La 1ère partie du PLF 2020 adoptée en première commission par la Chambre des représentants    Dakhla : Akhannouch préside l'ouverture d'un salon sur l'aquaculture    Comment Donald Trump s'est embourbé dans l'affaire ukrainienne    Nouveau Mitsubishi L200. La robustesse pour devise    CNDH : Aucune trace de torture sur les détenus du hirak du Rif    La justice américaine se prononce sur les fouilles d'ordinateurs et appareils aux frontières    Halilhodžić s'exprime sur le cas Hamdallah    Vivo Energy Maroc et Myher Holding co-actionnaires dans la société Sopétrole    Othman Benjelloun et Leila Mezian, primés «Personnalités visionnaires» à Washington    Coupe de la CAF: Groupes équilibrés pour la RSB et le HUSA    Le Raja et le Wydad s'inclinent    L'autre facette de l'Homme des temps modernes    L'international espagnol David Villa annonce sa retraite    Les jeunes du PPS et de l'Istiqlal montrent la voie du changement    Mustapha Bakkoury désigné président du comité de pilotage de l'initiative «Desert to Power»    Couverture sanitaire universelle : Rabat accueille une session de formation sur l'expérience marocaine    Casablanca : Arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    L'ancien président Lula quitte la prison…    Marrakech accueille la 3ème Conférence de la Femme Africaine    Hommages et rayonnement    FIESAD2019: «Men Po» de la Chine remporte le Grand prix    Les nouveautés du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders    Wafa Assurance. L'acquisition de Pro Assur finalisée au Cameroun    Un mal pour un bien    Une délégation de Bayt Al Hikma reçue au siège du Parti à Rabat    Le groupement parlementaire du PPS scandalisé par une «mesure discriminatoire»    Tournoi Omnium VI: Banco pour Maha Haddioui !    Boeing espère la fin de l'immobilisation au sol du 737 Max avant fin décembre    Lancement du Forum euro-méditerranéen des Jeunes Leaders à Essaouira    Forum MEDays : le président sénégalais arrive à Tanger    Radio Sol, une nouvelle radio axée « musique et divertissement »    Lancement du Fonds de l'eau de Sebou, un projet pionnier !    Alsa en situation d'oligopole ?    Nouvelle arrestation pour le BCIJ à Guelmim    Une forte délégation marocaine à Johannesburg pour présenter les atouts du Royaume    Le marocain SGTM entame la réalisation d'une embouchure aux environs d'Abidjan    Trois artistes blessés dans une attaque au couteau lors d'un spectacle à Ryad    Insolite : Voler une voiture de gendarmerie    Comment cultiver le stress positif    La pneumonie, tueuse d'enfants    Dernière rentrée de 2019 pour les Bleus    Sterling écarté de l'équipe d'Angleterre    La Supercoupe d'Espagne s'installe en Arabie Saoudite pour trois ans    Lors de l'émission «Décryptage» de MFM Radio    Guerre des chefs à la tête du Polisario    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Marocains" de Leila Alaoui atterrissent à Séville    "Lire Casablanca", une invitation à comprendre le développement urbain de la métropole    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Financer la lutte contre le changement climatique
Par Anne PAUGAM
Publié dans L'Economiste le 11 - 02 - 2015

Le changement climatique a déjà des effets dévastateurs dans tous les pays en développement.
Le Vietnam a par exemple annoncé que les catastrophes naturelles, aggravées pour certaines par le changement climatique, étaient à l'origine de pertes annuelles équivalant à 2% de son PIB. Dans les pays dépendant de l'agriculture, comme l'Ethiopie, des sécheresses plus longues et des inondations plus fréquentes menacent les moyens de subsistance et l'approvisionnement alimentaire.
Alors que la communauté internationale se prépare à la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques à Paris en décembre prochain, identifier et rationaliser les sources de financement de la lutte contre le changement climatique doit être un objectif prioritaire. Les banques de développement, comme l'Agence française de développement (AFD), dont je suis la directrice, sont bien placées pour contribuer à ce processus.
Tout d'abord, les banques de développement peuvent financer des projets qui bénéficient à la fois au développement et à l'environnement. Le réchauffement climatique mondial est à présent un facteur crucial à prendre en compte lors de la planification de tout projet de développement. Les effets du changement climatique peuvent par exemple présenter des risques importants pour les infrastructures – que ce soit l'irrigation agricole, les transports publics ou à peu près toutes autres infrastructures. En même temps, la hausse des revenus – l'un des objectifs de tout projet de développement – signifie presque toujours une plus grande consommation d'énergies fossiles et des ressources naturelles, provoquant un surcroît d'émissions et une augmentation du réchauffement climatique.
Ces relations d'interdépendance entre le développement et le réchauffement planétaire sont la raison pour laquelle le gouvernement français exige que 50% au moins des fonds consentis par l'AFD le soient à des projets de développement qui aient un impact positif sur l'environnement. Nous pouvons citer en exemple des parcs éoliens en Ethiopie, une meilleure gestion forestière à Madagascar, des plans climatiques nationaux en Indonésie et au Vietnam et des transports urbains propres en Colombie.
Les banques de développement peuvent également jouer un rôle important dans la conception d'outils financiers qui permettent aux investisseurs privés de contribuer à la lutte contre le dérèglement climatique. Mais les enjeux du financement aujourd'hui ne sont plus seulement d'ordre quantitatif. Si les sources potentielles d'un financement du développement qui ménage le climat comprennent aujourd'hui les fonds de pension, les compagnies d'assurances, les fondations et les fonds souverains, les mécanismes permettant de s'assurer que ces investissements soient alloués à des projets bien ciblés et efficaces font souvent défaut.
Une solution réside dans les obligations «vertes» (ou les obligations «climat»). Ces instruments ont toutes les caractéristiques des obligations conventionnelles, mais elles sont adossées à des investissements qui contribuent au développement durable ou à la lutte contre le changement climatique.
Jusqu'à récemment, seuls quelques rares gouvernements ou organisations, dont la Banque mondiale, l'Etat américain du Massachusetts et la région française d'Ile de France, émettaient des obligations vertes, généralement pour des montants modestes. Mais au cours des deux dernières années, d'autres acteurs sont entrés sur ce marché et le volume des émissions s'est envolé. En 2014, les émissions d'obligations vertes ont dépassé le total de toutes les années précédentes combinées.
En fait, la demande est supérieure à l'offre. Les dernières émissions ont fait l'objet d'une sursouscription – et il est probable que la tendance se poursuive. L'industrie de l'assurance s'est engagée à doubler ses investissements verts, pour atteindre 84 milliards de dollars, d'ici la fin 2015. Et en septembre dernier, trois des principaux fonds de pension d'Amérique du Nord et d'Europe ont annoncé leur intention d'accroître leurs placements dans les investissements à faible empreinte carbone, de plus de 31 milliards de dollars à l'horizon 2020.
Mais à mesure que le marché de ces obligations se développe, il est nécessaire qu'elles soient mieux labellisées et certifiées. Il n'existe pas aujourd'hui de normes harmonisées. La qualité des actifs sur lesquels sont adossées les obligations vertes dépend uniquement de la bonne volonté et des compétences techniques des émetteurs. Il faut donc développer des directives spécifiques et des méthodes de notation. Dans ce contexte, la décision prise récemment par une coalition d'investisseurs institutionnels de mesurer et de communiquer l'empreinte carbone d'au moins 500 milliards de dollars en investissements est un pas dans la bonne direction.
Les obligations climat ont le potentiel de donner aux pays et aux institutions les moyens de progresser vers la réalisation de leurs engagements contraignants en matière de réductions des émissions de CO2. Pour être efficaces, ces obligations doivent toutefois être assorties de lignes directrices claires et d'un cadre d'évaluation fiable. Alors que les nations et les institutions mondiales s'apprêtent à se réunir à Paris en décembre, définir un financement adéquat doit être une priorité absolue.
Normes concrètes de qualité
En septembre dernier, l'AFD a émis des obligations climat à hauteur de 1 milliard d'euros, avec notamment pour objectif de contribuer au développement de normes concrètes de qualité. Avec l'aide d'une agence de notation de la responsabilité sociale des entreprises, nous avons été en mesure de fournir des informations solides et un processus de reddition de comptes aux investisseurs concernant l'impact de leurs portefeuilles sur les émissions des gaz à effet de serre. Plus précisément, les projets financés par ces obligations devaient répondre à des critères stricts, dont une analyse préalable de leur empreinte carbone, la preuve d'un impact clair et substantiel sur le changement climatique et une conception alignée sur les stratégies plus générales suivie par les acteurs locaux et les pays.
Traduit de l'anglais par Julia Gallin
Copyright: Project Syndicate, 2015.
www.project-syndicate.org


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.