle-ci consomme trop d'eau mais présente des avantages pécuniaires certains: la récolte, précoce, se fait au mois d'avril, ce qui permet aux producteurs de commercialiser leurs marchandises bien avant les autres régions. La sécheresse, la diminution de la pluviométrie qui est passée de 120 ml par an à 30 ml n'arrange pas les choses et les écologistes tirent la sonnette d'alarme sur ce risque imminent. «Nous attendons des pouvoirs publics que deviennent enfin effectives les dispositions de la loi 10-95, notamment les articles relatifs à la solidarité hydraulique entre les régions disposant de ressources abondantes et celles qui en sont dépourvues, seule solution durable», souligne Akchbabe.
Pour parer à cette crise, l'Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa-Drâa a élaboré une feuille de route et un plan d'action, en concertation avec l'ONEE, branche eau sur l'AEP, dans les centres déficitaires du Souss-Massa-Drâa. En effet, en plus de Zagora, Assa Zag, Guelmim, Igherme, El Guerdane, Tafraoute, Foum zguid, Mhamid El Ghizlane, Tagounite et Tamgroute sont aussi concernés. Les actions entreprises concernent essentiellement le dégagement de nouvelles ressources en eau par le renforcement des sondages de prospection des eaux souterraines, le creusement de nouveaux forages et la sensibilisation. D'un autre côté, l'exécution d'un lâcher d'eau à partir du barrage Mansour Eddahbi servira essentiellement à alimenter les champs captant dans la région de Zagora et réduire le taux de salinité des eaux souterraines au niveau de la palmeraie.
Suivi
Un suivi de l'état de remplissage des barrages va être assuré avec l'ONEE et l'ORMVA. Les mesures éventuelles concernant le démarrage de la prochaine campagne agricole seront, d'un autre côté, concertées et examinées en fonction de l'état des ressources en eau disponibles. A moyen terme, une station de dessalement d'eau de mer, financée par la Banque islamique de développement est prévu pour 2015. Elle permettra à Zagora de bénéficier d'un débit de 60 litres par seconde. En attendant, la population a soif et a besoin d'une eau potable de bonne qualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.