Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tinariwen, la voix du désert, sort son nouvel opus
Publié dans L'Economiste le 07 - 11 - 2016

Les fans du groupe Tinariwen ont eu un avant-goût du nouvel album Elwan lors de leur prestation au festival Taragalte, organisé à M'hamid El Ghizlane fin octobre (Ph. SB)
Dans un environnement culturel gagné par le négligeable et le superficiel, les membres du groupe mythique Tinariwen (dont la signification en langue touareg veut dire «Les déserts») fascinent parce qu'ils incarnent une rupture salutaire. Ce phénomène musical mondial est aujourd'hui le porte-parole du peuple des Touaregs. Leurs musique et poésie authentiques, entre le blues, le rock et les rythmes tamasheqs, portent la voix des peuples du désert jusqu'au bout du monde avec une profondeur et une émotion incomparables. Après le dernier album Emmaar sorti en 2014, le nouvel album du groupe touareg Tinariwen, intitulé Elwan (Les Eléphants), sortira en février 2017. Ses chansons décrivent la situation dramatique que subit le territoire des peuples du désert, toujours en portant ce sentiment d'errance et de perte si bien décrit par la musique du groupe. En effet, à mesure que Tinariwen parcourait le monde à la faveur de tournées triomphales (160 concerts ces trois dernières années), agrandissait son audience sur les cinq continents, les frontières autour d'eux se fermaient à double tour, obligeant les mythiques tamasheqs (touaregs) à s'exiler pour réaliser ce qui est aujourd'hui leur 8e album. Leur chère contrée de l'Adrar des Ifoghas, massif saharien situé à cheval entre nord malien et sud algérien, dont ils sont originaires, s'est en effet transformée depuis 5 ans en une zone de conflit où l'on ne s'aventure plus sans danger. Une zone où des seigneurs de la guerre mettent en péril toute activité qui va à l'encontre de leur dessein ou tente d'échapper à leur main mise. Une situation qui a obligé le groupe à enregistrer les 12 chansons de l'album loin de leur désert chéri. Un éloignement qui a engendré une sensibilité et une émotion n'ayant jamais été aussi vives dans les albums précédents. Ainsi, en octobre 2014, aux studios Rancho de la Luna situés dans le parc national californien de Joshua Tree, le groupe fait étape et, profitant de quelques jours off au milieu d'une tournée américaine, enregistre une première partie de l'album. Mais c'est dans l'oasis de M'hamid El Ghizlane au sud du Maroc que le groupe a bivouaqué pendant trois semaines en mars 2016 afin d'enregistrer le reste de ce 8e album, accompagné ici et là par certains des jeunes musiciens locaux. Cette oasis du grand Drâa avec sa diversité musicale et culturelle inspire les artistes touaregs et apportera une touche originale à cet album. Du reste, à M'Hamid El Ghizlane, ce sont des héros pour de vrai. A tel point que les jeunes du coin reprennent leurs chansons comme ailleurs on reprend les Rolling Stones ou Led Zeppelin. Ainsi achevé, l'album s'appellera donc Elwan, album très puissant musicalement et très poignant humainement, où toutes les chansons évoquent un pays désormais introuvable, un monde perdu, avec la nostalgie d'un passé heureux et le tragique de la perte d'un territoire et d'un rêve qu'il nourrissait. Certaines chansons d'Ibrahim Ag Alhabib, guitariste et membre fondateur du groupe, portent la morsure de ce sentiment de perte absolue, comme Imidiwàn n-àkall-in (Amis de chez moi), Hayati (Ma Vie) ou Ténéré Takhal (Qu'est devenu le Ténéré). C'est dans cette dernière qu'apparaissent les fameux éléphants du titre, métaphore animale pour parler de ceux, milices ou consortiums, qui ont tout détruit sur leur passage, la bienveillance, le respect, la solidarité, les traditions ancestrales, valeurs essentielles dans ce désert. Les compositions d'Abdallah comme Sastanàqqàm (Je te questionne) ou celle de Hassane, le bouleversant Ittus (Notre objectif), rendent compte elles aussi d'un même sentiment désemparé. Jusqu'à ce Nànnuflày (Comblé) signé Eyadou, représentant la génération jeune du groupe, venant faire écho à ce constat de crise absolue.
Mariage de rythmes
Ainsi, les amateurs des riffs sensuels et abrasifs des guitars ishumars (nom du style musical dont Tinariwen est le précurseur), et qui sont la signature du groupe, ne seront pas déçus. Mais seront aussi comblés ceux qui aiment les rythmes funky et dansant de la musique touareg merveilleusement exprimés par le bassiste Eyadou et le percussionniste Said Ag Ayad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.