Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une nouvelle version de la guerre froide en Syrie
Publié dans L'Economiste le 17 - 09 - 2015

L'engagement militaire russe assumé aux côtés du régime syrien ajoute un ingrédient de plus à ce qui ressemble à une nouvelle version de la guerre froide. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Serguei Lavrov, ont eu une conversation téléphonique musclée après que Vladimir Poutine a confirmé et surtout, justifié l'implication de Moscou. Alors que les capitales occidentales continuent dans la position du «ni-ni» (réclamant le départ d'Al Assad et poursuivant des bombardements aériens contre Daech), Moscou a fait définitivement son choix. Pour le Kremlin, «sans l'armée syrienne combattant au sol l'Etat islamique, il serait impossible de chasser les terroristes de ce pays et de la région dans son ensemble». En gros, Bachar Al Assad c'est mieux que l'organisation de l'Etat islamique. Voilà qui a le mérite de la clarté. Pour Washington, il n'est pas question de choisir entre «la peste et le choléra». En conséquence, Al Assad ne peut être associé à tout schéma de solution à ce conflit. Le chef de la diplomatie américaine estime que le soutien militaire de la Russie au président Al Assad risque de provoquer une exacerbation et une extension du conflit, et saper l'objectif commun de combattre l'extrémisme. Oui, les Etats-Unis vont continuer à combattre Daech mais Al Assad doit se retirer du pouvoir.
Barack Obama a critiqué la Russie en affirmant que la stratégie russe en Syrie était «vouée à l'échec». Les Etats-Unis ont demandé en vain à la Russie, proche alliée de la Syrie, de convaincre le président Al Assad de quitter le pouvoir, pour céder la place à un pouvoir de transition qui négocierait la fin de la guerre civile qui ravage la Syrie depuis 2011. Le Kremlin a rejeté toutes les propositions américaines concernant la transition politique en Syrie.
«Nous soutenons le gouvernement syrien dans sa lutte contre l'agression terroriste, nous lui avons proposé et nous continuerons de lui offrir une aide militaire technique». Sur le terrain, la présence militaire russe est de plus en plus visible. Des avions russes transportant des aides humanitaires, et des équipements militaires se sont posés le week-end dernier sur le sol syrien. En outre, deux navires russes de débarquement de chars ont accosté au port méditerranéen de Tartous, où la Russie dispose d'une base permanente, selon des responsables américains.
Accélération de la position du Kremlin
4 septembre: Vladimir Poutine assure que le président Al Assad n'est pas opposé à des législatives anticipées dans le cadre d'un règlement politique après avoir multiplié des contacts avec des mouvances de l'opposition.
10 septembre: La Russie défend l'envoi de matériel militaire à la Syrie, mais rejette des accusations américaines faisant état d'un déploiement récent de matériel et de soldats près de Lattaquié, fief d'Al Assad.
12 septembre: Deux avions russes atterrissent à l'aéroport de Lattaquié «transportant 80 tonnes d'aides humanitaires», indique l'agence syrienne SANA.
15 septembre: Vladimir Poutine défend sa stratégie de soutien au régime d'Al Assad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.