L'ONCF annonce une réduction de 50% sur les cartes de réductions    Les Pare-buffle interdits dès janvier    Festival du film documentaire sur la culture hassanie : 10 films en lice    Pourquoi les Etats-Unis ont-ils levé la suspension imposée aux agrumes en provenance du Maroc    2e tour des présidentielles au Chili    LE MAROC EN MARCHE:L'HISTOIRE SE RAPPELLE ET N'OUBLIE GUÈRE .DEUX CAS DE MEME IDENTITE :M. SEP BOUTEFIFA    Vladimir Poutine s'érige en garant de la prospérité du pays    La mobilité électrique en marche sur le réseau autoroutier national    Les malheurs du tout compris!    Tanger: la Maison méditerranéenne du climat, une structure pour renforcer la gouvernance climatique    Un projet de résolution visant à rejeter la décision de Trump    La CEDEAO affirme son attachement à la paix, à la sécurité et à la stabilité dans la région    Mondial 2018: Le Maroc pense à plusieurs matches amicaux    PHENOMÈNE SOCIAL:"ANTA SLAOUI ...WANTA RBATI...BGHIT NA3RAF ACH BGHITOU ?"-"HA LI BGHINA :GANTRA N3AMASS"    C'EST ARRIVE AU CIMETIERE SIDI HAJJAJ A YACOUB EL MANSOUR DES VISITEURS FACE A DES SERPENTS,SCORPIONS,CHIENS ERRANTS,HERBES SAUVAGES,DES FIGUIERS TOUFFUS ...L'HORREUR !!    Akhannouch plaide pour la concrétisation d'une nouvelle offre politique    18 DECEMBRE:JOURNEE INTERNATIONALE DES MIGRANTS    SOUS LE HAUT PATRONAGE DE SA MAJESTE LE ROI MOHAMMED VI:COUPE DU TRÔNE 2017.Saut d'Obstacles – Clubs    MCO-A/G DEMAIN: L'ÈRE DU CHANGEMENT A - T-ELLE SONNEE POUR LE MCO?    RSA: PRESIDENCE DE L'ANC OU Mme ZUMA EST EN DIFFICULTE FACE A RAMAPHOSA    France : Ces ministres millionnaires    UE-Brexit : L'avenir sera fait de négociations difficiles    L'AS Salé connait son adversaire en quarts de finale    Programme des principaux matchs de ce dimanche 17 décembre    Mondial 2018 : Les chances des Lions selon les statisticiens    Fermeture définitive de la prison locale Salé    Khémisset: 18 blessés dans le renversement d'un véhicule de transport    Message de condoléances de SM le Roi au président français suite à la collusion de train à Millas    Troisième AG de la FAAPA à Casablanca    Parlement : Habib El Malki en visite de travail au Vietnam    4 tonnes de Haschich saisies en Espagne    OiLibya s'allie à SGS pour la qualité de ses carburants    AUJOURD'HUI A 13 H A L'INSTITUT NATIONAL DES STATISTIQUES DE LA FAC DES SCIENCES HUMAINES :JOURNEE CULTURELLE DE COREE DU SUD    « Plasticiens du Maroc, Poètes du Monde » à la Société Générale    La Fondation AWB s'intéresse à la Citoyenneté en son Espace Actua    Abdelhak Najib signe « Le pays où les pierres parlent »    DEMANTÈLEMENT D'UN GANG QUI KIDNAPPAIT DES RICHES CONTRE DES RANÇONS    Que faisait le président de la Région Beni-Mellal avec la délégation du WAC au Mundialito?    PREVISIONS METEOROLOGIQUES POUR LA JOURNEE DU SAMEDI 16 DECEMBRE    ATTENTION! POULES DANGER!!!    MISE A JOUR DE LA BOTOLA: LE WAC ET LA RAJA AU COMPLEXE PRINCE MOULAY ABDALLAH (LUNDI,MARDI ET JEUDI)    Historique de la langue arabe à l'UNESCO    Droits de l'Homme: El Othmani promet un plan d'action    Un mondial sans Espagne ?    Disney rachète 21st Century Fox    Le Maroc adhère au protocole... 3 ans après    La Chambre des représentants adopte en deuxième lecture le projet de loi de Finances 2018    Leith Alam, artiste Marocain, auteur, compositeur et arrangeur musical    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INFO
Publié dans L'Economiste le 28 - 03 - 2017

Une manifestation de mode pour sauvegarder et pérenniser un patrimoine qui risque de se perdre sous la pression des nouvelles modes (Ph A.K)
Vive le hayek! Oujda se mobilise pour la valorisation du patrimoine vestimentaire et interpelle associations, professionnels, élus et départements de tutelle (artisanat et culture) à cet effet. L'objectif est d'insuffler une touche de créativité et de prestige aux habits traditionnels ainsi que vient de le faire l'Association orientale pour le développement (AOD) en organisant un premier défilé du hayek, en partenariat avec Mery. H Event.
La parade a sillonné les boulevards du centre ville de Oujda pour sensibiliser à une spécificité vestimentaire qui risque de disparaître sous la pression des nouvelles modes. L'objectif est d'encourager les artisans et stylistes locaux à moderniser leurs coupes et proposer des variantes, comme pour la djellaba. Il s'agira de produire des costumes de qualité pour renouveler l'attrait de ce voile et améliorer les revenus des artisanes. La culture et le patrimoine de la région étant solidement ancrés dans le continent africain, cette première édition a été marquée par la présence de plusieurs femmes africaines qui ont revêtu leurs vêtements traditionnels pour raviver les couleurs d'un défilé qui a «osé» sortir des sentiers battus pour couvrir plus de 1,5 km.
«Il est souhaitable que ces activités aillent au devant du public au lieu d'être confinées dans des espaces clos», précise de son côté Meriem Hammouti, du comité d'organisation. Aujourd'hui les ambitions sont grandes et l'association souhaiterait insuffler à ce défilé du patrimoine commun une dimension continentale. «Notre action s'inscrit dans un cadre conjoncturel plus vaste, celui des grandes orientations royales qui consolident nos liens avec les pays africains», précise Latifa Mentbeh, présidente de l'AOD.
Ce type d'évènement valorise la contribution de la femme d'Oujda ou de Figuig au développement de leur région. Comme, il revalorise le travail des artisanes aux foyers et facilite leurs regroupements en coopératives. Le hayek est un voile porté par les femmes mariées et d'âge mûr. C'est un vêtement traditionnel à base de laine, soie ou soie synthétique. Il est très vaste, recouvre tout le corps de la femme et se porte enroulé et fixé à la taille par une ceinture. Il est par la suite remonté sur les épaules et fixé par des épingles. De couleur blanchâtre ou jaunâtre, il se porte avec un «ltame» ou une «ouinate». Certaines artisanes lui ajoutent des décorations dissimulées portées par les mariées lors de la cérémonie du hammam qui précède la célébration du mariage. Avant les années 70, les femmes oujdies étaient fières de concevoir, elles-mêmes, leur hayek et le façonner sous différentes coupes pour se distinguer.
De notre correspondant,


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.