Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Olympiade internationale de mathématiques. Brillante prestation marocaine    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Le Roi Mohammed VI félicite l'équipe algérienne pour sa victoire    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    La FRMF annonce un nouveau règlement concernant les agents sportifs    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    Meknès : 30 ans de prison pour avoir tué son ami à coups de rasoir    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Terres collectives: Le dispositif bientôt en plénière    La lune et le doigt    Brèves Internationales    Brèves    Johnny Clegg, un blanc parmi les Zoulous    Eliminatoires de la CAN 2021    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Du casse-tête à la dream team ? la future Commission Von der Leyen    CAN 2021 : Le Maroc connaît ses adversaires pour les éliminatoires    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Sbagha Bagha 2019. Les murs ont des poèmes...    Communiqué du Bureau politique du PPS    Partenariat CGEM/SFI pour stimuler l'employabilité des femmes    CAN 2019: Algérie-Sénégal en finale inédite    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    Polémique sur un meeting Trump, une élue le traite de « fasciste »    Bouillon de culture    La syphilis regagne du terrain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Taliouine: Comment la filière safran s'organise
Publié dans L'Economiste le 17 - 11 - 2015

Le nom de Taliouine est définitivement associé à celui du safran. En effet, cette localité, qui relève de la Province de Taroudant, est un grand centre de production de l'épice la plus convoitée dans le monde. Le Safran de Taliouine est bio et est d'une qualité supérieure. Il a aussi un pouvoir colorant dépassant de loin celui du safran cultivé, certes en plus grande quantité, en Iran. En fait, la production du safran au niveau de Taliouine est estimée à 3 tonnes par an. Ce qui permet de classer le Maroc en quatrième position sur le plan international, juste après l'Iran, l'Inde et la Grèce. Le lancement du safran comme produit phare du développement de cette région de Taroudant a passé un cap important. Avec notamment la multiplication des coopératives. Leur nombre est passé de 2 en 2004 à plus de 50 en 2014, indique l'Agence de développement des zones oasiennes et de l'arganier (ANDZOA). Le Programme National «Plan Maroc vert» et l'implication de l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) ont en effet, permis de mettre en avant ce levier économique important et d'œuvrer à sa protection. Et à maintenir son prix avec une très forte valeur ajoutée pour les agriculteurs. Le prix de cette épice issue de la plante Crocus sativus va de 35 DH à 45 DH le gramme. Sachant que pour un kilo de safran, il ne faut pas moins de 230.000 fleurs, explique un agriculteur. L'adoption de l'Appellation d'Origine Protégée (AOP) et la création de la Fédération interprofessionnelle marocaine du safran «FIMSAFRAN»... sont d'autres étapes franchies pour l'organisation de la filière. S'ajoute aussi la création des Groupements d'intérêt économique (GIE). Ces organisations paysannes jouent ainsi un rôle de partenaires et d'interfaces entre l'Etat et les producteurs pour la mise en place des politiques publiques. Notamment, en termes de subventions, de soutien... Cette approche de partenariat permet ainsi d'encourager les producteurs à s'organiser en coopératives et en réseaux de coopératives pour mieux défendre leurs intérêts.
Un festival dédié
La semaine dernière a eu lieu la 9e édition du Festival international du safran, organisé par l'Association éponyme. Avec la participation de la population locale, l'appui des partenaires régionaux, nationaux et internationaux, cette manifestation a été l'occasion de mettre en relief le rôle de la recherche scientifique dans le développement de la filière du safran. Ainsi que sur l'économie sociale et solidaire en tant que moyen de développement économique, territorial et environnemental. L'Office National du Conseil Agricole (ONCA) a dans ce sens organisé des séances d'animation au profit des agriculteurs et professionnels du secteur agricole. Les thèmes abordés ont porté sur les bonnes pratiques culturales du safran et techniques de l'irrigation rationnelle pour une agriculture durable, la valorisation du Safran et sur l'organisation professionnelle de la filière. L'Office a ainsi pu véhiculer des messages de sensibilisation à caractère technique et managérial dans un souci de développement de la filière du safran.
De notre correspondante,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.