Algérie: Peine de prison pour 22 manifestants ayant arboré un drapeau berbère    Espagne: Accord entre socialistes et Podemos pour former un gouvernement    Soldes monstres en Chine: Alibaba bat son record mais la croissance ralentit    Casablanca: arrestation d'un Algérien pour vol par effraction dans un établissement hôtelier    Insurance: ACAPS asserting control    L'Université Al Akhawayn classée première université marocaine pour la 5ème année consécutive    Le grand cinéaste Costa Gavras à Marrakech pour les Semaines du film européen    ONG Freedom House : le Maroc « partiellement libre » sur internet    Mohamed Boudra, représente l'Afrique pour la présidence du CGLU-Monde    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    LaLiga en opération de charme à Casablanca    TGR : Le déficit budgétaire continue de se creuser    Nador: 8e Festival international de cinéma et mémoire commune    Après 38 ans de recherches, l'acteur Rabie Kati retrouve la tombe de son père    Fatimazahra Akhiar au sprint final de l'Arab Reading Challenge    Le PLF 2020 au cœur des réunions parlementaires    Négociateurs d'instruments financiers : 30 professionnels certifiés par l'AMMC    Voici les adversaires de la RSB et du HUSA en Coupe de la CAF    Blessé, Marco Ansensio est à Marrakech !    Kamal Hachkar explore l'héritage musical judéo-marocain    Cameroun : Wafa Assurance acquiert 65% du capital de Pro Assur SA    Hong Kong: Les manifestations touchent les universités et le quartier des affaires    Concours télévisé à Moscou    Gastronomie: Une semaine pour consacrer le Made in Italy    Le discours de la vérité!    Enfants en institution. Le Parquet s'allie à l'UNICEF    Il y a 30 ans aujourd'hui que le «Mur de Berlin» est tombé…    Jamal Sellami nouvel entraîneur du Raja de Casablanca    La Tribune de Nas : Liverpool…Oh la main…    ZLECA, une aubaine pour les échanges intra-maghrébins    Africagua 2019. Le Maroc invité d'honneur    «Une partie de la mémoire musicale a disparu avec les orchestres nationaux»    Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Coupe du Trône : Le TAS sort le DHJ et retrouve le HUSA dans une finale inédite    Programme emploi FBR du MCC : 6,2 millions de dollars pour les 9 premiers boursiers    Table ronde: Le paysage politique après le remaniement gouvernemental, quels enjeux?    Politique budgétaire. Le Maroc, bon élève du FMI    Tous responsables    Convention de partenariat : TIBU Maroc devient le représentant officiel de STEM Sports au Maroc    Le Maroc et la Mauritanie font revivre leur histoire d'amour à Chinguetti    Météo: Le temps qu'il fera ce mardi    « Ach Waqe3 » : l'actualité décryptée par Jamal Berraoui    Cisjordanie : La commémoration du décès de Yasser Arafat vire au drame    Rabat : L'ouverture du forum libyen international d'économie et d'investissement    Né dans la rue, une bavure inadmissible !    El Otmani interpellé sur le financement de l'économie et les catégories vulnérables    Le marocain Youssef El Azzouzi sacré meilleur inventeur arabe    Le bruit augmenterait le risque d'AVC    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fiscalité: L'identifiant commun obligatoire
Publié dans L'Economiste le 04 - 01 - 2016

A partir du 1er janvier, les contribuables personnes physiques ou morales devront inscrire leur ICE (identifiant commun de l'entreprise) sur tous les documents comptables. Dans le cas contraire, leurs charges ne seront pas déductibles. La mesure a été introduite par la loi de Finances 2016. En effet, l'article 145-VIII du Code général des impôts dispose: «Les contribuables sont tenus de mentionner l'identifiant commun de l'entreprise sur les factures ou les documents tenant lieu qu'ils délivrent à leurs clients ainsi que sur toutes les déclarations fiscales prévues par le présent code».
L'inscription de l'ICE sur les factures et les déclarations fiscales est obligatoire à partir du 1er janvier. En conséquence, tout client devra exiger de ses partenaires commerciaux d'appliquer cette disposition. Sur le plan fiscal, c'est une disposition hautement importante. «Toute entreprise devra désormais exiger de son fournisseur de mentionner son ICE sur les factures, sans quoi la charge ne sera pas déductible par manque de condition de forme», explique Mohamed Lahyani, expert-comptable. Les contribuables doivent veiller à l'application de cette mesure dès le début de l'année pour éviter de mauvaises surprises en cas de contrôle fiscal car l'administration peut rejeter en bloc toutes les factures ne comportant pas l'ICE. L'impact financier pourrait être énorme.
L'ICE est un chantier sur lequel avait planché la CGEM avec le gouvernement dans le cadre de la Commission nationale de l'environnement des affaires. L'ICE est à l'entreprise ce que le numéro de la CIN est au citoyen. Il a pour objectif de fluidifier la communication entre les administrations (DGI, Douane, Office des changes, CNSS, TGR...).
A rappeler que la loi de Finances 2015 prévoit l'interconnexion de ces administrations dans le but de permettre un meilleur échange d'information. C'est la raison pour laquelle elles sont appelées à fusionner leurs bases de données lorsque le chantier sera plus avancé.
L'avantage de l'ICE pour les entreprises, c'est qu'il leur permettra d'obtenir un service administratif sans devoir présenter à chaque fois la même panoplie de documents. Il permettra également de réduire les coûts, de fiabiliser l'information et d'accélérer les procédures. L'ICE constitue également un outil d'analyse de l'environnement de l'entreprise et de son secteur d'activité par le futur Observatoire de la PME.
L'écrasante majorité des contribuables ne sont pas encore au courant de l'existence de ce nouvel identifiant ou ignorent la démarche à suivre pour en obtenir un. Mais après la publication de la loi de Finances 2016, ils sont appelés à s'y conformer.
«Depuis février 2015, toute nouvelle entreprise personne morale se verra attribuer automatiquement un ICE par l'OMPIC lors de la demande du certificat négatif», affirme Lahyani. Une fois attribué et inscrit sur le certificat négatif, l'ICE devient obligatoire pour accomplir toutes les autres démarches administratives. Pour leur part, les entreprises personnes physiques se voient attribuer l'ICE par la Direction générale des impôts qui le mentionne sur le bulletin IF/Taxe professionnelle. L'ICE sera exigé par le ministère de la Justice et des Libertés et par la CNSS. Les succursales étrangères, aussi bien que les entreprises marocaines, sont concernées par l'obtention d'un identifiant.
Celui-ci est composé de 15 chiffres dont neuf définissent l'entreprise, trois ses filiales et les deux autres sont des caractères de contrôle. L'ICE n'a pas vocation à remplacer les autres identifiants (Registre de commerce, identifiant fiscal, numéro de la taxe professionnelle, celui de l'affiliation à la CNSS...), mais à les regrouper pour permettre une meilleure identification des contribuables.
La loi de Finances 2016 prévoit l'obligation d'inscrire l'ICE sur tous les documents comptables (factures et déclarations fiscales), sans quoi l'administration fiscale pourra rejeter toute déduction de charges. Le challenge maintenant reste de sensibiliser les contribuables dont l'écrasante majorité n'est pas au courant de l'existence de ce nouvel identifiant ni des dispositions de la loi de Finances.
Une démarche progressive
L'attribution de l'identifiant commun de l'entreprise (ICE) est passée par trois étapes. Au départ, il était attribué sur une base optionnelle. Son attribution a été déclenchée par l'administration à l'occasion d'une démarche effectuée par les entreprises. Dans une troisième et dernière étape, l'ICE devient obligatoire à partir du 1er janvier. L'Ompic est actuellement en train d'apurer le passif pour que toutes les entreprises disposent de leur identifiant.
Comment obtenir son ICE
Les entreprises créées depuis février 2015 se sont déjà vu attribuer un identifiant commun (ICE). Les autres structures se trouvent dans l'une de ces deux situations : soit elles disposent déjà d'un identifiant sans le savoir, soit qu'elles l'ont pas. Dans les deux cas, il faut se rendre sur le site www.ice.gov.ma. La plateforme permet soit de récupérer le numéro qui a déjà été attribué, soit d'en demander un. Le site demande de saisir un certain nombre d'informations (identifiant fiscal, numéro de la taxe professionnelle, du registre commercial, le nom de la juridiction...). Sauf que le portail n'est pas très ergonomique. L'on rapporte quelques bugs qui rendent la procédure laborieuse. «C'est une plateforme sur laquelle nous avons travaillé pendant un an et qui a été testée dans tous les sens. Nous avons fait en sorte que ce soit une interface la plus simple possible», affirme Bachir Rachdi, président de la Commission éthique et bonne gouvernance à la CGEM.
En cas d'erreur, il faut reprendre depuis le début. De plus, après avoir renseigné les cases prévues par le système, celui-ci vous répond que «votre demande a déjà été déposée. Un ICE vous a été réservé et un courrier vous a été transmis pour récupérer et activer votre ICE». Sauf que l'on ne sait pas à quelle adresse le courrier a été transmis. Quid des entreprises qui ont déménagé? Pourquoi la plateforme continue de parler d'un courrier au moment où la dématérialisation des déclarations fiscales et de CNSS est en cours de généralisation? Par ailleurs, le site ne comporte aucun numéro de téléphone pour permettre aux contribuables de se renseigner ou de se faire accompagner dans leurs démarches.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.