L'offensive de Trump met en péril la survie de Huawei, selon des experts    Huawei : Nouvelle salve de Washington contre Pékin    Turkish Airlines lance une ligne Antalya-Casablanca    L'Espagne reste premier partenaire commercial du Maroc, selon Eurostat    Elections : Des dirigeants européens se mobilisent contre les populistes    Le Maroc réélu au bureau exécutif du Conseil des ministres arabes de la Santé    Maradona appelle à boycotter un film sur lui    Etude. Maîtriser l'anglais améliore-t-il nos conditions au travail?    Rabat. Un centre de santé lancé à Diour Jamaâ    Le Musée national d'histoire naturelle de Rabat célèbre la journée internationale des musées    La RSB fait l'essentiel à Berkane face au Zamalek, en attendant la confirmation au Caire    Stress hydrique. La Chine et le Maroc allient leurs forces    Aéroport Fès-Saiss : Hausse du trafic des passagers à fin avril 2019    1998: retour des Lions pour une place au quart…    Préfecture de Marrakech : Quelque 1.031 projets réalisés durant la phase I et II de l'INDH pour un coût global de 1,7 MMDH    Seedorf : Le Maroc favori de la CAN    Artcom'Sup intègre la World Design Organization    Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel    L'autre dans le cinéma    PAM. Crise autour du 4e congrès national    Bouskoura : Trois ouvriers meurent par asphyxie dans un canal des eaux usées    Côte d'Ivoire : Atlantique Assurances, filiale de la BCP, lance une offre dédiée aux agriculteurs de coton    RDC : Moïse Katumbi accueilli en héros national après son retour au bercail    Fiscalité. Les libéraux veulent reconstituer un front uni    Numérisation du système judiciaire : Signature d'une convention entre le barreau de Casablanca et la CDG    Etats-Unis : Quand un milliardaire diplômé rembourse les dettes étudiantes de toute sa promotion    Chronique Humour et Ramadan : Qu'Imam me suive…    Le Maroc à Genève pour la 72ème Assemblée mondiale de la santé    L'enseignement supérieur passe au mode grève    Agentis construira et équipera des hôpitaux publics en Côte d'Ivoire    Insolite : Soyez "gentils" avec la police nigériane    M'hamed Loqmani : Les intellectuels qui ne créent pas le buzz ne sont pas toujours les bienvenus dans les médias    Attention aux jeans trop serrés et à l'épilation intégrale !    Pendant le Ramadan, Essaouira retrouve toutes ses sensations    Les Marocains d'Italie dénoncent la situation tragique dans les camps de Tindouf    Les inégalités augmentent dans l'UE, mais moins qu'ailleurs    Kamal Daissaoui fait chevalier de l'ordre pour le progrès des sciences et de l'invention    Phoques, caviar et pétrole: la mer Caspienne menacée par la pollution    Donald Trump : Si Téhéran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran    Ces tournages qui ont tourné au drame : Troie    Cinquantenaire du FNAP de Marrakech    En larmes, le monstre sacré du 7ème art Alain Delon honoré à Cannes    169 migrants subsahariens secourus par la marine royale en méditerranée    La FRMF reprogramme les matchs de la Botola Maroc Telecom : Le suspense jusqu'au bout !    Policy Center for the New South. De nouveaux locaux et une nouvelle dynamique    Abderrassoul Lehdari : «Si Aziz nous a appris la méthode, la rigueur, la maîtrise du sujet et l'esprit critique»    Louzani et Blinda au Mondial mais pas en CAN    Vidéo – Coupe de la CAF : Le RSB marque un magnifique but dans le temps additionelace au Zamalek    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle version de la guerre froide en Syrie
Publié dans L'Economiste le 17 - 09 - 2015

L'engagement militaire russe assumé aux côtés du régime syrien ajoute un ingrédient de plus à ce qui ressemble à une nouvelle version de la guerre froide. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Serguei Lavrov, ont eu une conversation téléphonique musclée après que Vladimir Poutine a confirmé et surtout, justifié l'implication de Moscou. Alors que les capitales occidentales continuent dans la position du «ni-ni» (réclamant le départ d'Al Assad et poursuivant des bombardements aériens contre Daech), Moscou a fait définitivement son choix. Pour le Kremlin, «sans l'armée syrienne combattant au sol l'Etat islamique, il serait impossible de chasser les terroristes de ce pays et de la région dans son ensemble». En gros, Bachar Al Assad c'est mieux que l'organisation de l'Etat islamique. Voilà qui a le mérite de la clarté. Pour Washington, il n'est pas question de choisir entre «la peste et le choléra». En conséquence, Al Assad ne peut être associé à tout schéma de solution à ce conflit. Le chef de la diplomatie américaine estime que le soutien militaire de la Russie au président Al Assad risque de provoquer une exacerbation et une extension du conflit, et saper l'objectif commun de combattre l'extrémisme. Oui, les Etats-Unis vont continuer à combattre Daech mais Al Assad doit se retirer du pouvoir.
Barack Obama a critiqué la Russie en affirmant que la stratégie russe en Syrie était «vouée à l'échec». Les Etats-Unis ont demandé en vain à la Russie, proche alliée de la Syrie, de convaincre le président Al Assad de quitter le pouvoir, pour céder la place à un pouvoir de transition qui négocierait la fin de la guerre civile qui ravage la Syrie depuis 2011. Le Kremlin a rejeté toutes les propositions américaines concernant la transition politique en Syrie.
«Nous soutenons le gouvernement syrien dans sa lutte contre l'agression terroriste, nous lui avons proposé et nous continuerons de lui offrir une aide militaire technique». Sur le terrain, la présence militaire russe est de plus en plus visible. Des avions russes transportant des aides humanitaires, et des équipements militaires se sont posés le week-end dernier sur le sol syrien. En outre, deux navires russes de débarquement de chars ont accosté au port méditerranéen de Tartous, où la Russie dispose d'une base permanente, selon des responsables américains.
Accélération de la position du Kremlin
4 septembre: Vladimir Poutine assure que le président Al Assad n'est pas opposé à des législatives anticipées dans le cadre d'un règlement politique après avoir multiplié des contacts avec des mouvances de l'opposition.
10 septembre: La Russie défend l'envoi de matériel militaire à la Syrie, mais rejette des accusations américaines faisant état d'un déploiement récent de matériel et de soldats près de Lattaquié, fief d'Al Assad.
12 septembre: Deux avions russes atterrissent à l'aéroport de Lattaquié «transportant 80 tonnes d'aides humanitaires», indique l'agence syrienne SANA.
15 septembre: Vladimir Poutine défend sa stratégie de soutien au régime d'Al Assad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.