Comment les ménages de l'informel peuvent bénéficier de l'aide du gouvernement    Covid-19 au Maroc: le bilan grimpe à 345 cas, 23 décès    Global Engines fait don de 25 ambulances Hyundai    La médecine militaire à la rescousse    La valeur ajoutée de la médecine militaire    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    La DGI présente les mesures de report des échéances fiscales    2 MMDH pour le renforcement du dispositif médical    Une palette de mesures pour alléger l'impact du déficit pluviométrique    Intelaka : BCP a déjà financé 373 dossiers pour 65 MDH    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Coronavirus : Fine Hygienic Holding et Dislog Group offrent des produits d'hygiène    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Etat d'urgence sanitaire: Maroc Telecom pleinement mobilisé    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Botswana: un Marocain de 23 ans attaqué par un éléphant    Coronavirus : Tour d'horizon des mesures prises dans le monde    Le premier ministre britannique testé positif au Covid-19    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Services marchands non financiers et commerce de gros : Les chefs d'entreprises moins confiants    Abdelhak Nouri se réveille après 2 ans et 9 mois passés dans le coma    A Berrechid : 88 flacons de faux désinfectants saisis    Coronavirus au Maroc: “Damane Oxygene” pour appuyer les entreprises impactées    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Enseignement: vers une année blanche au Maroc ?    Coronavirus - USA: Ce que prévoit le vaste plan de relance    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Réunion virtuelle du G7    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    Notes virales… en attendant qu'elles deviennent vitales    Mali : le chef de l'opposition, Soumaïla Cissé a bel et bien été enlevé    Nouvelle-Zélande : le tueur des mosquées plaide coupable    Marrakech : La Fondation Jardin Majorelle adhère aux efforts visant la lutte contre le Coronavirus    Le coronavirus arrive au Mali, Boubacar Keïta annonce l'état d'urgence sanitaire    La croissance annuelle des coûts de la main d'œuvre ressort à 2,4% dans la zone euro    Driss Lachguar salue la vision proactive de S.M le Roi, la responsabilité des citoyens et la mobilisation des institutions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aide publique au développement stagne
Publié dans L'Economiste le 09 - 04 - 2015

Malgré la crise financière, les aides aux pays continuent. Selon les données officielles recueillies par le Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE publiées le 8 avril, les apports d'aide aux pays en développement ont été stables en 2014, mais l'aide aux pays les plus pauvres a continué de diminuer. L'OCDE révèle un changement dans les priorités régionales. Les apports nets d'aide publique au développement (APD) se sont élevés à 135,2 milliards de dollars au total en 2014. Globalement, l'aide a augmenté de 66% en termes réels depuis 2000. Les plus fortes hausses des aides ont été observées en Allemagne, en Finlande, en Suède et en Suisse. C'est en Espagne et en France que les replis ont été enregistrés notamment. «Il est encourageant de constater que l'aide au développement reste à un niveau record, alors que les pays donateurs sortent à peine de la plus grave crise économique que nous ayons connue», a témoigné le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría. «Notre défi, comme nous finalisons les objectifs de développement de l'après‐2015 cette année, va être de trouver les moyens d'acheminer une plus grande partie de cette aide vers les pays qui en ont le plus besoin et de veiller à tirer le maximum de chaque dollar dépensé», souhaite le responsable.
Aux pays les moins avancés, l'aide bilatérale a reculé de 16% pour se fixer à 25 milliards de dollars. Pour les pays les plus démunis, l'APD a diminué de 8%. A préciser que l'aide bilatérale est directement allouée par les donneurs aux pays partenaires et représente environ deux tiers de l'aide publique totale.
Une enquête sur les plans de dépenses des donateurs jusqu'en 2018 fait apparaître un fléchissement de l'aide-pays programmable (aide planifiée pour les programmes-pays) en 2014 mais aussi des augmentations programmées à compter de 2015. Les deux tiers des pays d'Afrique subsaharienne devraient recevoir moins d'aide en 2017 qu'en 2014. Ceci s'expliquerait par une situation économique plus robuste. L'Afrique recevra environ 46 milliards de dollars en 2015.
L'aide devra en revanche augmenter pour quelques pays comme le Cameroun, le Mali, le Maroc, le Niger, le Nigeria et la Tunisie. Pour le Maroc, le programme d'aide était de l'ordre de 1,7 milliards de dollars en 2014 et les prévisions sont similaires d'ici 2017.
L'appel de l'OCDE
A la Conférence internationale sur le financement du développement prévue à Addis Abeba en juillet, l'OCDE lancera un appel pour qu'une plus grande partie de ces fonds soit utilisée comme levier pour mobiliser des investissements privés et dégager des recettes fiscales nationales dans les pays pauvres. Les travaux de l'OCDE sur la lutte contre l'évasion fiscale et les flux financiers illicites sortant des pays les moins avancés visent également à réduire la dépendance de ces pays à l'égard de l'aide.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.