Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Le nouvel album de Rihanna vaudra l'attente    Kim Kardashian et Kanye West au bord du divorce    Taylor Swift fait de nouveau un tabac    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc: Les guérisons augmentent nettement    Rentrée scolaire: le ministère réagit à des informations « erronées »    L'ANAPEC ouvre son agence universitaire à Casablanca : Elle est opérationnelle à partir du mois d'octobre    USA : Trump promulgue par décret un nouveau plan d'aide économique    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Responsabilité et démission    Le Bayern et le Barça en quart !    Botola: Le Raja de Casablanca leader    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    La Bourse de Casablanca en hausse    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    Au bord du naufrage!    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Les femmes plus que les hommes?    Paraguay : Ronaldinho et son frère bientôt libérés    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Beyrouth : l'initiative royale vue par un journaliste libanais    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    212 Founders s'impose parmi les leaders en Afrique    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Un matelas anti covid-19 pour Messi    La Botola a désormais un nouveau leader    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Explosions au Liban: Moulay Hicham et Cheikh El Kettani blessent les Libanais    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Filière pommes
Les producteurs déclarent la guerre aux distributeurs
Publié dans L'Economiste le 30 - 09 - 2014

«LA cascade d'intermédiaires entre producteur et consommateur constitue la principale entrave à la promotion de la commercialisation des produits arboricoles en général et le pommier en particulier. Ce diagnostic du président de la Fédération interprofessionnelle de la filière de l'arboriculture fruitière (Fedam), Aboubakr Belkora est quasiment transversal à tous les produits agricoles.
Le symposium de trois jours (du 26 au 28 septembre) a réuni une centaine d'agriculteurs à Ifrane, à l'initiative de la direction régionale de l'Agriculture (DRA de Meknès-Tafilalet), la province d'Ifrane, la Fedam, la Chambre agricole, l'association Adrar, le groupe Crédit Agricole du Maroc (CAM) et d'autres partenaires. L'exercice consistait à émettre des propositions pour développer la filière du pommier. Le choix du lieu de leur rencontre n'est pas fortuit. En effet, la culture du pommier vient en tête des produits agricoles dans les régions montagneuses avec une production estimée à 600.000 tonnes. La province d'Ifrane constitue un des gros producteurs de la pomme. La culture du pommier y occupe environ 7.000 ha, soit 22% de la superficie nationale.
«C'est d'ailleurs dans cette zone où les intermédiaires prennent en otage à la fois producteurs et consommateurs et portent préjudice aux objectifs du Plan Maroc Vert», accuse Belkora. Le président de la Fedam parle «d'un problème qui persiste depuis plus de 25 ans et qui nécessite, pour sa résolution, une réelle volonté politique du ministère de la tutelle et du gouvernement».
La pomme est achetée sur l'arbre à un dirham le kilo. L'intermédiaire se charge de la cueillette et du transport et la revend 10 fois plus cher, tempête le président de la Fedam. Et de poursuivre : «le circuit de distribution est archaïque et ne répond plus aux attentes de la société marocaine».
D'autres intervenants iront plus loin. Ils évoquent l'existence de «caisses noires et de mafias qui protègent un système mis en place en 1960». A l'époque, les prix n'étaient pas encore libéralisés et les différentes régions connaissaient des problèmes d'approvisionnement. Aujourd'hui, les professionnels du secteur sont unanimes. Tous soulignent la nécessité d'organiser les marchés de gros des fruits et légumes, afin de pérenniser le développement.
Outre la mise à niveau de la structure de distribution, Ahmed Oukabli, directeur de l'Office national du conseil agricole (Onca), propose aux producteurs «d'investir dans les chaînes de valeur». Pour lui, «si auparavant, les agriculteurs écoulaient rapidement leur production et dégageaient les bénéfices... aujourd'hui, le pommier subit la concurrence d'autres fruits». Toutefois, il a l'avantage de pourvoir être stocké et commercialisé durant une longue période (de septembre à mai). Un avantage que doivent saisir ses producteurs en installant des chaînes d'emballage et de stockage (frigos). Il en est de même pour les petits et moyens agriculteurs qui peuvent se regrouper en coopérative ou s'orienter vers les agrégateurs afin de pouvoir commercialiser, eux-mêmes, leur productions «La transformation peut s'avérer également bénéfique mais l'organisation du marché reste primordiale. Autrement, aussi bien les consommateurs finaux que les producteurs agricoles continueront de se plaindre», prévient le directeur de l'Office national du conseil agricole.
L'appui au financement
Les participants à la rencontre d'Ifrane ont été rassurés par les responsables du groupe CAM qui leurs ont présenté de produits financiers mis à leur disposition. «Nous avons en plus de Tamouil Al Fallah plusieurs propositions de financements pour les petits agriculteurs dans le cadre de l'accompagnement des projets d'arboriculture», expliquent-ils. De l'étude des projets, jusqu'à la commercialisation des productions en passant par le travail du sol, le stockage, les chaines de froid...CAM est engagé sur toute la ligne. Ses responsables savent que le Moyen Atlas ne compte que 72 unités frigorifiques d'une «petite» capacité de 50.000 tonnes. Pour améliorer la rentabilité de ses agriculteurs, il faut booster cette capacité, évaluer les besoins du marché local et propulser les productions vers l'export...et bien évidemment les banques et l'Etat doivent accompagner ce processus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.