Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    Marrakech: Le Salon de l'Art et de l'Amitié, une fenêtre sur la beauté et la singularité des arts dans leur diversité    L'expérience gouvernementale du PJD démontre le fiasco de son mode opératoire    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Laâyoune accueillera le 22 février une réunion des ministres des Affaires étrangères du Maroc et de douze pays du Pacifique    Trump répond au guide suprême iranien, Ali Khamenei    Plus de 112 milliards de DH pour près de 570.000 fonctionnaires    Le Maroc et la Chine signent deux accords afin de renforcer leurs échanges culturels    Résurgence du terrorisme : Erdogan met en garde    Agadir : Saisie d'une importante quantité de cigarettes et de tabac à narguilé de contrebande    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Retraites : des manifestants tentent d'entrer dans un théâtre où se trouve Macron    Le Maroc et la Chine examinent divers moyens de renforcer la coopération touristique et culturelle    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    Un sommet international le 22 février à Laâyoune    La pièce de théâtre عازف الليل est-elle maladroitement raciste ?    Le DHJ tenu en échec à domicile par le Rapid Oued-Zem    Nabil Jaadi rejoint le Mouloudia club d'Oujda    CAN Futsal Maroc 2020 : l'entraîneur National de futsal fait le point    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Ashley Young rejoint l'Inter    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    Zemamra cartonne Berkane, le Raja corrige à Tanger    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crise des migrants: L'Europe doit revoir son mode de gouvernance
Publié dans L'Economiste le 18 - 03 - 2016

Pour Gilles Pargneaux: «Des programmes d'intégration pour les migrants régularisés ont été par exemple mis en œuvre pour leur faciliter l'accès aux services socio-économiques, médicaux et éducatifs. Il s'agit là d'une politique exemplaire qui devrait être promue dans le voisinage de l'Union européenne». Il devra participer à la deuxième édition du Forum Crans Montana (FCM) qui se déroule du 17 au 22 mars à la ville de Dakhla (Ph. Privé)
La crise actuelle des réfugiés invite l'Europe à revoir son mode de gouvernance en matière migratoire. Les solutions ne viendront pas de la Turquie mais des Européens qui doivent surmonter leurs divisions et dépasser leurs égoïsmes nationaux. Le député européen socialiste Gilles Pargneaux, président du groupe d'amitié UE-Maroc, analyse dans cet entretien les enjeux.
- L'Economiste: L'Union européenne compte sur la Turquie pour qu'elle enraye le flux des migrants. Cette option vous semble-t-elle tenable?
- Gilles Pargneaux: La coopération avec la Turquie constitue seulement un volet d'une stratégie globale pour faire face à la crise actuelle des réfugiés. Nous devons tout d'abord créer des voies légales pour les réfugiés: c'est ce que doit permettre le plan européen de relocalisation pour alléger la pression pesant sur les Etats membres, comme la Grèce, l'Italie ou la Hongrie, les plus exposés. Ce plan de relocalisation implique la mise en oeuvre des «hotspots» pour permettre d'enregistrer les réfugiés entrant sur le territoire de l'UE. Il est également important de renforcer les frontières extérieures de l'Europe: la proposition de créer un corps européen de gardes-frontières et de garde-côtes va dans ce sens. La coopération avec un pays tiers comme la Turquie face à la crise des réfugiés est certes nécessaire au regard de sa situation géopolitique. Mais cela ne doit pas nous conduire à déléguer nos responsabilités!
La crise actuelle des réfugiés invite donc l'Europe à revoir son mode de gouvernance en matière migratoire. Les solutions ne viendront pas de la Turquie mais des Européens qui doivent surmonter leurs divisions et dépasser leurs égoïsmes nationaux.
- Que répondez-vous aux critiques sur le fait qu'Ankara fait monter les enchères en échange de l'accueil des réfugiés?
- En raison de sa situation géographique de transit entre la Syrie et l'Europe, la Turquie accueille plus de 2,5 millions de réfugiés et demandeurs d'asile. Le pays a mobilisé plus de 7 milliards d'euros pour faire face à cet afflux. Il est légitime que l'Europe prenne part à l'effort de solidarité régionale qui mobilise également des pays voisins de la Syrie comme le Liban ou la Jordanie. Lors du précédent sommet UE-Turquie, le 29 novembre 2015, l'Union européenne s'était engagée à financer à hauteur de 3 milliards d'euros la facilité pour la Turquie en faveur des réfugiés. Cet argent doit bénéficier directement aux réfugiés syriens en Turquie, en les aidant à améliorer leur accès à l'éducation et à la santé en particulier. Un comité spécifique est chargé de sélectionner les projets humanitaires devant recevoir une partie de cette enveloppe financière. Pour ce qui est des 3 milliards d'euros supplémentaires demandés lors du Sommet UE-Turquie du 7 mars 2016, cette rallonge devrait être conditionnée à la bonne utilisation des fonds déjà engagés en faveur des réfugiés.
- La Turquie arrivera-t-elle à dynamiser son processus d'adhésion à l'UE en se servant de la crise migratoire?
- La question du processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne doit être découplée de la question migratoire. Officiellement reconnue candidate depuis 1999, la Turquie a débuté les pourparlers pour adhérer à l'Union européenne en 2005. Mais les négociations ont connu un coup d'arrêt en 2007,
par la volonté de la France et de l'Allemagne.
Seuls 14 chapitres sur 35 ont été abordés dix ans après l'ouverture des négociations... et un seul a été fermé. Le recul de la liberté de la presse ou encore la non-reconnaissance de la république de Chypre par la Turquie constituent des sérieux obstacles à la progression de ces négociations. Il est donc improbable que le partenariat de circonstance sur la question migratoire soit réellement suffisant pour relancer le processus d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. La libéralisation du régime des visas pour les ressortissants turcs souhaitant se rendre en Europe ou l'ouverture de nouveaux chapitres de négociations d'adhésion sont donc des enjeux qui doivent être examinés indépendamment de la crise actuelle des réfugiés.
- Comment appréciez-vous la politique migratoire du Maroc?
- Depuis 2014, le Maroc s'est engagé dans une politique migratoire équilibrée et intégrée qui en fait véritablement un partenaire crédible de l'Union européenne. Les autorités marocaines ont ainsi lutté contre la migration irrégulière à travers le renforcement du contrôle au niveau des postes-frontières et la lutte contre les réseaux criminels des passeurs et de trafiquants d'êtres humains. Mais outre ces mesures d'ordre sécuritaire, la politique migratoire du Maroc a été également marquée par une campagne de régularisation des étrangers en séjour irrégulier en 2014. Elle a permis de régulariser la situation de 92% des 28.000 migrants ayant introduit des demandes de cartes de séjour.
Cette démarche volontaire et responsable a abouti à une réduction des flux de migration clandestine entre le Maroc et l'Europe, transformant ainsi le royaume chérifien d'un pays d'origine et de transit en un pays de destination finale. En s'orientant ainsi vers une politique migratoire fondée sur une approche équilibrée, le Maroc apparaît comme un pays pionnier dans le voisinage sud de l'Europe. Des programmes d'intégration pour les migrants régularisés ont été par exemple mis en œuvre pour leur faciliter l'accès aux services socio-économiques, médicaux et éducatifs. Il s'agit là d'une politique exemplaire qui devrait être promue dans le voisinage de l'Union européenne.
Bio
Gilles Pargneaux, 59 ans, est député au Parlement européen depuis 2009. Il est vice-président de la commission environnement, santé et sécurité alimentaire, membre des commissions affaires étrangères, contrôle budgétaire, sécurité et défense. Gilles Pargneaux est également président du groupe d'amitié UE-Maroc, Vice-président de la délégation pour les relations avec les pays du Mashrek et membre de la délégation pour les relations avec les pays du Maghreb et l'Union du Maghreb arabe.
Propos recueillis par
Fatim-Zahra TOHRY


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.